dimanche 19 avril 2015

Remède à la sécheresse au Pérou !

La sécheresse au Pérou combattue par une technique… vieille de 1.500 ans !


Au Pérou, le principe des "Amunas", mis au point avant les Incas, va être repris pour amener de l’eau à Lima, la capitale qui subit de dures sécheresses chaque année.
En amenant l'eau dans les nappes phréatiques des versants des montagnes par des ruisseaux d'altitude le long des versants des montagne, l'écoulement lent de l’eau dans les sols permet d'irriguer les cultures pendant la saison sèche et de réalimenter les sources et les rivières basses.

Une technique efficace et jamais oubliée.

Les montagnes andines reçoivent beaucoup d'eau quand le vent fait monter l'air sur elles, le refroidissant jusqu'à faire tomber la pluie. Retenue dans les glaciers, elle n'en descend qu'épisodiquement. Sur le versant orienté vers le Pacifique, les régions de basses altitudes sont désertiques. © flickrfavorites/Flickr - Licence Creative Commons (by-nc-sa 2.0)  

Les montagnes andines reçoivent beaucoup d'eau quand le vent fait monter l'air sur elles, entraînant son refroidissant jusqu'à provoquer la condensation de la vapeur d'eau qui donnera de la pluie ou de la neige. 
Les glaciers accumulent l'eau sous forme de glace à la saison froide pour la restituer au début de la saison chaude. 
Les régions de basses altitudes reçoivent peu d'eau et sont désertiques.
Chaque année, Lima, la capitale du Pérou, deuxième plus grande ville désertique du monde (après Le Caire), manque d’eau durant plus de six mois. 
Pourtant, pendant la période de fonte des neiges, les rivières coulent si violemment qu'elles provoquent des inondations.  
Installée au bord de l’océan, la grande cité s’approvisionne en effet par les rivières qui descendent de la cordillère des Andes. 
Mais les glaciers andins régressent d’année en année, comme nous l'avait expliqué Bernard Francou, de l'IRD, et la situation devient problématique. 
Une des solutions est de construire une nouvelle usine de dessalement d'eau de mer. 
L’ONG Condesan a poussé un autre projet, original, mis en œuvre par Sedapal, société de gestion de l’eau. 


http://www.santiagodetuna.gob.pe/imagenes_galeria/trabajos_amunas_05_03_14/Amunamiento_Tampucaya/static_files/grandes/13.jpg


L’idée est de reprendre une technique connue depuis les Huari, ou Wari, une civilisation installée dans les Andes avant les Incas, entre 550 et 900 après Jésus-Christ. 
Le principe des Amunas, ou Mamanteaos, est de détourner l’eau des torrents en haute montagne, à plus de 4.000 m d’altitude, à la fin de l’hiver quand les glaciers fondent. 
Des rigoles l’envoient dans des zones situées 1.000 à 1.500 m au-dessus des cultures. 
Ces petits canaux libèrent l’eau dans le sol, là où il est suffisamment fracturé pour être perméable. 
Elle s’enfonce donc et descend lentement. 
Quelques mois plus tard, quand les torrents seront à sec, elle sera parvenue au niveau des champs cultivés, humidifiant le sol, emplissant les aquifères et alimentant les rivières.


 
Un dessin explicatif des amunas montré sur le site de l'association Agricultures Network
Sans traduction des termes en espagnol, le schéma est compréhensible. 
Les pluies de la saison humide alimentent, sur les sommets, des torrents et des rivières descendant dans la vallée. 
Les canaux artificiels, dont l'un est représenté ici à 4.400 m d'altitude, détournent une partie de l'eau d'un cours d'eau et la fait couler lentement, ici vers la gauche, bien au-dessus des cultures. 
Cette eau va s'infiltrer dans le sol et descendre lentement dans le sous-sol (les flèches noires), au lieu de dévaler la pente en surface. 
Pendant la saison sèche, elle nourrira ainsi les nappes aquifères de la vallée, humidifiant le sol et grossissant les cours d'eau de basse altitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

La technique des amunas serait efficace et économique


Ce système est encore utilisé au Pérou, à San Andrés de Tupicocha, dans la province de Huarochirí. 
Les spécialistes en hydrologie sont en train de répertorier les canaux existants et de voir où l'eau ressort, comme l'explique Bert de Bièvre, de Condesan à la revue New Scientist. Selon une étude présentée par Gena Gammie (Forest Trends Water Initiative) lors d'un forum à Pékin en 2014 (Making the Case for Green Interventions for Water Management: Experience from Lima, Peru), il suffirait de reconditionner 50 amunas existants pour augmenter de 60 %, soit 26 millions de m3, la quantité d’eau disponible dans les rivières alimentant Lima. 

http://i.kinja-img.com/gawker-media/image/upload/t_xlarge/csidvoz2f14u4eyn9pgd.jpg


Les hispanophones pourront consulter cette vidéo pour suivre une explication du procédé. 
Un budget de 12 millions de dollars (environ 11 millions d'euros) doit être alloué à ce projet. 
D'après Bert de Bièvre, il existe d'autres moyens de retenir l'eau dans la montagne, notamment la plantation d'arbres. 
Mais la technique des Huari serait la plus économique de toutes...

Source :
http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-secheresse-perou-combattue-technique-vieille-1500-ans-57929/#xtor=RSS-8

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !