vendredi 16 mai 2014

L'aventure de l'énergie libre au Maroc (suite) !

Voici les difficultés pour essayer de construire un générateur d'énergie libre dans un pays sous-développé !

 

Nous avons voulu écrire cette brève mise à jour pour montrer au monde comment nous avons travaillé pour construire un générateur à énergie libre QEG.

Nous avons été dans une zone au Maroc ("un pays sous-développé") pour construire un Générateur d'Énergie Quantique (QEG) avec une trentaine d'ingénieurs, et un total d'environ 70 personnes de plus de 20 pays différents.  
Ce que nous faisons ici est dans le cadre d'un projet humanitaire : construire un générateur qui permettra d'alimenter une pompe dans un puits pour fournir de l'eau à 300 personnes sans ressources de ce village.  
L'excitation de bénéficier d'un accès libre aux plans du générateur QEG, et notre invitation ouverte à tous ceux qui voulaient venir nous rejoindre, a fait venir beaucoup de gens incroyables de larges horizons et avec de grandes idées avant-gardistes.  
Pourtant, notre objectif reste le même, c'est pour aider les gens de ce village.

Pour le reste du monde en dehors de ce village isolé, nous voulions nous assurer que nous étions en mesure de préciser ce "sous-développé" ressemble vraiment et se sent comme, et ce que notre expérience a été construit ici.  
Nous devons une explication sur les conditions difficiles que nous avons eues à endurer pour un projet comme celui-ci, car c'est vous - Les gens - qui nous fournissent l'élan nécessaire pour continuer quand tout autour de nous semble insurmontable.

Voir l'article sur le démarrage du Générateur à énergie libre au Maroc ici :
http://changera.blogspot.fr/2014/04/maroc-lenergie-libre-demarre.html 

Pas de réseau Internet utilisable :

Autre que des moments extrêmement sporadiques de chance, nous avons essentiellement eu aucun moyen de communication avec le monde extérieur pendant plus de 3 semaines.  
Certains membres de la communauté ici utilisent des "bâtons internet" qui fonctionnent très lentement, très mal et ont des limites quotidiennes d'utilisation (quand ils fonctionnent).  
Donc, fondamentalement, nous n'avons pas eu internet, aucun moyen de lire quoi que ce soit en ligne, de regarder des vidéos sur Youtube, le contrôle électronique, la recherche sur Facebook, suivre avec Skype, etc etc 
On essaye cependant, mais c'est la frustration la plupart de temps.  
À l'occasion, quelqu'un va avoir une connexion Internet et peut-être avoir un accès de 10 minutes de temps en temps, mais pour la plupart du temps nous n'avons pas eu de chance.

Le résultat de ne pas avoir une bonne communication pendant presque un mois, est mitigé.  
D'une part, nous n'avons pas pu voir beaucoup de choses négatives qui se disent autour de notre projet, mais d'autre part, nous n'avons pas eu accès aux mises à jour appropriées qui nous auraient éviter une mauvaise interprétation de nos actions.  
Nous ne sommes que vaguement au courant que des erreurs flagrantes existaient, ce qui est probablement une bonne chose.  
Nous restons concentrés sur l'objectif.


Problèmes de communication locale

La plupart d'entre nous ici n'ont pas le téléphone, et nous sommes assez dispersé dans le village.  
Dans un monde où un message texto demande "Où êtes-vous" ?  
Pouvez-vous me rencontrez dans le coin ? 
Cela n'est pas possible, la simple communication est très difficile surtout quand vous avez à marcher 1 km pour trouver la personne que vous cherchez.  
Le mieux que vous pouvez faire, c'est espérer que la personne a qui vous avez besoin de parler sera au dîner communautaire.  
En plus de cela, il y a beaucoup de différentes langues parlées ici, dont l'allemand, le norvégien, le français, l'espagnol, l'anglais et l'arabe, et la traduction peut être un peu délicate.  
Cela a fait que la communication locale incroyablement difficile et déconnectée, et souvent les choses ne sont pas toutes communiquées à tous, surtout quand les plans changent (ce qui arrive souvent).


 
 

L'industrie et le commerce ne possèdent pas les éléments basiques pour nos travaux !

Nous avons réussi à trouver du bois, des boulons et des condensateurs au Maroc, mais 90% des pièces et des outils de base nécessaires pour construire le QEG devait être amené ici d'autres pays.  
Frais d'expédition sont très élevés puisque vous deviez acheter l'affranchissement le plus cher si vous voulez que votre article arrive en moins de 3 semaines.  
Ces choses ont causé d'énormes retards et sévèrement ponctionné notre budget pour le projet (calcul des dépenses totales pour bientôt !) 
Dans un effort pour obtenir les pièces dont nous avons besoin à l'heure, nous avons acheté des billets d'avion à des gens qui faisaient le voyage afin qu'elles transportent les pièces dans leurs valises.  
Nous avons également eu à faire face à la bureaucratie du pays comme les douanes marocaines qui n'ont pas libéré le noyau du QEG pendant 2 semaines!  
Nous avons roulé 12 heures aller-retour vers Casablanca à deux reprises, et nous avons passé des journées entières à se battre avec les douaniers pour les amener à libérer notre bien. 
Ce serait plus pratique de pouvoir trouver des cœurs fabriqués, de sorte qu'il sera merveilleux de voir tous ces problèmes éliminés par exemple en finançant et en développant un atelier communautaire d'industrie artisanale.

Confort physique

Comme mentionné, il y avait environ 70 personnes ici juste pour la construction du QEG.  
Certains d'entre nous ont eu la chance et étaient en mesure d'obtenir un lit ou partager un appartement, mais la plupart des gens dormaient sur des nattes dans une grande salle commune dans la maison communautaire.  
Dans les zones où il y a la plomberie intérieure, il y a souvent des problèmes et il faut parfois marcher jusqu'à la colline pour trouver une douche avec pression et l'eau chaude.  
Beaucoup de toilettes marocaines sont des trous dans le sol avec un seau d'eau pour le rinçage.  
Malheureusement une poignée d'entre nous, y compris HopeGirl, ont attrapé la dysenterie et ont été malades pendant plusieurs jours. C'est en plus un malaise intestinal qui semble perdurer....


 

Les villageois

Les gens qui vivent ici sont pour la plupart très pauvres, mais pas malheureux.  
Ils plantent et récolter leurs propres cultures à la main, sont penchés dans les champs toute la journée.  
Les villageois marchent avec leurs ânes pour un voyage d'une journée à la ville la plus proche pour les fournitures, normalement ce trajet prendrait 15 à 30 minutes de voiture.  
Les femmes tirent de l'eau (et font tout le travail éreintant des champs en plus) au puits et remplissent des bouteilles en plastique pour ramener à la maison.  
Seulement environ 50% des villageois ont l'électricité.  
La plupart des gens ici n'ont aucune idée de ce que le monde entier connaît maintenant sur Aouchtam grâce à internet et le travail que certains d'entre nous font ici.  
Mais tout le monde ici sait qu'il y a un projet important en cours, et ils nous aiment !

Ainsi, les circonstances ont entraîné des retards considérables, des dépenses élevées et de la désinformation au sujet de notre projet. Néanmoins, nous sommes déterminés à atteindre notre objectif. 
Tant de gens merveilleux se sont réunis pour ce faire, et nous sommes de bonne humeur grâce à l'appui désintéressé que nous avons eu des gens, malgré les problèmes.  
Il s'agira de poursuivre le QEG pour les prochaines semaines jusqu'à ce qu'il soit terminé.  
Jamie et des ingénieurs vont rester ici au Maroc pour ce faire.  
Quant à moi et ma mère Valérie, nous quittons le Maroc pour aller là où nous pouvons avoir un accès Internet fiable, nous devons rattraper notre retard d'information autour du QEG et informer le monde.

Plusieurs mises à jour viendront dans les prochaines semaines, y compris des tonnes de séquences vidéo d'instructions à éditer et à télécharger.  
Nous avons plusieurs blogs pour y placer les informations. 
Nous avons beaucoup de courriels à rattraper et le futur QEG à construire à planifier.
Nous tenons à remercier nos amis de l'équipe de médias alternatifs qui ont transmis les messages sur les blogs et fait partager les vidéos avec le monde lorsqu'ils trouvaient une connexion Internet.  
Beaucoup plus à venir de l'équipe du QEG, s'il vous plaît restez à l'écoute !


 
Dons de poulets à une femme du pays !

1 commentaire:

  1. Quel courage! Quelle abnégation!...C'est avec ce genre de personnes que le monde avance...Je me sens si petite! Félicitations et bonne continuation!...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !