lundi 27 janvier 2014

La consommation d'électricité en France se stabilise !

La consommation d'électricité en France ne progresse plus !
 
En raison notamment d'une année 2013 un peu plus froide, la consommation brute française d'électricité a augmenté de 1,1 % par rapport à 2012, selon le dernier rapport du bilan électrique publié par le RTE.

Aussi, après correction de cet effet météorologique, la stabilisation de la consommation française d'électricité semble se confirmer. 
Contrairement aux années précédentes, la consommation des particuliers, PME/PMI et professionnels ne progresse plus. 
En revanche, elle continue de baisser pour le secteur industriel.

La production française d'électricité est en hausse (1,7%). 
Elle est marquée par le plus haut niveau en 10 ans de production hydraulique (+20% par rapport à 2012) et la poursuite de la croissance des renouvelables (+8% hors hydraulique). 
Le solde français des échanges aux frontières reste exportateur et progresse (+6,8)%, la France restant le pays le plus exportateur d'électricité en Europe.
 
La consommation d'électricité en France ne progresse plus


En données brutes, la consommation d'électricité a augmenté de 1,1% en 2013 et atteint 495,0 TWh*, essentiellement en raison d'une année plus froide qu'en 2012. 
Corrigée de cet effet météorologique, la consommation française annuelle d'énergie électrique se stabilise autour d'une valeur de 480 TWh par an (hors variations spécifiques du secteur énergie).
L'analyse des tendances par secteur montre une nouveauté : la consommation des particuliers, professionnels et PMI/PME tend à se stabiliser (+0,3%) après plusieurs années de hausse. En revanche, la baisse de la consommation du secteur industriel continue (-2,5%), mais est moins marquée qu'en 2012.



La consommation d'électricité en France ne progresse plus


Si 2013 n'a pas connu de froid exceptionnel comme en 2012, les niveaux élevés de consommation d'électricité à la pointe du soir en hiver restent une préoccupation. 
En effet, la sensibilité de la consommation aux températures froides s'accentue légèrement et est désormais estimée à environ 2 400 MW** par degré Celsius en hiver, contre 2 300 MW/°C précédemment.
La production française d'électricité est de 550,9 TWh, en hausse de 1,7% par rapport à 2012.

La part des énergies renouvelables (hydraulique inclus) continue d'augmenter et représente 20,7% de la consommation française en 2013. 
C'est le plus haut niveau observé depuis 6 ans. 
La production issue des sources d'énergies renouvelables (hors hydraulique) augmente de 8,1% et dépasse les 25 TWh.


La consommation d'électricité en France ne progresse plus


La production nucléaire est en léger retrait (-0,3%) par rapport à 2012. 
Elle représente 73,3% de la production totale en 2013.
Au sein de la filière thermique, la situation est contrastée. 

La production des centrales au charbon augmente de 14% alors que celle des centrales au fioul ou au gaz baisse de près de 20%, en lien avec le contexte de prix sur les marchés des matières premières. 
Au total, les émissions de CO2 du secteur de la production électrique française restent stables.
Le parc de production total installé en France a diminué de 800 MW en 2013, suite à la fermeture de centrales thermiques classiques. 

Cette baisse est atténuée par le développement des parcs éoliens et photovoltaïques, qui continuent de croitre et atteignent respectivement 8 140 MW et 4 300 MW de puissance installée.
La France reste le pays le plus exportateur d'électricité en Europe en 2013, à hauteur de 47,2 TWh, en hausse de 6,8% par rapport à 2012. 
Les échanges sont exportateurs vers tous les pays voisins, à l'exception de l'Allemagne avec laquelle le solde est importateur à hauteur de 9,8 TWh, contre 8,7 en 2012.


La consommation d'électricité en France ne progresse plus


Au niveau européen, la consommation d'électricité est plutôt en légère baisse. 
Mais les transits d'électricité entre les pays sont de plus en plus fluctuants et volumineux du fait de l'évolution des mix énergétiques et de la part croissante des renouvelables à grande échelle. 
Les interconnexions électriques de notre pays sont alors de plus en plus sollicitées. 
Par exemple, les limites des capacités d'échange entre la France et l'Allemagne ont été atteintes près de la moitié du temps en 2013, soit quatre fois plus qu'en 2009.
RTE poursuit ses investissements (1 413 M€ en 2014 pour 1 446 M€ en 2013) pour préparer aujourd'hui le réseau de demain, dont les moteurs du développement sont l'adaptation à l'évolution de la production (croissance des ENR) et l'intégration européenne.


>>> Accéder directement aux graphes : ici (.pdf) >>> Télécharger le bilan électrique RTE 2013 : ici (.pdf)

 Source :
http://www.enerzine.com/15/16842+la-consommation-delectricite-en-france-ne-progresse-plus+.html


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !