samedi 23 janvier 2016

Les contes de fées seraint très vieux !

Une étude fait remonter l'origine des contes de fées à la préhistoire !


Filibert : Il est étonnant de voir comment des mythes, des légendes ou des contes se transmettent depuis des millénaires sans trop de déformations (les indiens hopis parlent de leurs histoire sur 80.000 ans) alors qu'une simple transmission d'une phrase de bouche à oreille sur une vingtaine de personnes, déforme complétement le message initial !
Alors que la plupart des chercheurs soutenaient que les contes de fées ne dataient que du XVIe siècle, les frères Grimm étaient déjà intimement persuadés que ces contes avaient des origines beaucoup plus anciennes. 
Mais parce qu'ils ont longtemps été transmis oralement avant d'être mis par écrit, l'origine des contes de fées n'était pas évidente à retracer. 
Des chercheurs viennent de publier une étude qui situe leur origine au néolithique. 




Jack and the beanstalk, 1890

Jack et le Haricot géant, créateur inconnu, 1890 (Special Collections Toronto Public Library, CC BY-SA 2.0)

 

Les chercheurs Sara Graça da Silva (université de Lisbonne) et Jamshid J. Tehrani (université de Durham) ont décidé de s'atteler à la question à l'aide d'une méthode inattendue. 
Ils ont mené une étude de génétique des textes au sens propre du terme, en réutilisant des méthodes utilisées en biologie pour retracer les mutations des gènes...

Tehrani a expliqué la méthode à la BBC : 
"Nous avons emprunté une trousse à outil à la biologie de l'évolution, ça s'appelle une méthode comparative phylogénétique. 
Elle permet de reconstruire le passé en l'absence d'indice physique. 
Nous avons extrait des informations concernant l'histoire des contes, en utilisant des informations qui avaient été préservées par des mécanismes d'héritage, donc en un certain sens, elles contiennent leur propre histoire. 
En comparant des contes populaires que l'on trouve dans différentes cultures et en connaissant les relations historiques entre ces cultures, on peut en déduire quelles histoires leurs ancêtres communs auraient racontées."

Pour leur étude, ils se sont basés sur les "contes contenant de la magie" de la classification Aarne Thompson. 
Ils ont ensuite enregistré la présence ou l'absence de ces contes chez 50 peuples de langue indo-européenne, choisis sur l'abondance d'études ayant été effectuées sur leurs traditions orales et leurs relations phylogénétiques. 

Leurs résultats ont de quoi surprendre. 
La Belle et la Bête et le Nain Tracassin auraient par exemple des origines qui remontent à plus de 4000 ans, soit à la préhistoire, vers la fin du néolithique. 

 

https://i.ytimg.com/vi/Br3sErpjMQo/maxresdefault.jpg

 

Des contes datant du néolithique

Quant au conte populaire du maréchal-ferrant et du diable, il aurait des origines qui remontent à 6000 ans... 
Dans ce modèle de conte, un maréchal-ferrant conclut un pacte avec un être maléfique (la mort, le diable ou autre) : en échange de son âme, il obtient le pouvoir de souder n'importe quels matériaux ensemble. 
Il se sert ensuite de son pouvoir pour coller le diable à un objet immuable, comme un arbre, ce qui lui permet de ne pas tenir sa promesse. 
De l'Inde à la Scandinavie, cette structure serait restée stable dans tous les lieux de langue indo-européenne. 

D'après l'étude, les origines de ce conte se retrouveraient dans les sociétés proto-indo-européennes, où la métallurgie existait probablement et où l'on retrouve des évidences génétiques et archéologiques de massives expansions territoriales par des tribus nomades des plaines du nord de la mer noire, il y a 5000 ou 6000 ans. 

 http://fs02.androidpit.info/a/52/bb/le-nain-tracassin-52bbc0-h900.jpg



Cette affirmation n'est pas sans rencontrer quelques détracteurs : John Lindow, folkloriste de l'université de California, prétend que le vocabulaire proto-indo-européen pour les activités avec le métal étaient limitées et que le mot "maréchal-ferrant" n'existait pas. 
Selon lui, la version du maréchal-ferrant et du diable utilisée dans cette étude ne pourrait donc pas être aussi vieille. (Filibert : il y avait un peuple en Inde qui était capable de couler un fut de 7 m de fer pur il y a 1600 ans et qui devait pratiquer cet art de longue date pour arriver à cette perfection !).

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/QtubIronPillar.JPG/280px-QtubIronPillar.JPG
 


Mais Tehrani a bien confirmé avoir confiance en ses résultats, et en ses méthodes de traitement des histoires comme des informations génétiques, qui passent de génération en génération : "On ne réinvente pas la culture à chaque nouvelle génération, mais on en hérite beaucoup."

Les frères Grimm pensaient déjà, sans pouvoir le prouver, que beaucoup des contes qu'ils ont popularisés devaient tirer leurs origines des débuts des langues proto-indo-européennes. 
Plus tard, d'autres chercheurs avaient affirmé que ces contes ne dataient que du XVIe siècle.

Tehrani se range définitivement du côté des frères Grimm : "Nous trouvons cela remarquable que ces histoires aient survécu sans avoir été écrites. Elles ont été conservées oralement avant que le français, l'anglais ou l'italien n'existent. Elles ont probablement été inventées dans un langage indo-européen disparu."

Camille Cornu 
https://www.actualitte.com/article/patrimoine-education/une-etude-fait-remonter-l-origine-des-contes-de-fees-a-la-prehistoire/63109

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !