mardi 25 juillet 2017

Bras de Fer entre Trump et la CIA en Syrie !


Syrie : Trump s’attaque à la CIA alors que les forces américaines entrent en Syrie sous protection Russe !




Pour la première fois depuis que le président John F. Kennedy a essayé de mettre au pas la CIA (Ce qui avait conduit à son assassinat !), après échec retentissant de celle-ci lors du débarquement de la baie des cochons [1] pour renverser le gouvernement cubain en 1961, le président Donald Trump s’attaque lui aussi à la CIA afin détruire son "armée privée" de terroristes islamistes en Syrie, pendant que les forces militaires américaines continuent de se répandre dans ce pays sous la protection de la force aérienne russe. 




 




En effet, depuis que l'organisation terroriste de l'État islamique (DAECH) est apparu sur la scène mondiale en 2014, le président Barak Obama a refusé d'autoriser l'armement des forces kurdes qui ont toujours voulu s’opposer efficacement à Daech. Mais Obama a choisi de cautionner un programme secret de la CIA (appelé Timber Sycamore), consistant à entraîner, armer et financer massivement les islamistes terroristes en Syrie, en Irak, en Tunisie, en Libye et ailleurs.
Déjà, en 2015, ce programme secret Obama-CIA d’assistance et de formation des terroristes islamistes a coûté des centaines de millions de dollars, mais ses résultats ont été plus que décevants : ce programme n’a formé que 60 terroristes syriens, et la formation de chaque terroriste a coûté 4 millions de dollars.


 



Ces "terroristes millionnaires" de la CIA n'avaient eu aucun impact sur la lutte contre Daech, (et pour cause, ils en étaient les alliés). 
Cependant, à partir de la mi-2016, les forces Kurdes soutenues par les Américains, accumulaient victoire sur victoire , alors que le régime Obama continuait à leur refuser les armes dont ils avaient besoin.
En septembre 2016, dans l'atmosphère tendue des élections présidentielles aux États-Unis, la haine et la colère des forces armées américaines contre ce complot Obama-CIA ont éclaté au grand jour lorsqu’un ancien officier des Bérets Verts américains (qui était associé à des opérations secrètes en Syrie) a parlé à un important site d'information militaire, appelé SOFREP, en dénonçant avec détail l'utilisation par la CIA des islamistes pour renverser Assad en affirmant :
"Personne n'y croit. Tout le monde sait qu'ils sont des djihadistes. 

Personne sur le terrain ne croit à cette mission ou à cet effort, et ils savent qu'ils sont en train de former la prochaine génération de terroristes jihadistes, alors ils le sabotent en disant: "on en a rien à foutre, qui s'en soucie d’ailleurs?" 





À peine huit semaines plus tard, en novembre 2016, en rétorsion contre ce béret vert qui disait la vérité, 3 de ses soldats des forces spéciales bérets verts (les sergents d'état-major Matthew C. Lewellen, Kevin J. McEnroe et James F. Moriarty) ont été brutalement assassinés par un soldat jordanien employé par la CIA, dans leur base secrète de Timber Sycamore en Jordanie ; et le régime d'Obama a couvert ces assassinats





Les bérets verts de l'armée américaine assassinés par la CIA
Lors de son entrée en fonction, le président Trump "a déchaîné ses généraux" pour lutter contre Daech comme en témoignent les documents du Renseignement britannique, publiés récemment, montrant que la reprise de Mossoul par les États-Unis, et les forces irakiennes a causé la mort d’au moins 40.000 civils.
Avec la déclaration récente du Secrétaire de la Défense James "Chien Enragé" Mattis, que la politique de Trump c’est "l’anéantissement" de Daech, les experts du ministère russe de la Défense estiment que cette approche de «guerre totale» par Trump contre ces terroristes islamistes est excellente. 

En effet, depuis l’avènement de Trump, en six mois DAECH fait face à une extinction totale dans le centre de la Syrie.
Devant l’échec manifeste de la CIA à combattre Daech, et devant le coût exorbitant de l’opération Obama-CIA Timber Sycamore (1 milliard de $), avec comme seul résultat le meurtre de 3 bérets verts américains, le président Trump vient d’ordonner le démantèlement complet de cette opération Timber Sycamore.
En parallèle avec le démantèlement de l'armée privée de la CIA, faite de mercenaires islamistes, le président Trump effectue des livraisons massives d'armements aux combattants kurdes qui sont actuellement engagés dans une bataille urbaine, rue par rue, dans Raqqa, la capitale syrienne de DAECH.
Par ailleurs, dans le cadre du «dialogue stratégique» (17 juillet) entre le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergey Ryabkov et le sous-secrétaire d'État américain aux Affaires politiques, Thomas Shannon, le ministère russe de la Défense a accepté de fournir le soutien de la Force aérienne russe aux soldats américains en Syrie. 







Cette protection par les forces aériennes russes était devenue une "nécessité urgente" demandée par le président Trump et le secrétaire Mattis, après que la Turquie (une nation de l'OTAN, donc supposée alliée des Américains) a publié, mardi 18 Juillet, de façon choquante, par leur Agence Anadolu, une carte détaillée de 10 bases militaires américaines secrètes, leurs pistes d'atterrissage, ainsi que la localisation des forces spéciales américaines en Syrie







La Turquie expose les bases militaires secrètes des États-Unis en Syrie situées dans les zones de défense aérienne américaines et russes
Naturellement, la décision du président Trump de briser le complot Obama-CIA consistant à armer les terroristes islamistes en Syrie et ailleurs, ainsi que son succès retentissant dans la destruction de Daech, ne trouvent pratiquement aucun échos dans la grande presse américaine ou occidentale, qui cherchent à détourner l’attention des gens par des futilités et des "fake news"





 



Source : Trump Moves To Destroy CIA As US Forces Flood Into Syria Under Russian Protection
 


Voici ce que raconte le Washington Post :
La CIA met fin au soutien aux rebelles syriens qui combattent le régime syrien
La CIA a décidé de mettre fin à son programme de soutien aux rebelles syriens qui combattent le président syrien Bachar al-Assad, a annoncé mercredi le Washington Post.  Un programme U.S. limité dans son ambition, ses moyens et incapable de distinguer entre rebelles et jihadistes
Ce programme de soutien initié il y a quatre ans a été sanctionné par plusieurs fiascos retentissants dus à l'incapacité pour les agents américains de sélectionner des rebelles sans liens avec les jihadistes. 

L'efficacité du programme américain a encore été mise à mal après l'entrée dans le conflit des forces armées russes aux côtés de Bachar el-Assad en 2015 et le refus de Washington de fournir à "ses" rebelles des armes capables d'abattre des avions russes ou syriens qui pilonnaient leurs positions.
Donald Trump avait pris sa décision il y a un mois dans le but d'un rapprochement avec la Russie
Le président Donald Trump a pris cette décision il y a près d'un mois, après un entretien avec le patron de la CIA, Mike Pompeo et le conseiller à la Sécurité nationale, le général H.R. McMaster, ajoute le Washington Post.
La Maison Blanche et la CIA se sont refusées à tout commentaire.
Le Washington Post estime que l'élimination de ce programme de soutien aux rebelles syriens reflète l'intérêt du président américain "pour trouver des moyens de travailler avec la Russie" ainsi qu'une "reconnaissance des limites de l'influence de Washington et de la volonté de chasser Assad du pouvoir".
Cette décision intervient alors que les États-Unis et la Russie ont négocié un cessez-le-feu dans le sud-ouest de la Syrie, couvrant une partie de la zone où les rebelles opèrent. 

Le cessez-le-feu a été annoncé le 7 juillet lors du Sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, où Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine se sont rencontrés pour la première fois.
Un programme ambigu mis en place par l'administration Obama
L'ancien président Barack Obama avait approuvé ce programme d'aide en 2013 au moment où divers groupes rebelles cherchaient un soutien extérieur dans le cadre d'un soulèvement général contre le régime syrien. 

Des milliers de combattants rebelles ont ainsi été formés et armés.
Mais l'engagement des États-Unis est resté ambigu en raison des doutes à Washington sur la capacité des rebelles à renverser Bachar el-Assad et de la priorité donnée au combat contre l'État islamique.
L'intérêt pour ce programme s'est encore érodé l'année dernière après la perte par les rebelles des zones qu'ils contrôlaient dans la ville d'Alep, à la suite d'une vaste offensive de l'armée syrienne, soutenue par la Russie.


[1] Le débarquement de la baie des Cochons est une tentative d'invasion militaire de Cuba par des exilés cubains soutenus par les États-Unis en avril 1961

Planifiée sous l’administration de Dwight Eisenhower, l'opération était lancée au début du mandat de John F. Kennedy
Elle visait à faire débarquer à Cuba, le 17 avril 1961, environ 1 400 exilés cubains recrutés et entraînés aux États-Unis par la CIA
Leur objectif était de renverser le nouveau gouvernement cubain établi par Fidel Castro, qui menait une politique économique défavorable aux intérêts américains et se rapprochait de l'URSS
L'opération fut un échec complet.
 


Hannibal GENSERIC  
Site : 
http://numidia-liberum.blogspot.fr/2017/07/syrie-trump-sattaque-la-cia-alors-que.html 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !