dimanche 15 mars 2015

La Planète Mars possédait un Océan !

Le scénario sur la disparition de l'océan de la planète Mars ! 

Filibert : Régulièrement nous avons entendu dire que la Planète Mars était habitable il y a longtemps et même qu'il y aurait, actuellement, une base Marsienne où la petite fille d'un ancien Président des USA, Laura Eisenhower, aurait été conviée à s'y rendre par les services top secrets !  (Voir :  http://changera.blogspot.fr/2015/03/les-accords-secrets-avec-les-extra.html )
Donc voici une étude scientifique qui va dans le sens de la possibilité d'habitabilité de cette planète !

Les résultats d’une nouvelle étude tendent à montrer que Mars était dotée d’un océan primitif d'un volume supérieur à celui de l’océan Arctique et recouvrait, proportionnellement, une surface bien plus étendue que celle de l’océan Atlantique sur la Terre.
Une équipe internationale de scientifiques a surveillé, six années durant, l’atmosphère de la Planète rouge et cartographié les propriétés de la molécule d’eau en différentes zones de son atmosphère.
Ces nouvelles cartes sont le
s toutes premières du genre.


Cette illustration suggère l’environnement humide de Mars voici 4 milliards d’années. La toute jeune planète devait renfermer suffisamment d’eau liquide pour que l’intégralité de sa surface en soit couverte, sur une hauteur d’environ 140 m. Il semble plus probable toutefois que l’eau liquide se soit constituée en un océan occupant près de la moitié de l’hémisphère nord de la planète. En certaines régions, la profondeur de cet océan pouvait dépasser 1,6 km. © Eso, M. Kornmesser


Cette illustration suggère l’environnement humide de Mars voici 4 milliards d’années.

Voici quelque quatre milliards d’années, la toute jeune planète Mars aurait renfermé suffisamment d’eau liquide pour que l’intégralité de sa surface en soit couverte, sur une hauteur d’environ 140 mètres. 
Il semble plus probable toutefois qu'elle se soit constituée en un océan couvrant près de la moitié de l’hémisphère nord de la planète. 
Dans certaines régions, sa profondeur pouvait dépasser 1,6 km.


"Notre étude fournit une estimation solide de la quantité d’eau jadis présente sur Mars, déduite de celle perdue dans l’espace, indique Geronimo Villanueva, un scientifique travaillant au Goddard Space Flight Center de la Nasa à Greenbelt dans le Maryland, États-Unis, et auteur principal de cette nouvelle étude publiée dans l’édition en ligne de la revue Science. 
Grâce à ce travail, nous sommes en mesure de mieux comprendre l’histoire de l’eau sur Mars."

http://www.laterredufutur.com/photos/mars-atmosphere3 

Enquête sur différents isotopes de l’eau


Cette nouvelle estimation a été déduite des observations détaillées de deux isotopes de l’eau présents dans l’atmosphère martienne. 
L’un de ces isotopes est H2O, constitué de deux atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène. 
L’autre est HDO, une eau semi-lourde présente à l’état naturel, qui diffère de la molécule d’eau classique H2O par la figuration d’un atome de deutérium, plus lourd que l’hydrogène, en lieu et place de l’un des deux atomes d’hydrogène. 

http://www.herschel.fr/Images/astImg/59_1.png

La forme deutérée est caractérisée par une masse supérieure à celle de la molécule d’eau classique. 
Sa tendance à l’évaporation est donc moindre. 
Ainsi donc, le taux d’échappement de l’eau de la planète peut se mesurer au rapport HDO/H2O qui caractérise l’eau restante (dans les océans terrestres, il y a environ 3.200 molécules de H2O pour une molécule de HDO).

Les chercheurs sont parvenus à distinguer les signatures chimiques des deux isotopes de l’eau grâce au VLT de l’Eso au Chili, ainsi qu’au moyen d’instruments installés à l’Observatoire W.M. Keck et le télescope infrarouge de la Nasa, tous deux à Hawaï. 

En comparant le ratio HDO/H2O, les scientifiques peuvent estimer l’augmentation de la quantité de HDO et déterminer la quantité d’eau échappée dans l’espace. 
Ils peuvent également en déduire la quantité d’eau sur Mars présente à l’origine.
Au cours de cette étude, l’équipe a cartographié leurs distributions. 
Et cela, à différentes reprises au cours de six années terrestres (soit environ trois années martiennes). 
Elle a ainsi produit des instantanés globaux de leurs répartitions respectives, ainsi que de leur ratio. 
Les cartes obtenues révèlent l’existence de variations saisonnières ainsi que de microclimats, bien que Mars s’apparente davantage aujourd’hui à un désert.

Illustration de la surface de Mars en partie recouverte d’eau liquide au cours du Noachien, il y a environ 4 milliards d’années, première période géologique de son histoire. © Eso, M. Kornmesser, N. Risinger

Mars aurait perdu 6,5 fois son volume d’eau actuel !


L’équipe s’est plus particulièrement intéressée aux régions situées à la lisière des pôles Nord et sud, parce que les calottes de glace polaire constituent les plus vastes réservoirs d’eau connus. 
Celle qui y est emprisonnée permet de retracer son évolution sur Mars depuis la période humide du Noachien qui s’est achevée il y a 3,7 milliards d’années.

Les résultats nouvellement obtenus indiquent que la quantité d’eau lourde présente dans l’atmosphère située à proximité des régions polaires a augmenté d’un facteur 7 en comparaison de l’eau des océans terrestres, ce qui implique que l’eau des calottes polaires martiennes s’est enrichie d’un facteur 8. 
Le taux d’enrichissement à partir de ces cartes implique que Mars a perdu un volume d’eau 6,5 fois plus important que celui actuellement stocké au sein des calottes polaires. 
Le volume de l’océan primitif martien était donc très certainement supérieur à 20 millions de kilomètres cubes.

Au vu de l’actuelle surface de Mars, il est probable que cette eau ait recouvert les plaines du Nord, caractérisées par une faible élévation. 

 http://cdn24.ne.be/Contents/109342/Mars-photo-600x280.jpg

L’océan primitif aurait ainsi recouvert 19 % de sa surface, ce qui est supérieur aux 17 % de la surface terrestre qu’occupe actuellement l’océan Atlantique.

"Si la planète Mars a effectivement perdu cette quantité d’eau, il est fort probable qu’elle soit demeurée humide, et donc habitable, durant une période plus longue qu’estimée auparavant" conclut Michael Mumma, scientifique en chef au Centre Goddard et second auteur de l’article.

Il est possible que Mars ait renfermé une quantité d’eau bien plus importante encore, dont une partie subsisterait sous la surface. 
Les nouvelles cartes révèlent l’existence de microclimats et de variations de quantités d’eau atmosphérique au fil des saisons. 
Elles pourraient également s’avérer utiles dans la recherche d’eau souterraine.

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/mars-mars-scenario-disparition-oceans-57423/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !