jeudi 6 mars 2014

Le Chamanisme en Amazonie !

Les voyages immobiles




Les voyages immobiles et le quantique pour les nuls (vidéo)



L'anthropologue Jérémy Narby était parti en Amazonie, il y a 30 ans, afin de d'étudier comment les Indiens géraient leur patrimoine, et il est revenu avec des révélations sur une pratique qu'il connaissait mal : le chamanisme
(...)
A la question lancinante qu'il posait aux indiens rencontrés : "comment avez-vous découvert les vertus des plantes que vous utilisez pour vous soigner ?", il obtenait inlassablement la même réponse : "les esprits, les entités, de la forêt nous ont guidés dans ces connaissances"...

Peu à peu, il découvrit que ces connaissances venaient des chamanes, et que ceux-ci pour les découvrir, utilisaient un mélange hallucinogène qui leur permettait, affirmaient-ils, d'entrer en contact avec ces fameuses entités.
C'est à ce moment qu'il décida de tenter une expérience chamanique, en prenant l'Ayahuasca, préparation réalisée par les chamanes grâce aux feuilles d'un petit buisson banal, qui contient du DMT (diméthyltryptamine) qui mélangé à une liane permet une action sur les récepteurs neuroniques. 

 




Dans une vidéo il raconte l'expérience : "j'ai commencé à voir avec les yeux fermés toutes sortes d'image kaléidoscopiques assez rapidement remplacées par d'immenses serpents fluorescents d'environ 15 mètres de long et d'un mètre de haut que je voyais même en ouvrant les yeux (...) et ces serpents ont commencé à m'expliquer des choses pénibles à entendre à propos de ma personne, dans un langage télépathique qui semblait traverser mon front, et la première chose qu'ils m'ont dit est : tu n'es qu'un tout petit être humain et je pouvais voir en les regardant que tout cela était vrai (...) je pensais connaitre la réalité (...) et je présupposais que ce dont ces indiens me parlaient n'existait pas. 




J'ai donc pu voir que mon regard sur le monde était d'une arrogance sans fond (...) je me suis levé, j'ai enjambé ces serpents en leur présentant mes plus humbles excuses et j'ai commencé à vomir des couleurs (...) finalement après quelques ablutions j'ai regagné le cercle où le chaman chantait encore ses mélodies et je me suis rassis sur les ailes de sa mélodie et vécu dans mes visions la sortie de mon propre corps, catapulté en dehors de mon corps, une fusée, et je me suis retrouvé à des centaines de kilomètres au dessus de la planète, qui était toute blanche, recouverte de glaces, (et je vous assure que je n'avais jamais entendu parler du fait qu'au début, 




la planète était couverte de glace, et les scientifiques en parlent maintenant, disant qu'il y a 700 millions d'années, c'était le cas), suite de quoi, l'Ayahuasquéro a changé sa mélodie, et je me suis retrouvé dans mon corps,(...) et ensuite ça a juste continué avec des centaines de milliers d'images (...)les nervures de mes mains humaines qui se superposaient avec les nervures d'une feuille verte, le message visuel étant : c'est la même matière (...) l'impression globale étant comme être dans une machine à laver pendant 3 heures. 




Le lendemain, j'ai essayé de faire sens de cette expérience, et d'un coté ça confirmait ce que les indiens m'avaient dit (...) que je faisais partie de la nature. 
D'ailleurs je suis allé au bord de la rivière, pour me rafraichir, j'ai pris une feuille verte qui poussait là, je l'ai mis à la lumière du soleil et c'était littéralement vrai, les nervures d'une feuille et les nervures d'une main se ressemblaient (...)
Cette expérience était comme une réconciliation avec la nature, et c'est la première fois au cours de ma vie que j'avais ce sentiment là, avec le sentiment que ce que j'avais appris était fait sur mesure pour moi". (vidéo)




Jeremy Narby : Plantes et chamanisme


Pourtant, un an plus tard, lorsqu’il retourna dans son université, il passa sous silence cette expérience, doutant qu’il puisse être pris au sérieux, craignant que cela ne fasse de l’ombre à la thèse qu’il préparait, thèse qui lui permit d’ailleurs de devenir une année plus tard, docteur en anthropologie.
Il avait pourtant compris, grâce à cette expérience, qu’il y avait deux réalités, celle que nous connaissons, et celle de l’autre monde, affirmant qu’au moins 70 peuples utilisent ces plantes pour découvrir ces "entités", regrettant que peu d’anthropologues se soient penchés sur la question, même si aujourd’hui, ils sont nombreux à avoir fait cette expérience, en en tirant les mêmes conclusions.

De Carlos Castaneda, à Luis Sépulveda, en passant par le chanteur Christophe Willem, la journaliste Odile Chabrillac, le globe trotteur Ryan le Sacado, et beaucoup d’autres, même s’ils étaient conscient du risque réel encouru lorsqu’on tente cette expérience, ils ont sensiblement donné un témoignage identique à celui de Jérémy Narby.

Pour lui, le chamane est une sorte de lien entre ce monde invisible, et le notre, capable de "devenir" animal, plante… considérant que toutes les espèces, plantes, animaux, sont comme les humains, comprenant que le chaman est une sorte "d’ambassadeur" entre toutes ces espèces, et affirmant que tout est relié : humains, animaux, plantes… comme si nous étions tous "construits" sur le même modèle, sortes de déclinaisons de la vie.
Le chamane va donc "négocier" avec les puissances végétales et animales, afin de récolter des informations, sur les vertus des plantes.



ayahuasca_ondas-de-la-ayahuasca.jpg



L’anthropologue est aujourd’hui convaincu que ces "esprits/entités" sont partout, y compris dans nos corps, mais sur un autre niveau, et si pour notre esprit rationnel, les esprits sont immatériels, ce n’est pas l’avis des indiens.
Il est convaincu aussi que la plante est "un être" puisqu’elle nous met en contact avec ce monde invisible, ajoutant qu’aujourd’hui, toutes les convictions scientifiques que nous avions sur les plantes, et les différences qu’elles ont avec nous, fondent "comme neige au soleil". lien

Et quid de ces "plantes qui font rêver", comme le Yagé, qui permettrait d’après Barriga Villalba, de l’Université de Bogota, et qui, d’après les Incas permettait d’acquérir le don de prophétie et de clairvoyance ? lien
Il reste pourtant une question, car si les chamanes connaissent aujourd’hui, grâce à l’Ayahuasca les vertus de nombreuses plantes, que se soit pour guérir, se nourrir, ou toute autre utilisation, qui leur a communiqué un jour la méthode pour faire cet Ayahuasca ?

C’est aussi l’occasion de rappeler que toutes les mauvaises herbes ne le sont plus lorsqu’on découvre leurs propriétés. lien
Grâce entre autres à l’Arabidopsis, beaucoup de scientifiques aujourd’hui confirment que les plantes ne sont pas si différentes de nous…lien



L'art chamanique du Mexique ou de l'Amazonie péruvienne est exposé à la galerie "Chamanart"
   


On sait qu’elles peuvent être carnivores, (vidéo) ou "sensitives", comme le Mimosa Pudica, dont les feuilles se replient les unes contre les autres lorsqu’on les touche (lien), ce que confirme le célèbre botaniste Jadgadish Chandra Bose qui affirmait que l’absence de système nerveux chez les plantes n’empêchait pas qu’elles aient une sensibilité (lien), et ce qu’approuve un autre célèbre botaniste, Jean Marie Pelt, évoquant les expériences menées par Cleve Backster qui les utilisait pour détecter les mensonges, (lien) que d’autres se déplacent comme par exemple ces palétuviers qui changent lentement leur centre d’intérêt par rapport à leur environnement, (lien) ou le fuliga septica, ce champignon vivement coloré qui se déplace de plusieurs millimètres par jour…vidéo

Et quid de ces acacias qui se préviennent les uns les autres lorsqu’un prédateur herbivore agresse l’un des leurs, produisant à ce moment plus de tanin, qui dans un premier temps rend les feuilles peu appétissantes, puis indigeste, et enfin létale, éliminant alors les brouteurs qui insisteraient ? lien
En résumé, les plantes sont sensibles, elles communiquent entre-elles, elles se déplacent, et s’il faut en croire l’expérience chamanique de Jérémy Narby, elles nous parlent aussi, elles peuvent nous guérir, nous faire rêver, et nous faire découvrir un monde tel que nous ne l’imaginions pas.


Lyall Watson écrivait dans son "histoire naturelle du surnaturel" : "trop souvent nous ne voyons que ce que nous nous attendons à voir, et notre vision du monde se trouve restreinte par les œillères d’une expérience limitée" (lien) à quoi répondait en écho Victor Hugo : "la vérité est comme le soleil, elle fait tout voir, et ne se laisse pas regarder".
Steve jobs conseillait : "votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la votre. Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. L’un et l’autre savent ce que vous voulez réellement devenir. Le reste est secondaire". lien
Comme dit mon vieil ami africain : "le monde est sombre quand on garde les yeux fermés".


Merci aux internautes de leur aide précieuse
Olivier Cabanel


Le CERCLE DE SAGESSE
DE L'UNION DES TRADITIONS ANCESTRALES


organise à Dole, Domaine Château Bellevue,
(à 2h de Paris, 1h de Genève et de Dijon, 1h30 de Lyon)


le 7ème FESTIVAL DU CHAMANISME


Sources :
http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/les-voyages-immobiles-148635
http://www.terresacree.org/actualites/1643/actualite-les-voyages-immobiles-et-le-quantique-pour-les-nuls-video-116342

1 commentaire:

  1. L Ayahuasca, une liane sacrée très controversée aux pouvoir encore méconnu, de récentes études scientifiques tenterait à prouver que cette plante enthéogène pourrait guérrir le cancer. pour plus d info : http://www.circuit-aventure-perou.com/index.php/ayahuasca-cusco-banisteriopsis-caapi-chacruna-viridis-dmt-perou.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !