mardi 23 septembre 2014

Vibraconférence : Valérie Caron mardi 23 sept.


Vibraconférence avec Valérie Caron ce mardi 23 septembre 2014 à 20h à Paris, 14h au Québec !

Valery Caron du site

 https://www.facebook.com/partenairedevolution

Voici le lien du direct pour la VibraConférence : 
https://plus.google.com/events/cpt4ig4q3hbkdnk8u4lneoupplc
 


Si vous ne savez pas comment poser vos questions en direct voici un tuto
Nous commencerons l’interview en direct par une présentation de Valery Caron puis rapidement VOUS poserez vos questions pour que l’interview corresponde exactement à vos attentes et pas aux miennes.
Merci pour votre présence lors de l’interview en direct et merci d’avance pour vos invitations et partages pour que nous soyons nombreux à vibrer ensemble.
A très vite !
Stéphane




***
Message de Valery Caron sur Facebook


Je vous invite, aujourd'hui, à partager un de mes voyages intérieurs...

Lors de la libération d'une mémoire et la prise de conscience qui en suivi, j'ai pu observer le processus en cours et les différentes étapes de celui-ci.

Cela commence par une baisse d'énergie psychologique puis physique. 
Je perds mon appétit peu à peu.
C'est comme une lente descente à l'intérieur de moi.
Je commence par me couper inconsciemment de l'extérieur (plus d'intérêt pour ce qui m'entoure), suivi d'un retour sur moi, une intériorisation. 
Tout mon être est centré sur ma personne.
Une longue descente commence alors, comme dans un puits profond où le sombre se fait de plus en plus dense.

Je ne peux plus rien avaler. 
J'ai froid, de plus en plus froid.
Une douleur grandis dans mes entrailles, une crispation intense.
Mon énergie est alors à ce point descendue, qu'il ne reste plus en moi, qu'un sentiment de peur, un vent d'angoisse.
Je me sens seule, coupée de tout.
La panique est alors présente de façon cyclique ... 
Elle s'empare de moi de façon intempestive. 
Sans avoir pressenti sa venue, tout à coup, elle est là, d'une force et d'un tourment submergeant, comme les vagues menaçantes d'une mer déchaînée, allant et venant dans un rythme qui s'installe en ritournelle éternelle ...
Recroquevillée sur moi-même, je ne suis plus rien.

C'est alors qu'un dialogue intérieur s'instaure entre ma "partie lumineuse" et ma "partie humaine" ... Dialogue aussi incessant qu'incohérent, car aucune des deux parties n'écoutent l'autre.
Toujours aussi seule, je suis là comme spectatrice, observatrice, de cette espèce de face à face, ou peut-être plutôt ce duel, ou chaque partie, tour à tour, occupe le devant de la scène...
A ce moment là, tout scénario devient possible et nul ne sait jusqu'où cela ira ni quels sont les enjeux de cette pièce de théâtre !
Cela se poursuit inlassablement.
Ma "partie humaine invente, rumine, me pousse à, tempête, fulmine, s'acharne, menace, hurle, s'insurge, se révolte, injurie, condamne, juge, prends partie, tranche, agace, influence, susurre, murmure, défie ... et que sais-je encore ? Telle une bête enragée usant de scénarios imaginaires tous plus vils les uns que les autres !
Tandis que ma "partie lumineuse" rassure, réconforte, soutient, apaise, calme, conseille, aide, encourage.
 

C'est ainsi qu'à un moment je l'entends dire : "RESPIRE" !
C'est là mon outil de salut !
Je commence tout d'abord par de grandes inspirations par les narines et de grandes expirations par la bouche... puis naturellement, par instinct, la respiration haletante est arrivée (celle du chien qui se rafraîchit) ; la respiration qui aide à lâcher, à se décontracter... c'est du moins, l'effet qu'elle me fait !
C'est alors que ma "partie lumineuse" reprends de plus belle : "Lâche prise, va voir au fond, accepte, accompagne ce mouvement de descente au fond du puits... le cadeau est ici !"
Ces mots et cette façon de respirer sont le déclic ou plutôt, l'interrupteur de la lumière qui se fait tout à coup dans ce gouffre noir où tout s'illumine comme sous l'effet d'une poursuite* et je découvre à cet instant, le cadeau, là, enfoui depuis tant d'années !

Ma respiration devient plus fluide, chaque muscle de mon corps se relâche. Je me déploie sur mon lit !
A ce point du processus, l'énergie et la conscience commencent la remontée en surface ... J'entame le lent chemin du retour à moi-même !

Tout cela aura duré trois jours et deux nuits.
Le temps est un outil précieux et primordial pour le "processus" !

Plus je mets de conscience dans l'observation de celui-ci et plus je suis apte à l'accompagner , moins je souffre.
Plus je suis à l'écoute du dialogue intérieur, réceptive aux conseils de mon Être lumineux et attentive à ses instructions, plus j'ai de chance de saisir le bon outil, d'apercevoir le cadeau et d'en saisir la quintessence.

Ce n'est qu'à ce moment précis que l'énergie va de nouveau réintégrer petit à petit, le corps, le cœur et l'esprit.

Prendre le temps de remonter est également primordial ... Pas de précipitation, au risque de perdre quelques subtilités de l'enseignement de cette prise de conscience.
Je l'ai donc accompagné jusqu'au bout, en ne présumant pas de mes forces nouvelles, ainsi qu'en restant vigilante à l'écoute de moi-même, afin d'intégrer au mieux tout ce que je venais d'acquérir.

Et puis le temps est venu de penser à la guérison et pour cela de trouver les outils les mieux adaptés ...
Cette fois-là, ce fût donc la restitution écrite et la méthode Ho' oponopono .
Tout cela se termina par des sentiments de gratitude et des remerciements à tous les acteurs, passés, présents, futurs de cette histoire ou plutôt devrais-je dire, de cette mémoire !

Et voici, ainsi, que je me libère !

* Poursuite : en spectacle, projecteur à faisceau droit dont le rôle est de mettre en lumière un élément particulier sur la scène.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !