lundi 18 septembre 2017

Une famille Alien découverte à Nazca !


À partir de la première analyse d'ADN, il a été prouvé que ce n'est pas un chimpanzé, ce n'est pas un singe, mais c'est un ADN qui ressemble à celui des humains !




 

Les scientifiques ont découvert une famille de six corps "étrangers" enterrés sous Nazca, au Pérou - et les tests ADN suggèrent qu'ils n'appartiennent pas à la Terre.
Nous avons vu qu’en juin 2017, les chercheurs ont annoncé publiquement qu'une nouvelle momie avait été découverte à Nazca qui a montré des signes d'appartenance à une espèce inconnue.
Selon le site yournewswire.com, le professeur Konstantin Korotkov de l'Université de Saint-Pétersbourg en Russie déclare que le corps appartenait à "une autre créature, un autre humanoïde".
Trois mois plus tard, de nouvelles images et informations ont révélé la découverte de nouveaux corps momifiés, tous avec des caractéristiques similaires à celles de la première momie. 


Collective-evolution.com rapporte :
Ils sont humanoïdes et ont trois doigts et trois orteils à chaque main, avec une forme de crâne distinctement différente par rapport aux humains modernes, ainsi que ceux qui ont parcouru la Terre avant les humains.
Plusieurs scientifiques ont participé à ce projet jusqu'à ce point, comme vous le verrez dans la vidéo ci-dessous. 

L'un d'eux est le Dr Konstantin Korotkov, professeur d'informatique et de biophysique à l'Université fédérale des technologies de l'information, de la mécanique et de l'optique de Saint-Pétersbourg. 
Il a déclaré : "Nous avons une mission très importante ici au Pérou. Je suis venu ici à cause de ce groupe de scientifiques, professionnels, [et] journalistes. 
"Quand ils ont sorti le corps et l'ont sorti de la boîte, c'était un silence étourdi au début".
L'auteur Graham Hancock décrit son expérience dans l'un de ses livres, Fingerprints of the Gods:
Au-dessous de nous, il existe une paire de lignes parallèles, presque deux milles de long, flèches tout droit jusqu'au point de disparition. 

Et là, à droite, une série de formes abstraites sur une échelle si vaste - et pourtant si précisément exécutée - qu'il semble inconcevable qu'elles auraient pu être le travail des hommes. 
Les gens d'ici disent qu'ils n'étaient pas le travail des hommes, mais des demi-dieux, les Viracochas, qui ont également laissé leurs empreintes digitales ailleurs dans la région andine il y a plusieurs milliers d'années.
Jusqu'à présent, il semble que "les examens initiaux suggèrent la possibilité d'une espèce qui ne ressemble à aucune espèce fossile connue". 







Les premiers résultats d'ADN de la momie, appelée "Maria", montrent qu'elle est féminine et que les autres corps trouvés à côté d'elle forment une famille avec un conjoint et un couple d'enfants, sont également des corps biologiques réels. 
Certains de leurs organes sont en fait encore intacts. 
D'autres essais ont été effectués sur l'un des aspects les plus étranges de ces corps, leurs doigts et les orteils. 
Ils ont que ces organes ne sont pas des faux et excluent toute possibilité de faux. 
Ils sont du même matériau, de la même composition chimique et du même ADN. 
Les échantillons prélevés sur les doigts de Maria correspondaient à la date de son corps, soit environ 249-411 après J.C. 
La datation au carbone et une analyse de la structure du corps par tomodensitométrie et rayons X ont prouvé qu'il était réel.
"À partir de la première analyse d'ADN, il a été prouvé que ce n'est pas un chimpanzé, ce n'est pas un singe, mais c'est un ADN qui ressemble à celui des humains. 

Ceci a été prouvé. 
Parce que nous savons que maintenant, nous avons trois types de créatures humaines. 
Ce sont les Néandertaliens, les Cro-Magnons comme nous et les Dénisoviens [1]. 
Maintenant, au prochain niveau, ils doivent faire des analyses beaucoup plus détaillées, et une analyse beaucoup plus compliquée, afin de créer une bibliothèque de gènes, puis ils pourront le comparer à la base de données des sujets humains. 
Ensuite, nous verrons si c'est exactement un être humain, ou c'est un peu différent. "- Dr. Konstantin Korotkov
L'équipe attend actuellement une analyse d'ADN plus détaillée, qui peut prendre un certain temps. 

Ce qui est intéressant pour la maman, c'est que tous les organes internes sont restés intacts. 
Le cœur, l'estomac et certaines parties du cerveau sont disponibles pour examen.
"Il est clair qu'elle a le même type d'organes internes que nous."





 




En ce qui concerne les tomodensitogrammes [2]:
"Nous démontrons scientifiquement que ce corps est un corps réel, qui était autrefois vivant. 

Par exemple, ici nous avons les dents de l'arc supérieur, et voici celles de l'arc inférieur. 
Le crâne avec les restes de masse cérébrale. 
Cette partie montre les poumons sur le côté. 
C'est le cœur, la bronche et les grands vaisseaux, les poumons des deux côtés. 
C'est toujours le cœur, et voici les quatre cavités et les bronches préservées.
Ils montrent également les intestins et l'abdomen, et que le placement des organes internes est "complètement harmonieux !" 


Dans la vidéo, le journaliste d'investigation Jaime Maussan révèle que d’autres corps ont été découverts : deux adultes et un jeune.
"Ils sont très très similaires."
À l'heure actuelle, ils testent les autres corps, et s'ils se révèlent réels comme les autres corps, cela représente au total six corps réels. 

La persévérance est incroyable. 
Dans la vidéo, ils montrent une analyse de l'une des petites momies, dont la densité osseuse révèle la composition d'un être réel.
"Nous pouvons scientifiquement prouver que le crâne de ces créatures possède une cavité crânienne semblable à celle des humains. 

Mais ils ont de fortes différences. "
L'équipe a depuis son travail avec des animateurs pour simuler la façon dont ces créatures auraient pu s'arranger, comme le montre la vidéo ci-dessous.
"ADN semblable à l’humain": Qu'est-ce que cela signifie ?
Qu'est-ce que l'ADN quasi humain veut vraiment dire?
Après tout, les humains partagent 50% de leur ADN avec une banane, environ 80% avec des chiens et 99% avec des chimpanzés. 

En réalité, nos génomes diffèrent de plusieurs façons, mais les chiffres semblent impliquer autre chose. 
Le point que j'essaie de faire est que, dans le cadre de mes recherches sur le phénomène extraterrestre, le facteur commun est humanoïde. 
Toutes ces informations sont probablement verrouillées dans les programmes d'accès spécial au budget noir (SAP), qui sait quel type de science et de découvertes restent classées ? 
Et si le dénominateur commun, en ce qui concerne les extraterrestres, est une combinaison d'ADN extrêmement proche ? 
Qu'est-ce que cela dirait de la vie en général ?
Je ne crois pas que l'ADN humain est limité à notre planète seule.
Le scientifique anglais Francis Crick, le plus connu pour avoir découvert la structure de la molécule d'ADN en 1953 avec James D. Watson, a écrit dans son livre Life Itself qu'il n'existe aucun moyen possible pour prouver que la molécule d'ADN ait pu commencer ici sur Terre, elle doit donc venir d'ailleurs.



 




Il théorise :
il semble peu probable que les organismes vivants extraterrestres puissent avoir atteint la terre soit comme des spores entraînées par la pression de radiation d'une autre étoile, soit comme des organismes vivants immergés dans une météorite. 

Comme alternative à ces mécanismes du dix-neuvième siècle, nous avons considéré la Panspermie dirigée, la théorie selon laquelle les organismes ont été délibérément transmis à la terre par des êtres intelligents d’une autre planète. 
Nous concluons qu'il est possible que la vie ait atteint la terre de cette façon, mais que la preuve scientifique est insuffisante à l'heure actuelle pour dire quelque chose sur cette probabilité. 
Nous attirons l'attention sur les types de preuves qui pourraient jeter un éclairage supplémentaire sur le sujet.
Il est l'un des nombreux chercheurs dans le domaine qui croit ainsi. 

Il est intéressant d’y penser.
 


NOTES
[1] Les hommes de Denisova ou Dénisoviens représentent une espèce éteinte du genre Homo, identifiée par analyse génétique en mars 2010. Cette espèce est parfois appelée Homo denisoviensis en forme latine scientifique. Jean-Jacques Hublin estime qu'elle aurait vécu entre environ 400.000 et 40.000 ans avant le présent en Asie orientale, de la Sibérie à l'Asie du Sud-Est.
[2] Procédure non invasive permettant de prendre des images en coupes du cerveau ou d'autres organes interne. Cela permet de détecter toute anomalie pouvant ne pas être visible sur une radiographie classique.


Hannibal GENSERIC
http://numidia-liberum.blogspot.fr/2017/09/toute-une-famille-alien-decouverte.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !