lundi 12 mai 2014

La Bolivie et Cuba contre "Big Pharma" !

Déroute de "Big pharma" : La Bolivie et Cuba s'unissent contre la mafia de l'industrie pharmaceutique !




http://www.the-savoisien.com/blog/public/img18/Big_Bucks.jpg



Les lobbyistes ont décidément du souci à se faire, après les interdictions d'importation d'OGM (Monsanto) de certains pays, dont récemment la Russie, c'est au tour de l'industrie pharmaceutique d'être délaissée par des pays qui affichent clairement leur politique antimondialiste.

C'est ainsi que la Bolivie et Cuba ont décidé conjointement de glisser une magnifique quenelle à Big pharma et sa mafia pharmaceutique en se passant désormais de leurs "services" ! 

Un grand bravo à eux, en espérant que cela inspire d'autres pays à s'émanciper d'une industrie parasite dont l'unique but est le profit, et ce au détriment de la santé. Le veilleur

Le président Evo Morales et son homologue de Cuba, Raúl Castro, se sont donc mis d'accord pour fabriquer des médicaments dans la nation andine et cesser de dépendre des monopoles pharmaceutiques. 

La Bolivie importe 70 % des médicaments consommés dans le pays, pour un montant approximatif de 56,4 millions de dollars. 
Le président Evo Morales a déclaré s'être mis d'accord avec son homologue Raúl Castro pour que la Bolivie et Cuba fabriquent conjointement des médicaments afin d'éviter une dépendance des multinationales. 



Lire cet article sur : http://www.le-veilleur.com/articles.php?idcat=2&idrub=26&id=1734

http://lasphrebleue.blogspot.fr/2014/05/deroute-de-big-pharma-la-bolivie-et.html 

 NDLR : Voilà un premier pas pour une indépendance à l'industrie pharmaceutique, mais vont-ils se diriger vers une médecine plus naturelle, ce serait mieux ?
Car n'oublions pas que la moitié des médicaments sont inutiles et dangereux comme l'écrivent les médecins Professeur Bernard Debré (député) et le Professeur Philippe Evin dans leur livre "Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux".











 Après les affaires de l’hormone de croissance, du Vioxx, de l’Isoméride du Mediator, et de plusieurs médicaments retirés du marché en quelques mois, une véritable, mais salutaire inquiétude s’est manifestée dans la population concernant l’utilité et les risques des traitements. 
La publication soudaine de listes de médicaments “sous surveillance renforcée”, dont beaucoup, inutiles ou dangereux, devraient avoir disparu depuis longtemps, souligne la timidité ou l'incompétence des pouvoirs publics et a fait monter d’un cran l’anxiété des patients. 
Les professeurs Even et Debré ont donc décidé de passer en revue les 4.000 médicaments sur le marché et d’identifier ceux qui sont efficaces, ceux qui le sont moins, ceux qui ne le sont pas du tout et, parallèlement, d’analyser leur degré de toxicité éventuelle intrinsèque et celle qui pourrait résulter des interactions entre eux, de l’âge des malades et des pathologies associées et préciser quel pays les a découverts, leur prix et leur coût pour la Sécurité Sociale. 
Ce guide, écrit pour les malades et parfois les médecins généralistes, ne peut évidemment répondre dans le détail à toutes les questions, mais il peut alerter, aider et, en cas de doute, conduire à consulter son médecin. 
Il devrait aussi aider les politiques à revoir et contrôler réellement le monde délirant des médicaments, ses milliers de médicaments inutiles, ses centaines dangereux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !