jeudi 1 mai 2014

Les produits chimiques font 1.000 morts/ j au travail !

    Santé au travail : 1000 morts par jour liées aux produits chimiques !


     

    Pour la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le 28 avril, l’Organisation internationale du travail (OIT) a mis l'accent sur les risques liés aux produits chimiques. 
    Les infirmières sont particulièrement concernées.
    Les maladies professionnelles sont la principale cause de décès liés au travail à travers le monde. 
    Selon les estimations de l'OIT, elles font chaque année 2.340.000 victimes, soit 5.500 par jour en moyenne. 
    Parmi ces décès, 375.000 – soit 1000 par jour – font suite à une exposition à des produits toxiques.
    NDLR : D'après nous ces chiffres sont à multiplier au moins par 10 car de nombreux décès ne sont pas déclarés imputables aux produits chimiques !

    "Dans tous les secteurs, quasiment tous les lieux de travail ont recours aux produits chimiques, et de fait, de nombreuses catégories de travailleurs sont potentiellement exposées"
    C'est donc à partir de ce constat, mis en avant dans un rapport publié au mois d’avril, que l'OIT a choisi cette année le thème de sa campagne mondiale de sensibilisation et de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. 
    Dockers, travailleurs du bâtiment, coiffeurs ou agents de nettoyage, les professions concernées sont nombreuses. 

    Aucun corps de métier épargné !

    Les coupables, substances toxiques utiles à l'industrie, l'artisanat et aux métiers de services, mais beaucoup moins à notre santé, sont partout. 
    Peintures, laques, colles, solvants, teintures, autres produits issus de la pétrochimie… plus de 84 millions de composés chimiques sont recensés et plusieurs dizaines de millions sont couramment utilisés. 
    Autant dire que tous les corps de métiers sont concernés, évidemment à des degrés divers.
    Cette année, le Bureau international du travail (BIT) a insisté sur les risques encourus dans les salons de coiffure et de manucure, notamment en raison de la présence de méthacrylate de méthyle. 
    Pire, ces produits "sont utilisés en dehors de toute mesure de protection (…) comme la ventilation, les équipements de protection ou la formation des professionnels", précisent les experts de l’OIT. 
    Bien sûr, les clients sont également au contact de ces substances, mais pour un temps limité, au contraire de ceux qui y travaillent. 
    Même dans les bureaux, les employés sont exposés aux particules échappées notamment des toners des imprimantes.

     

     

    Une incidence sur la santé parfois difficile à évaluer !

    Le rapport du BIT insiste sur la difficulté à quantifier les effets des expositions mineures et répétées aux substances chimiques, par contraste avec celles, mieux documentées, qui causent des empoisonnements aigus (240.000 morts par an) ou une auto-intoxication due aux pesticides (186.000 morts par an). 
    Ainsi précise le BIT, "il n’existe aucun moyen fiable de déterminer la quantité de produits chimiques ni le nombre de professionnels exposés à ces produits dans le monde". 
    Le chiffre de 375.000 morts n'est donc en réalité qu'une estimation.
    Le rapport pointe, outre la "souffrance incommensurable des victimes et de leurs familles", le coût considérable (direct et indirect) des accidents du travail et maladies professionnelles, cette fois considérés dans leur globalité. 
    Celui-ci est évalué à "près de 4% du produit intérieur brut mondial", soit "2,8 milliards de dollars".



     
    Figure 1 : Voies d'entrée des produits chimiques dans le corps humain 

    Figure 2 : Organes et tissus pouvant être affectés par certains produits chimiques industriels toxiques




    Manque d'information dans le milieu médical par exemple :

    Par contact avec des produits chimiques ou des instruments médicaux, le personnel infirmier est particulièrement exposé. 
    Parmi les produits manipulés par les soignantes, le formaldéhyde, utilisé pour désinfecter le bloc opératoire, est un irritant respiratoire. 
    Nocif pour la peau et les yeux, il est aussi soupçonné d'avoir un effet cancérigène. 
    Certains traitements administrés dans le cadre d'une chimiothérapie présentent également des risques lorsqu'ils sont absorbés par voie cutanée ou respiratoire. 
    Enfin, l'halothane, utilisé comme anesthésique, peut entraîner des troubles hépatiques dans le cadre d'une exposition répétée.
    Comme le souligne le rapport de l'OIT, les conséquences de l'exposition aux produits chimiques sur la santé sont difficiles à identifier.  
    "Le manque d’information sur les conséquences d’une exposition à des produits chimiques a longtemps empêché de faire le lien entre ce type d’exposition et un cancer qui se déclare 20 ans plus tard, et le manque de données concernant les effets connus d’une exposition s’ajoute à cette carence", expliquent les auteurs, qui appellent notamment à l'élaboration de politiques nationales pour la gestion des produits chimiques en milieu professionnel.

    Charlie Vandekerkhove
    Photo : © pgm - Fotolia.com

    http://www.espaceinfirmier.fr/actualites/au-jour-le-jour/articles-d-actualite/140429-sante-au-travail-1000-morts-par-jour-liees-aux-produits-chimiques.html

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !