samedi 13 mai 2017

Faillite du 51ème état américain, Porto Rico !

Faillite du 51ème état américain ! Les initiés n’ont jamais vendu leurs actions à un tel rythme depuis 2008 !

 

https://www.quizz.biz/uploads/quizz/1033992/14_722ph.jpg




Le territoire de Porto Rico s’est effondré financièrement et vient de demander mercredi à ce qu’il soit déclaré en situation de faillite.(Ndlr : Porto Rico est le siège du Gouvernement d'Entreprise qui a pris le pouvoir illégalement à Washington DC, d'où l'importance de cette faillite pour les USA !).

Lorsque cela a été annoncé mercredi, cette nouvelle a rapidement fait le tour de la planète. 

Depuis des décennies, Porto Rico est considéré comme le territoire ayant une forte probabilité de devenir "le 51ème état américain", et il y a même eu des rumeurs selon lesquelles nous pourrions bientôt assister à de nouvelles avancées sur l’obtention du statut d’État. 
Mais cette question semble avoir été mise de côté aujourd’hui car pour le moment, Porto Rico est aux prises avec une crise financière cauchemardesque, découlant d’un effondrement économique accéléré. 
Malheureusement, beaucoup d’américains n’ont toujours rien compris puisqu’ils pensent que ce qui est arrivé à Porto Rico ne peut pas se produire sur le sol américain, et ce en dépit de signaux identiques annonçant que des des problèmes économiques majeurs surgissent un peu partout aux États-Unis.
Il y a presque deux ans, j’avais déjà tiré la sonnette d’alarme à propos de Porto Rico qui s’enfonçait dans la crise de la dette, et aujourd’hui, l’heure de vérité est arrivée pour la "Grèce des Caraïbes"

  


http://www.guidemondialdevoyage.com/a/main/8f350f44-1a25-476a-9457-1c431cc20c8b/41AF38DE-7933-11DB-9FB2-8F4527C0BFE9/43DE1D5A-7933-11DB-9FB2-8F4527C0BFE9.gif

 


Porto Rico s’est déclaré en défaut de paiement et devient ainsi la plus importante collectivité territoriale des États-Unis à faire faillite. 
Le gouverneur a déclenché une procédure pour restructurer la dette, qui s’élève à 123 milliards de dollars.
Ricardo Rossello, le gouverneur de Porto Rico, a déclenché une procédure permettant à l’île de restructurer sa dette, qui s’élève à 123 milliards de dollars. 

Ce territoire dépendant des États-Unis doit 74 milliards de dollars à ses créanciers et 49 milliards de dollars en retraites impayées.
Il y a fort à parier, d’après le New York Times, que les créanciers lancent une série de procédures judiciaires pour contester toute tentative de Porto Rico de ne pas tout rembourser. 

Des tracas judiciaires qui risquent de prendre du temps. 
L’île n’en a pas : en faillite, elle n’a plus les moyens de payer ses fonctionnaires ou d’entretenir les infrastructures. 
La population locale, dont près de la moitié vit sous le seuil de pauvreté, n’a pas les moyens d’attendre.
Comme pour la Grèce, le Zimbabwe, le Venezuela et tant d’autres pays, ce qui s’est passé à Porto Rico nous montre qu’il n’est tout simplement pas possible de vivre au-dessus de ses moyens indéfiniment. 

Si votre endettement augmente beaucoup plus rapidement que votre croissance économique, la catastrophe financière finit par devenir inévitable. 
C’est une leçon que les dirigeants de Washington DC se doivent de retenir au plus vite avant qu’il ne soit trop tard pour les États-Unis. 


http://3.bp.blogspot.com/-R7VGLbqmZGs/T9gJGlhOCLI/AAAAAAAAAKg/LzpJ49KjHJk/s1600/Puerto_Rican_Day_Parade.jpg




Depuis 2007, la population de Porto Rico a baissé de 10% et le nombre d’emplois sur ce territoire a chuté de 20%. 
Alors que l’effondrement économique dure depuis 10 ans, la situation continue de se détériorer mois après mois.
Malheureusement pour Wall Street, de nombreux grands établissements financiers américains ont investi massivement dans les obligations portoricaines, aveuglés par des rendements élevés et une totale défiscalisation. 

En fait, on estime que 180 fonds communs américains possèdent 5% de leurs actifs financiers en obligations portoricaines.
A l’heure actuelle, ces établissements financiers sont en passe de perdre des milliards de dollars et voir leurs investissements partir en fumée. Bon nombre de ces établissements financiers pensaient que cette situation n’arriverait jamais.
L’effondrement financier risque d’engendrer d’énormes pertes pour les détenteurs d’obligations portoricaines qui, depuis des années, en ont acheté massivement.(L’archipel propose aux investisseurs qui achètent ses bons du Trésor, une exemption de taxes locales et fédérales. 

Raison pour laquelle les titres obligataires de Porto Rico étaient devenus très populaires auprès des fonds de pension américains.)
L’ampleur de la restructuration est bien plus importante que ce que nous avions connu lors de la faillite de Détroit d’un montant de 18 milliards de dollars. 

Nous ne savons pas combien de temps durera la procédure judiciaire, pas plus que ce que pourraient perdre les détenteurs d’obligations portoricaines.
Alors, quel sera l’impact de l’effondrement financier de Porto Rico sur le système financier américain ?
C’est difficile à dire, mais nul doute que c’est une préoccupation majeure. 





 




Parallèlement, nous venons d’apprendre que les initiés à savoir ceux qui gravitent aux plus hautes fonctions dans les entreprises, se débarrassent de leurs actions à un rythme qui n’avait pas été observé depuis sept ans. 
Les informations suivantes proviennent de Business Insider…

Alors que les investisseurs continuaient d’acheter frénétiquement des actions, propulsant ainsi les trois principaux indices à des niveaux record au cours des derniers mois, ceux qui se situent aux plus hautes fonctions de grandes entreprises se sont débarrassés des actions à un rythme qui n’avait pas été observé depuis sept ans. 
Selon les données enregistrées par Trim Tabs au cours du mois de mars 2017, les ventes ont été évaluées à 10 milliards de dollars.
Cette tendance est plutôt paradoxale au regard d’un marché boursier qui s’attaque déjà aux records qui avaient été atteints lors de la bulle internet en 2000. 

En d’autres termes, si les dirigeants qui ont des informations privilégiées au sujet de leurs entreprises sont en train de se débarrasser de leurs actions, alors pourquoi les investisseurs devraient-ils continuer à acheter des actions alors que les indices se situent actuellement à des sommets historiques ?

http://www.tasse-toi.com/images/p/pap/papier-toilette-dollar.jpg

Qu’est-ce que ces dirigeants de sociétés savent que nous ne savons pas ?
Peut-être qu’ils ont tout simplement du bon sens. 

Si je faisais partie des initiés de l’une de ces licornes de Wall Street qui ont des capitalisations boursières de plusieurs dizaines de milliards de dollars, alors qu’elles perdent constamment des centaines de millions de dollars par an, je vendrais aussi.
En bourse, vous gagnez que lorsque vous vendez au bon moment. 

Ceux qui avaient vendu leurs actions Pets.com au sommet de la bulle internet sont devenus extrêmement riches, mais ceux qui étaient restés dessus durant le krach ont tout perdu.
Certains analystes expliquent que l’unique moyen de gagner de l’argent consiste à répliquer ce que font les initiés. 

S’ils achètent, alors c’est le moment d’acheter, et s’ils se vendent, alors débarrassez vous de vos actions.
Personnellement, je préfère utiliser le peu d’argent que j’ai, afin de faire face à cette terrible crise qui se profile, et ce même si beaucoup de gens ne sont pas forcément d’accord avec moi. 





La crise que connait Porto Rico s’est développée sur une longue période, et il y avait beaucoup de signes avant-coureurs.
Donc, tous ceux qui détiennent encore des obligations américaines sont tout complètement fous !
De même aux États-Unis, davantage de signaux montrent que les problèmes ne cessent de s’aggraver. 

Hier par exemple, de très mauvaises nouvelles sont tombées pour l’industrie automobile américaine et l’Amérique est sur le point de battre le record des fermetures de commerces de détail sur une seule année.
Ce n’est pas parce que l’on ne peut pas prévoir le moment précis où cette crise éclatera qu’elle n’arrivera pas.
J’avais prévenu de l’effondrement financier imminent de Porto Rico en 2015, mais il aura fallu attendre près de 2 ans. 

Et même si le système financier américain semble être toujours debout, il ne le doit qu’en empruntant toujours davantage.
Par conséquent, ne vous moquez pas des problèmes de Porto Rico, parce que cela pourrait très bien arriver aux États-Unis et beaucoup plus rapidement qu’on ne le pense. 



Sources : theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder

http://www.businessbourse.com/2017/05/12/faillite-du-51eme-etat-americain-les-inities-nont-jamais-vendu-leurs-actions-a-un-tel-rythme-depuis-2008/ 
 


Autres articles :
Egon Von Greyerz : les bons du Trésor américain vont disparaître dans un trou noir
Les indices viennent d’atteindre un niveau jamais observé depuis les bulles de 1929, 2000 et 2007
Michael Snyder : Le remboursement de la dette américaine est mathématiquement impossible

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !