samedi 20 janvier 2018

Divulgation Cosmique : Vortex et Civilisations Dissidentes !

Divulgation Cosmique : Vortex et Civilisations Dissidentes avec Mark McCandlish - Saison 7, Ép.24




 

David Wilcock : Bienvenue à "Cosmic Disclosure". Je suis votre hôte, David Wilcock. Corey, bon retour parmi nous.
Corey Goode : Merci.
David : Donc, ce que nous allons voir ici, c’est Mark McCandlish décrivant une observation très fascinante d’OVNI qui remonte sans aucun doute à l’époque de la guerre du Vietnam. Jetons un coup d’œil.
Mark McCandlish : J’étais à un spectacle aérien à la station El Toro Marine Corps Station. C’était vers 1991 ou 1992. Et ils avaient une exposition statique. 




 

Et ils avaient ce B-24 Liberator magnifiquement restauré. 



 

L’aluminium de l’avion avait été poli pour obtenir un fini miroir. Et ils avaient tous les pochoirs parfaits.
Je suis derrière cette corde et je regarde cet avion. Et j’ai juste un grand sourire sur le visage, admirant la merveilleuse restauration qu’ils ont faite dans cet avion.
Et à côté de moi, il y a ce type. Il fait probablement 1,80 m, un homme plus âgé, dans les 70 ou 80 ans. Et il a le même sourire sur son visage aussi.
J’ai regardé et je me suis dit : "C’est une beauté, hein?"
Et il dit : "Ouais !" Il a dit : "J’ai commencé ma carrière de pilote dans l’un d’eux."
J’ai dit : "Vraiment ? Vous étiez à la Seconde Guerre mondiale ?"
Et il a dit : "Oui, j’étais au théâtre du Pacifique."
Et j’ai dit : "Combien de temps t’es resté?"
Et il dit : "Oh, 25 ou 30 ans." Et il a dit : "J’ai fini ma carrière de navigateur dans un B-52 au Vietnam."
Et j’ai dit : "Eh bien, mon garçon, c’était des combats assez sérieux, surtout les B-52 et tout le boucan politique que les militaires ont pris."
C’est ainsi que nous avons commencé à parler de différents avions et systèmes d’armes, des différentes choses qu’il avait pilotées ou dont il avait fait partie au fil des ans.
Et j’ai répondu : "Eh bien, vous savez, je comprends qu’il y a de nouveaux trucs assez avancés qui volent maintenant."
"J’ai entendu des histoires de gens qui étaient dans la guerre du Golfe Persique et qui ont vu des choses s’éclipser dans le ciel qui étaient inexplicables, faire des virages à angle droit à une vitesse incroyable, s’arrêter sur une pièce de dix cents, et s’enfuir comme s’ils sortaient d’une arme."
Il a acquiescé en disant : "Oui, j’ai vu certaines de ces choses."
Et j’ai répondu : "Vraiment ? Parlez-moi de ça."
Donc, il regarde nerveusement, vous savez, parce qu’il pensait que quelqu’un pourrait peut-être le suivre – du moins, c’était sa façon d’agir.
Et il dit : "Eh bien, dit-il, au milieu des années 60, nous avions effectué une mission au-dessus du Nord Vietnam, et notre avion avait capté des tirs d’un missile sol-air. Ils nous ont donc envoyés à Guam pour réparer l’avion, et nous avons eu une semaine de répit."
Et il a dit : "Nous étions en route pour notre base en Thaïlande, et nous étions sur le Pacifique. Il est environ 1 heure du matin, pleine lune, pas un nuage dans le ciel."
Et il dit : "Je suis dans ma suite de navigateurs, je ne fais pas vraiment attention."
Je pense qu’ils étaient à 56.000 pieds (20 km), à une altitude incroyable.
Et tout d’un coup, le pilote dit : "Qu’est-ce que c’est que ça ?"
Ainsi, tout le monde se précipite dans le cockpit, et il pointe du doigt vers la gauche, et sur le côté gauche du véhicule se trouve cet énorme disque – immense. Il a dit : "Conservateur, conservateur, entre un quart et un demi-mille de diamètre (400 à 800 m)."


 

Et j’ai dit : "Comment as-tu fait ? . . Comment avez-vous pu le déterminer ? . . Comment peux-tu dire que c’était si gros ?"
Et il dit : "Il y avait une coupole sur le dessus." Et il a dit que ça ressemblait à un seul moulage de Lexan blanc. Et c’était translucide. Et il brillait. Il a été illuminé de l’intérieur.





 

Et il dit : "Sur l’extérieur de ce dôme, on pouvait voir la silhouette de chacun des étages à l’intérieur." 



 

Et il dit : "On a compté 27 étages – 27 étages !"
Et j’ai dit : "D’accord. Quel était le rapport entre l’épaisseur du disque et le diamètre total?"
Il dit : "Environ 10 contre 1." Alors il a dit : "C’est comme ça qu’on a compris que c’était entre un quart et un demi-mille de diamètre."
Il décrit donc cette chose. Et il a dit : "Ça ne ressemblait pas à votre soucoupe volante typique de science-fiction où l’extérieur est lisse comme un miroir et poli."
Il a dit : "Ce truc était dur."
Il y avait des panneaux qui avaient des textures différentes. Et il y avait des conduits qui sortaient d’un même endroit, qui se faufilaient et allaient ailleurs, des tuyaux, des tuyaux, des tuyaux et des choses, des petites antennes et d’autres choses qui sortaient de partout.
Mais il a dit : "Au bord du gouffre, dit-il, était cette fente. Et dans cette fente, il y avait ces grosses. . . ils ressemblaient à des pales de turbine."
Et il dit : "Chacune de ces aubes de turbine avait la taille d’une porte de dérivation sur un hangar pour un avion de l’armée de l’air, vraiment grand."
Et il dit : "Et ces aubes de turbine, quelles qu’elles soient, elles glissaient dans cette voie autour de la circonférence de ce véhicule, tout doucement. Et cette chose correspondait à notre trajectoire."
Il a dit : "Ils étaient avec nous depuis au moins une demi-heure."
Et il dit : "C’est peut-être dû au fait que le B-52 a été conçu pour mener une guerre nucléaire, et que l’électronique de notre avion était donc complètement protégée contre l’EMP", dit-il, impulsion électromagnétique.
Alors il dit : "Quel que soit ce qui maintenait cette chose dans l’air, et nous avons pensé qu’il s’agissait probablement de quelque chose magnétique, dit-il, nous avons volé tout autour. Nous l’avons survolé. Nous avons volé sous lui."
Il dit : "On a bien regardé ce truc."
Et il dit : "Et c’était la chose la plus étrange qu’on ait jamais vue."
Mais il a dit : "Au bout d’un moment, cette chose s’est éloignée un peu."
Et il a dit : "La façon dont nous pouvions voir les traits était, premièrement, de l’illumination de la coupole, et aussi du fait qu’elle était en quelque sorte rétro-éclairée par la pleine lune."
Et puis le reflet de la lumière de la Lune venant de l’Océan Pacifique illuminerait le dessous de celui-ci.
Il a dit : "La chose s’est éloignée des moyens." Et il a dit : "Ces grandes aubes de turbine au bord du hangar ont commencé à aller de plus en plus vite, de plus en plus vite jusqu’à ce que ces aubes, de la taille d’une porte de hangar, se déplacent si vite qu’on ne peut même pas les voir. C’est juste un flou."
Et tout d’un coup, cette chose, phew !, cela décolle sur un angle oblique de leur trajectoire de vol.
Et il dit : "Ce tunnel de lumière scintillant s’ouvre, et cette chose y entre.
" 



 

Et il répondit : "Et comme ça, nous pouvions voir au bout de ce tunnel, nous pouvions voir un ciel éclairé par la lumière du jour avec des nuages blancs bouffants, qu’il n’ y avait pas là où nous étions."
Et il a dit : "Et on aurait dit qu’il sortait d’un tunnel en plein jour."
Puis le tunnel s’est dématérialisé et est parti. Et nous étions tous assis là, la bouche ouverte."
Il a dit : "Nous sommes allés jusqu’à notre base en Thaïlande."
Et il dit : "Dès qu’on a atterri, le FBI était là, ils voulaient nous interroger et nous débriefer."
Et il dit : "C’était la seule chose qui les intéressait le plus, cet événement apparent de vortex que nous avions vu."

* * * * * *

David : Eh bien, c’est extrêmement fascinant. Je suppose qu’il faut commencer par quelques écrous et boulons ici, ce qui semble être un type d’embarcation plus primitif, sauf qu’il est très gros, décrivant tous ces tuyaux et rivets et les doohickies qui s’ y accrochent.
Que pensez-vous qu’il ait pu voir au Vietnam ? D’où cela vient-il ?

Corey : Eh bien, c’était définitivement un vaisseau non terrestre. Il décrivait comment la coupole du haut avait 27 étages. Et la section principale de la soucoupe volante, je suppose que nous l’appellerons, c’est là que se trouve la plus grande partie de l’ingénierie, et vous avez un tas de pièces mobiles qui causent ceci, je suppose que ces grandes évents à glisser autour.
La plupart des membres de l’équipage sont dans la coupole du haut.

David : C’est vrai.
Corey : Et à l’intérieur, c’est la fin de l’entreprise où l’énergie est générée, où les choses tournent. Et seuls les gens qui pourraient y aller maintiennent le métier.
David : Donc, pour être absolument clair, rien de tout cela n’ a jamais été vu par vous dans le Programme spatial secret, en soi ?
Corey : Eh bien, comme vous l’avez dit, c’est une technologie plus ancienne. Et ce type d’artisanat a souvent été associé à ce que les gens appellent les "Greys" (Les Gris).
David : Oh, vraiment ? 

Corey : Oui. Ou les Ebans, que ce type d’artisanat leur ont été associés. Oui, j’ai entendu parler d’embarcations semblables – très grandes, certaines d’entre elles comme un mile.
David : Pourquoi pensez-vous qu’ils étaient au-dessus de l’océan Pacifique près de la Thaïlande ?
Corey : Pendant les périodes de conflit, il semble y avoir beaucoup d’activité d’OVNI, comme les extraterrestres qui viennent voir ce qui se passe, observer, peut-être même participer.
Ainsi, comme nous l’avons entendu lorsque nous avons interviewé Clifford Stone, lorsqu’il était au Vietnam, ils ont rencontré des non-terrestre après l’accident d’un B-52.
Il semblait donc qu’au Vietnam, il y avait beaucoup d’activités non terrestres autour de cette partie de l’Asie.

David : L’histoire du vortex à la fin, bien sûr, est vraiment fascinante, parce qu’ils sont la nuit. Ils ont le clair de lune réfléchissant sur ce disque, mais ils voient ensuite un tunnel, et ce n’est pas la nuit de l’autre côté. Il y a un ciel. Il y a des nuages, et il y a la lumière du soleil.
Qu’est-ce qui se passe, à ton avis ? De quoi s’agit-il ?

Corey : Ils regardent leur destination, une fenêtre ouverte sur leur destination.
Cela a été décrit – je ne sais pas si je l’ai déjà mentionné dans l’émission – mais j’ai entendu cela à maintes reprises. Ils verront des cieux bizarres qui ressemblent à ceux de la Terre. Donc, oui, j’ai vu cela à maintes reprises.

David : Donc si vous avez le bon angle, vous pouvez voir à travers le portail et voir où se trouve la destination de l’autre côté ?
Corey : Oui.
David : Comment la description du tube lui-même tapissé de lumière étincelante correspondait-elle à d’autres choses que vous avez vues ou entendues ?
Corey : Eh bien, la façon dont je l’ai décrit est qu’il va réfracter la lumière. On dirait un mirage chatoyant, voilà ce que j’ai vu.
David : Eh bien, c’est fascinant pour moi, parce que McCandlish ne sait pas ce que j’ai entendu de Daniel, un autre initié, qui a décrit son travail à Montauk, et que des portails allaient apparaître à la cafétéria.
Et vous verriez comme un champ herbeux où il n’ y avait pas de champ. Comme si tu regardais le mur, mais il y a ce truc brillant autour du mur et puis il y a ce champ.
Ces portails vous emmènent-ils à travers le temps et l’espace ?

Corey : Oui. Et ils ont appris à manipuler certains de ces portails pour pouvoir même voyager dans le temps.
David : Très bien. Nous allons donc maintenant avoir une entrevue avec Mark McCandlish, où il va décrire sa propre expérience personnelle.
* * * * * *
LE PHÉNOMÈNE CLIGNOTANT

Mark McCandlish : Je revenais d’un match de baseball des Angels en 1994 – je crois que c’était en juin ou juillet au stade Angel – en passant par Carbon Canyon.
Il y a une zone près d’une réserve faunique au sud-ouest de Chino.
Au loin, il y avait des lignes à haute tension très résistantes qui franchissaient la colline, et il y avait des aménagements, des maisons et des choses là-dedans.
Je suis avec un groupe de deux ou trois autres enfants, et on est dans cette voiture. Et il y avait un vent de Santa Ana dans cette région à ce moment-là, et tous les avions qui allaient normalement arriver et atterrir de l’est ne pouvaient vraiment pas faire cela parce que le vent arrivait de leur dos, et cela diminuait la portance qu’ils obtiendraient.
Ils se déplaçaient donc en orbite autour de l’endroit, arrivaient et venaient de l’ouest, se dirigeant vers l’est pour profiter de la force supplémentaire du vent. Il y avait donc tous ces avions en attente, et on pouvait voir leurs lumières et tout.
Et j’ai dit : "Ce doit être un sacré défi pour les contrôleurs de la circulation aérienne de garder tous ces avions organisés et de ne pas les faire s’écraser."
Et nous venions de finir de parler des OVNIs. C’était si fascinant.
Et comme je l’ai dit, à propos de l’accident et d’une collision en vol, il y a eu un éclatant éclair. Et nous sommes tous allés comme ça [Mark montre un choc sur son visage].
Et ce brillant éclair de lumière devient grand, et puis ça se referme.
Et puis il y a un autre point de lumière qui commence à sortir du ciel, et il tombe dans un angle d’environ 45° et il devient de plus en plus grand.
Et puis c’était presque comme s’il y avait un trou invisible dans le ciel et suivre à l’unisson et en chemin avec cet objet étaient ces lignes parallèles. Et ils se déplaçaient à l’unisson. Et ils étaient tous un peu étonnés. Ils avaient tous des poids différents. Certains étaient épais, d’autres minces.
Mais ils étaient tous de la même couleur jaune doré, et ils se déplaçaient à l’unisson avec cette chose.
Et j’ y ai réfléchi. J’ai appelé l’aéroport. J’ai dit : "Y a-t-il eu un accident ? Il y a eu une collision ?"
"Non"
Alors, alors que je pensais à cela, j’ y ai pensé – et cette chose s’est retrouvée dans cette réserve faunique. Et ils ont des directives très strictes sur le fait que personne ne soit dans le parc après la tombée de la nuit. Il y a des signes qui le disent. J’ai enquêté là-dessus.
Ils ne veulent pas que tu sois là après la tombée de la nuit. Et maintenant, je crois savoir pourquoi.
Mais l’objet que j’ai vu semble être sorti d’un de ces vortex traversants.
Et tout comme dans cette scène du tout premier film "Star Wars" où ils font le saut à la vitesse de la lumière, et comme ils tirent dans l’hyperespace, toutes les images des étoiles lointaines commencent à traîner.
Eh bien, c’est la même chose qui vient de l’autre côté, parce que ce qui se passe, c’est que lorsque cette chose sort de ce vortex qui peut être traversé, elle tire une partie de la lumière des étoiles où elle se trouvait lorsqu’elle a quitté un point donné de l’espace. Il tire cette lumière avec eux.
Et donc, ce que vous voyez, c’est l’image de ces étoiles qui s’étire en quelques lignes. Chaque étoile, les grosses étoiles qui sont plus proches ont un poids de ligne plus grand ou plus lourd. Ceux qui sont faibles, plus loin, ont une petite ligne. Mais ils étaient tous parallèles, avançant à l’unisson comme ça.
Et puis j’ai réalisé que la couleur dorée était le passage du rouge de la lumière des étoiles qui ressemblait au blanc à l’œil nu. Mais si vous parlez de l’effet Doppler qui consiste à s’éloigner d’une source de lumière, vous obtenez un décalage rouge pour que la lumière devienne une sorte d’or jaune.
Et c’est comme ça que j’ai compris.
Eh bien, depuis ce temps, depuis que j’ai reconnu à quoi ressemble le phénomène, et depuis que j’ai déménagé en Californie du Nord, j’ai probablement vu des événements de ce genre au moins six ou huit fois – dont certains de façon assez spectaculaire.
Mais ils sont si fréquents, surtout en été. On ne sait pas pourquoi. L’été semble être une période où cela se produit plus souvent.
Mais il arrive si souvent que les gens qui regardent le ciel, et vous savez, les fans d’astronomie et les gens qui aiment regarder les OVNIs ou attendre de voir s’ils en voient un, ils appellent ces choses « clignotants », parce qu’ils arrivent si souvent.

* * * * * *

David : Quand il décrit ce phénomène de portail avec des lignes qui s’en détachent, quelles sont vos premières pensées quand vous voyez tout cela ?
Corey : Il y a eu beaucoup de phénomènes optiques. Même la lumière peut se coincer dans le sillage de ces embarcations lorsqu’elles traversent ces vortex.
J’ai donc entendu parler de différents types de phénomènes lumineux qui se sont produits dans l’air lorsque les embarcations sont entrées et sorties par les vortex.

David : Il parle de ces clignotants comme s’ils étaient assez communs. Je n’ai pas vraiment entendu les gens le décrire. Pensez-vous que si quelqu’un comme un extraterrestre ou l’un des nôtres voyage dans et hors de notre atmosphère en utilisant la technologie des portails, que si vous êtes suffisamment perspicace, et que vous regardez au bon endroit au bon moment, il y aura des phénomènes visibles comme celui-ci ?
Corey : Il se passe beaucoup plus de choses au-dessus de nos têtes que nous ne le pensons. La personne typique passe toute la journée à regarder le niveau du sol. Très peu de gens s’arrêtent pour lever les yeux.
David : C’est vrai. Vous pensez donc qu’il pourrait y avoir des phénomènes atmosphériques que la plupart des gens ne remarqueraient même pas parce que c’est rapide ou parce qu’ils ne sont pas visibles ?
Corey : Phénomène atmosphérique et lumineux, oui.
David : C’est vrai. Dans un cas comme celui que nous venons d’entendre, est-ce que ce serait plutôt un métier ? Ou s’agirait-il plutôt d’un phénomène naturel qui plie la lumière en tant que phénomène de portail ?
Corey : C’est peut-être l’un ou l’autre, car comme j’ai décrit comment fonctionne le réseau cosmique et comment la Terre, en tournant, il faut qu’il y ait la bonne connexion électromagnétique entre la Terre, le Soleil, puis le Soleil et l’étoile de la destination d’où ils viennent.
Cela pourrait aussi expliquer pourquoi on ne les voit qu’en été, ou peut-être, parce que c’est à ce moment-là que ces portails s’ouvrent sur certains nœuds de la Terre.
Et comme je l’ai décrit, ces nœuds électromagnétiques peuvent s’ouvrir sous terre, sous l’océan, à la surface de la Terre et très haut dans l’atmosphère.

David : Une des choses à laquelle il m’ a fait penser, c’est quelque chose que j’ai vu dans le magazine "Discover" dans les années 1990, où ils décrivaient un nouveau phénomène qu’ils annonçaient qui n’était pas vraiment Aurora Borealis, mais qui avait une certaine similitude. Et ils les appelaient "lutins". C’était un type.
Un autre type qu’ils ont décrit comme des "elfes".
Et quand je repense à cela maintenant, les lutins et les elfes étaient surtout des colonnes linéaires de lumière qui semblaient avoir une bouche, comme un entonnoir de forme pour eux.
Pensez-vous donc que les lutins et les elfes pourraient être un exemple de ces vortex réellement visibles pour nous ?

Corey : Non, ce sont des phénomènes électromagnétiques qui se produisent. Certains ont des accusations négatives et positives. Une grande partie des charges électriques que nous voyons arriver et se mettre à la terre, heurter le sol, sont d’une seule polarité ou charge.
Et ceux qui atteignent l’espace extra-atmosphérique ont une polarité et une charge différentes.

David : D’accord.
Corey : Et ils vont très loin dans l’espace, les lutins et les élémentaux
David : Je croyais que vous disiez que les portails eux-mêmes avaient une base plasma ?
Corey : Le plasma est plutôt un sous-produit du flux électromagnétique qui se produit. Tout comme il parlait dans le Flux Liner, comment cela créerait une sorte de couronne autour d’elle de lumière qui émettrait des rayons X.
David : C’est vrai.
Corey : C’est plutôt un sous-produit.
David: Une des choses intéressantes qu’il a dites au cours de cette petite section était que tout ce qui arrivait par ce prétendu portail semblait devenir de plus en plus grand au fur et à mesure qu’il s’approchait de lui.
Pensez-vous que cette augmentation de taille était simplement une fonction du fait que l’objet s’approchait d’eux ? Ou est-ce qu’il se passe quelque chose d’autre qui cause ça ?

Corey : Lorsque nous examinions ces distorsions locales dans l’espace-temps que nous appelons des portails, j’ai décrit comment il y aurait une poutre métallique, puis le portail serait allumé et il se plierait et entrerait.
Et j’ai décrit comment ce sera une sphère tridimensionnelle, et les gens arriveront de toutes les directions en même temps. Et puis, de l’autre côté, ils sortent dans cette direction.
Eh bien, quand ils entrent et sortent, il y a une telle torsion dans l’espace-temps qu’au fur et à mesure qu’ils entrent, ils semblent rétrécir. Et quand ils sortent, ils semblent s’agrandir.
Donc, quand je l’ai vu décrire ce phénomène, j’ai pu voir qu’il se rapprochait de lui. Mais cela m’ a fait penser à cette étrange anomalie qui se produit lorsque des gens et des objets entrent et sortent de ces portails.

David : Pensez-vous qu’il y a un lien entre l’architecture mégalithique en pierre et les phénomènes de portails ?
Corey : Oui. Les Anciens ont construit beaucoup de ces mégalithes le long de ce réseau sur la Terre. 




Et c’est ce réseau qui achemine l’électricité vers ces différents nœuds. . .

David : C’est vrai.
Corey :. . . qui s’ouvrent sur des portails.
David : Très bien. C’est donc dans la dernière et dernière section de cette entrevue avec Mark McCandlish qu’il décrit son interprétation d’un terme inventé par Richard Dolan, le merveilleux enquêteur de l’OVNI qui s’intéresse vraiment aux faits.
Il a qualifié l’idée d’une civilisation dissidente de quelque chose qui pourrait surgir de cette culture du secret national, et comment ces technologies anti-gravité d’OVNI rétro-ingénierie UFO pourraient, en fait, coloniser en dehors de la Terre, et donc, former une civilisation qui est totalement isolée de nous. Écoutons ce que Mark McCandlish a à dire sur ce concept fascinant.


* * * * * *
LA CIVILISATION DISSIDENTE

Mark McCandlish : Je pense que mon ami Richard Dolan a été l’un des premiers à supposer que ce genre de technologie séquestrée et tenue à l’écart de la vue du public pourrait avoir une telle conséquence qu’il pourrait y avoir une population de gens qui sont tenus à un niveau de sécurité plus élevé.
Ils sont choisis pour leur intelligence, leurs capacités, leur compréhension de ce qui fait fonctionner ce genre de choses. Et que les gens qui s’impliquent dans ces choses peuvent le faire. . . selon toute vraisemblance, ils ne peuvent jamais en parler. Ils ne peuvent pas décrire la technologie. Ils ne peuvent pas divulguer ce qu’ils savent.
Et ainsi, ils peuvent, par conséquent, établir leur propre société, leurs propres groupes, leurs propres pairs, où ils se rassemblent et traînent ensemble.
Je veux dire, il y a probablement un endroit, peut-être en Antarctique. Je veux dire, ce qui se passe dans notre Antarctique suscite énormément d’intérêt.
Vous entendez John Kerry, et les gens comme Richard Branson, vous savez, ils sont tous en train de s’envoler pour Dieu sait pourquoi. Mais il se passe quelque chose de très intéressant là-bas.
Il y a eu beaucoup de suggestions selon lesquelles l’amiral Byrd aurait eu une confrontation avec une technologie avancée, vous savez, une civilisation isolée juste après la Seconde Guerre mondiale.
Mais il y a eu des pertes d’avions, de personnel et quelques navires.
La technologie est réelle. Je sais que j’ai vu des choses qui étaient inexplicables par les systèmes ou la technologie de propulsion conventionnels – des choses qui se déplaçaient dans le ciel à des vitesses incroyables, des choses qui semblaient manipuler le temps en même temps.
Donc, si vous avez une société qui a à sa disposition ce genre de physique, ce genre de technologie, il me semble que, dans les bonnes circonstances, ce genre de technologie pourrait être utilisée pour faire un petit tour du monde, en termes de choses qui se passent politiquement, pour le bien ou pour le mal.
C’est peut-être une façon d’encourager quelqu’un à ne pas déclencher une troisième guerre mondiale. C’est peut-être un moyen. . . Je veux dire, vous savez, quand vous voyez les Chinois faire beaucoup de bruit de sabre et que soudainement il y a un OVNI majeur au-dessus d’une capitale comme Pékin, ça fait une pause.
On se demande s’il ne leur est pas donné un message très subtil de se retirer.

* * * * * *

David : Ce que nous semblons vouloir dire ici, c’est un concept de secret beaucoup plus grand que la plupart des gens ne pourraient jamais imaginer derrière le phénomène des ovnis.
Et c’est évidemment un élément central de notre spectacle. J’ai trouvé intéressant qu’il ait parlé de l’Antarctique et qu’il ait mentionné un grand nombre des mêmes données dont nous avons parlé, apparemment sans qu’on sache ce que nous avons divulgué.
Qu’en pensez-vous ?

Corey : Eh bien, surtout en ce qui concerne une civilisation dissidente, parce qu’une des mises à jour que j’ai livrées récemment est qu’il y a ce qu’on appelle une zone 51 de l’Antarctique, c’est-à-dire l’Antarctique, qu’il y a beaucoup de ces bases sous la glace qu’ils ont construites dans le cadre du projet Iceworm. 



Elles sont très grandes, et ce sont des installations de recherche et de développement. Lockheed Martin, tous ces endroits, ils les habitent et s’en servent.
Non seulement cela, mais il y a là un port spatial qui était autrefois un port spatial nazi qui nous a été remis à la fin des années 50 et au début des années 60, et nous l’avons converti en notre propre port spatial. Et c’est un port spatial très utilisé.
Mais n’oublions pas que le concept de civilisations dissidentes n’est pas nouveau. C’est arrivé dans l’Antiquité.
Les anciennes civilisations auraient la caste des prêtres, et la caste des prêtres serait composée d’ingénieurs. Et toute la connaissance était gardée par la caste des prêtres. Ils le cachaient même aux rois.
En ces temps où ils avaient développé ces types de technologies, ils les avaient développées séparément de leur civilisation. Et beaucoup d’entre eux iraient sous terre, hors du monde, développeraient des bases.
Et certains d’entre eux sont présents aujourd’hui comme certains de ces groupes non terrestres – ce que nous pensons être des groupes non terrestres – que nous voyons voler dans le ciel.

David : Quelle est, à votre avis, la probabilité que cette civilisation dissidente guérisse réellement cette fracture avec les gens sur Terre dans la mesure où nous saurons qu’elle existe et serons en mesure de communiquer avec elle d’une manière ou d’une autre ?
Corey : Je serais très surpris qu’ils s’identifient. Je veux dire, la civilisation dissidente qui a la technologie la plus avancée. Nous entendrons probablement parler de l’un de ces autres programmes spatiaux secrets avant longtemps.
Mais la seule façon dont je vois cela, c’est par un déversement massif de données, ou une sorte d’événement où l’information est diffusée contre la volonté des puissances qui dirigent ces civilisations dissidentes.


David: Comment voyez-vous cela? Parce qu’il semble que ce concept de civilisation séparatiste ait fonctionné en partie parce que nous n’avons pas la capacité d’envoyer notre propre drone et d’orbiter autour de la Lune pour regarder ce qui est du côté obscur. Nous n’avons pas la capacité pour les gens ordinaires de sortir dans l’espace.
Ensuite, il y a des gars comme Elon Musk et Richard Branson qui créent leur propre petit programme spatial, et ils essaient de faire un lancement, et ça explose, ce qui semble être du sabotage.
Comment en ferions-nous l’expérience? Comment on irait là-bas ?

Corey : Eh bien, toutes ces choses se passent en secret. Les armes, les programmes qui sabotent, disons, ces deux programmes civils, tout cela se passe en secret.
Si nous avons une sorte de décharge de données et qu’une grande quantité d’information qui ne peut vraiment pas être contestée est diffusée, alors la ruse est terminée. Ils peuvent se cacher derrière le rideau, mais on sait qu’ils sont là.

David : À votre avis, quelle est la fin du jeu en ce qui concerne la civilisation séparatiste? S’ils vivent encore dans notre système solaire, c’est un peu comme s’ils étaient des cibles faciles s’il y avait une sorte de révélation.
S’ils voulaient vraiment se détacher, ne couperaient-ils pas complètement les cordons de notre système solaire pour aller ailleurs ?

Corey : Ils l’ont fait. Ils habitent d’autres systèmes stellaires. Ils ont des bases dans d’autres systèmes stellaires.
S’ils devaient, et ils avaient prévu de le faire, à un moment où il semblait que l’information allait être divulguée au public ou au niveau intermédiaire – des gens qui ont des dents, certains des groupes complexes militaro-industriels – si ces gens commençaient à se faire divulguer cette information, The-Powers-That-Be qui font partie de cette civilisation dissidente avait prévu d’échapper à notre système solaire et d’aller vers l’un de ces autres systèmes stellaires.

David : Comment pensez-vous que cette soi-disant barrière extérieure affecte ce plan?
Corey : Il a détruit ce plan. Ils sont coincés ici avec nous.
Si on obtient la révélation complète, alors comme vous l’avez dit, ils sont des cibles faciles. Ils ont été identifiés, et tout le monde va bien les examiner et voir ce qu’ils ont fait pour nous cacher leur civilisation dissidente, et c’est là qu’une bonne partie de la divulgation sera faite.

David : Très bien. Eh bien, sur cette note, nous allons mettre fin à cet épisode. Très, très fascinante série d’entrevues avec Mark McCandlish, l’un des 39 premiers dénonciateurs du projet de divulgation que j’ai pu rencontrer personnellement en 2001. Et c’est vraiment incroyable d’entendre ce qu’il avait à dire de plus.
Je suis David Wilcock avec Corey Goode. C’est "Divulgation Cosmique", et nous vous remercions de votre attention.


 

Source : 
https://spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-wormholes-and-breakaway-civilizations-with-mark-mccandlish.html
Traduit avec https://www.deepl.com/translator
Partagé par : http://www.elishean.fr/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !