dimanche 21 janvier 2018

Dr Salla : L'enquête sur l'attaque sur Hawaï !

Dr Salla : L'enquête sur l'attaque au Missile Balistique sur Hawaï du 13 janvier 2018 va vers la CIA ! 


Écrit par le Dr Michael Salla le 20 janvier 2018.


Alors que des informations continuent de se faire jour confirmant qu'il y a eu une attaque de missiles balistiques contre Hawaï qui a été interceptée le 13 janvier, l'enquête commence à passer de ce qui s'est passé, à savoir qui en est responsable. 

Dans cet article, j'analyse diverses sources décrivant l'attaque et j'identifie la mystérieuse force navale qui a probablement été responsable du lancement du missile balistique, probablement nucléaire.
Dans mon article du 17 janvier, j'ai énuméré trois sites d'information alternatifs faisant référence à des sources qui disent toutes qu'un missile balistique a été lancé contre Hawaï par un sous-marin furtif. 

Dave Janda, animateur radio, Opération Divulgation (RV/Intelligence Alert) et le Blog du Service de renseignements publics. 
Les sites du blog de l'Opération Divulgation et renseignement public indiquent qu'un sous-marin israélien est responsable, alors que M. Janda a dit qu'il s'agissait d'un sous-marin appartenant à une faction de la marine chinoise.
L'explication de l'attaque aux missiles balistiques est corroborée par l'ancien rédacteur du magazine Forbes, Benjamin Fulford, qui affirme que selon ses sources internes, il y a eu une attaque sous-marine :
Un signe de cette tension extrême est venu la semaine dernière quand "un missile d'un sous-marin de la Cabale a été arrêté de frapper Hawaï et le sous-marin a été coulé", disent des sources du Pentagone. 

Les médias du monde entier ont rapporté que les résidents hawaïens ont tous reçu l'avertissement suivant sur leurs téléphones portables : "Menace d'un Missiles Balistique sur Hawaï, réfugiez-vous immédiatement aux Abris, ceci n'est pas un exercice !", mais plus tard cela a été rapporté comme une fausse alarme. 
Ce n'était pas une tentative de la "cabale" de blâmer l'attaque sur la Corée du Nord et de s'en servir comme déclencheur pour leur guerre mondiale prévue de longue date, disent des sources de la CIA.
Fulford et les services de renseignement prétendent tous deux que le missile balistique avait pour but de simuler une attaque nord-coréenne, laissant entendre que le sous-marin responsable se trouvait dans les environs de la Corée du Nord, soit dans la mer du Japon, soit au large des côtes japonaises.





 

Pour déterminer le type d'attaque de missiles contre Hawaï, une autre source se réfère à un bateau de tourisme hawaïen à environ 100 milles en mer qui a vu ce qui semblait être une météorite exploser dans les airs peu de temps avant l'alerte d'urgence de Hawaï est sorti samedi matin, Janvier 13. 
La source supplémentaire est apparue comme une mise à jour de l'article original du blog des services de renseignements publics sur l'attaque de missiles à Hawaï :
On raconte ici à Hawaii qu'un groupe de touristes et de guides touristiques étaient sur un bateau à 100 milles au large de la côte samedi matin vers 8 heures du matin quand ils ont vu ce qu'ils pensaient être un météore qui explosait au-dessus de l'océan. 

Il a été rapporté sur Hawaiian Channel 2, mais a ensuite été retiré de leur site Web. La rumeur dit que le lancement vient d'un sous-marin Israel Dolphin 2. 
Certains matchs de basketball collégial ont reçu une alerte rouge à l'écran de la part du commandement américain du Pacifique qui déclarait un lancement de missile dans le Pacifique, près d'Hawaï.
Cette source hawaïenne supplémentaire est vitale pour comprendre ce qui s'est passé puisqu'elle révèle que le missile descend de la haute atmosphère suivant une trajectoire balistique similaire à celle d'un météore. 

Cela permet de confirmer qu'il s'agissait d'un missile balistique plutôt que d'un autre type de vecteurs nucléaires comme un missile de croisière qui volent beaucoup plus près du sol et ont une portée beaucoup plus limitée.

Parmi les sources citées jusqu'à présent, à part le Dr Janda, tous croient qu'une faction de la marine israélienne était derrière l'attaque en utilisant un sous-marin de la classe des dauphins fourni par l'Allemagne. 

L'attaque de l'USS Liberty pendant la guerre israélo-arabe de 1967 est souvent citée comme exemple d'une attaque israélienne visant à lancer un faux drapeau contre les États-Unis pour l'engager dans des guerres contre les ennemis régionaux d'Israël.
Dans un courriel privé reçu le 19 janvier, Robert David Steele, ancien agent secret de la CIA, Robert David Steele, dit que l'attaque était un "sous-marin sioniste faisant un USS Liberty sur Hawaï".
En examinant la possibilité qu'un sous-marin israélien malhonnête soit responsable, il est important de passer en revue les armements possédés par la classe des sous-marins appartenant à la marine israélienne. 

Dans un reportage décrivant la possession par Israël de sous-marins de classe Dolphin achetés en Allemagne, ses armements sont décrits comme suit :
Les bateaux Dolphin sont équipés de six tubes torpilles standard de 533mm et quatre tubes jumbo de 650mm et peuvent transporter 16 armes. 

Les plus petits tubes peuvent tirer des torpilles et des missiles antinavires Harpons ainsi que d'autres armes conventionnelles, mais ses tubes plus grands sont ce qui rend la classe Dolphin si spéciale. 
Des grenouilles, des véhicules télécommandés et surtout de gros missiles de croisière capables de transporter des charges nucléaires peuvent être déployés à partir d'eux.





Les sous-marins israéliens de la classe des dauphins peuvent transporter des missiles de croisière qui sont bien adaptés aux opérations au Moyen-Orient, plutôt que des missiles balistiques qui sont mieux adaptés aux cibles à longue distance, à des milliers de kilomètres. 

Les missiles balistiques ont besoin de "sous-marins boomer" beaucoup plus gros pour les lancer, plutôt que des sous-marins de classe Dolphin plus petits possédés par Israël.
Le sous-marin Dolphin 2 mesure 69 mètres (225 pieds) de long, soit moins de la moitié de la taille des sous-marins boomer de la classe Ohio (170 mètres) utilisés par la marine américaine pour transporter des missiles balistiques Trident. 

Les missiles balistiques lancés en mer nécessitent des tubes de missiles verticaux, contrairement aux tubes de torpilles horizontaux plus traditionnels utilisés pour les missiles de croisière lancés en mer, situés à l'avant du sous-marin de classe Dolphin, plus petit.




Par conséquent, il est peu probable qu'une faction renégate de la marine israélienne ait lancé l'attaque des missiles balistiques puisque leurs sous-marins de la classe des Dauphins n'en ont tout simplement pas la capacité.
De plus, il est difficile d'imaginer comment une guerre américaine contre la Corée du Nord et/ou la Chine pourrait faire avancer les intérêts d'Israël en matière de sécurité nationale, qui sont beaucoup plus préoccupés par les menaces que font peser de grands rivaux régionaux comme l'Iran.
M. Janda décrit une faction voyou de la marine chinoise étant responsable, et cela après que le missile a été intercepté et détruit par les États-Unis. 

Système de défense antimissile, la marine chinoise a détruit le sous-marin.
Cette explication est peut-être la plus effrayante à prendre en considération, car l'appareil de sécurité nationale des États-Unis tiendrait presque certainement la Chine pour responsable d'une telle attaque, malgré les véritables divisions de factions au sein de la marine chinoise.
La réaction immédiate des États-Unis aurait été, à tout le moins, une attaque nucléaire de représailles directes contre le principal allié régional de la Chine, la Corée du Nord, qui aurait été le bouc émissaire d'une attaque hawaïenne. 

Après avoir détruit l'infrastructure militaire de la Corée du Nord, le pays aurait ensuite été envahi et occupé par l'armée américaine et son allié sud-coréen de la même manière que l'Afghanistan après l'attaque du 11 septembre 2001.
Les intérêts stratégiques de la Chine auraient été gravement compromis dans un tel scénario. 

Il est difficile d'imaginer qu'un commandant militaire chinois, quelle que soit la faction de la marine chinoise, risquerait une frappe nucléaire de représailles de la part des États-Unis, qui ferait reculer l'émergence progressive de la Chine dans une superpuissance mondiale au cours des dix prochaines années. La patience est une caractéristique que les dirigeants politiques chinois possèdent en abondance.
Par conséquent, il est peu probable qu'une faction de la marine chinoise ait été à l'origine de l'attaque des missiles balistiques.

Alors qui a alors lancé l'attaque contre Hawaï ?
Pour obtenir une réponse, nous devons tenir compte du légendaire sénateur hawaïen Daniel Inouye qui, en 1987, a décrit l'existence d'un gouvernement fantôme aux États-Unis, doté de ses propres ressources militaires.
Il existe un gouvernement fantôme avec sa propre force aérienne, sa propre marine, son propre mécanisme de collecte de fonds et la capacité de poursuivre ses propres idées d'intérêt national, libre de tout contrepoids et libre de toute loi.
Inouye était clairement convaincu d'un organisme américain très hautement classifié qui disposait du financement et des moyens nécessaires pour mettre sur pied sa propre force aérienne et navale en dehors de la chaîne de commandement militaire régulière.
Contrairement aux actifs de l'armée de l'air et de la marine des États-Unis, cette flotte secrète de navires et d'aéronefs serait "obscure" du point de vue de sa classification de sécurité. 

Il serait donc approprié de l'appeler la "flotte noire", ce que l'initié du programme spatial secret Corey Goode dit qu'elle est appelée par l'armée américaine d'après ses sources confidentielles[Skype Communication Jan 18]. 
Il dit qu'il est séparé d'une autre "flotte noire" qui est un programme spatial secret qui opère dans l'espace profond.
Je dois souligner qu'en 2017, j'ai personnellement rencontré certaines sources confidentielles de l'Alliance Terrienne de Goode. 

Ils ont fourni de nombreux documents pour prouver qu'ils sont profondément liés aux opérations de sécurité de l'OTAN et à la communauté européenne du renseignement. 
Ils ont continué à fournir des renseignements de Goode puisqu'ils le considèrent comme un véritable contacte extraterrestre, et comme un atout d'une Alliance du Programme spatial secret dont les responsables de l'OTAN savent qu'il existe. 




Quel organisme du gouvernement américain serait en mesure d'élever sa propre "flotte noire" en dehors de la chaîne régulière de commandement militaire et de l'autorité exécutive présidentielle?
La seule agence américaine capable de le faire est la Central Intelligence Agency (CIA). 
Plus précisément, il s'agit de la Direction des opérations de la CIA (anciennement le Service clandestin) qui dirige toutes ses opérations secrètes mondiales, où une flotte noire aurait été mise sur pied pour répondre aux besoins opérationnels.
La Loi sur l'ICA de 1949 comprenait des ajouts aux articles de la Loi sur la sécurité nationale de 1947 qui traitaient de la création de l'ICA. 

La loi de 1949 sur la CIA a donné un timbre d'approbation du Congrès à la création d'un "budget noir" qu'il pourrait dépenser sans avoir recours à la loi américaine comme l'indique clairement la section suivante :
....] tout autre organisme gouvernemental est autorisé à transférer à l'Agence ou à recevoir de celle-ci ces sommes sans égard aux dispositions législatives limitant ou interdisant les virements entre crédits[c'est nous qui soulignons]. 

Les sommes transférées à l'Agence conformément au présent paragraphe peuvent être dépensées aux fins et sous l'autorité des articles 403 bis à 403 du présent titre, sans préjudice de la limitation des crédits à partir desquels elles ont été transférées. [50 U.S.C. 403f (a)]
Essentiellement, cela a donné à la CIA le pouvoir de générer de grosses sommes d'argent par des moyens clandestins et de les blanchir comme elle le souhaitait par l'entremise du Pentagone et de la bureaucratie américaine. 

Le financement a servi à financer un "budget noir" officieux qui, selon les estimations, atteignait jusqu' à 1 700 milliards de dollars par année en 2001.
En plus d'avoir les moyens financiers, la CIA développe depuis longtemps sa propre Force aérienne secrète. 

Cela a commencé au milieu des années 1950, lorsque la CIA a établi la zone 51, comme l'emplacement pour développer de futures flottes d'avions espions avec l'aide de compagnies comme Lockheed, qui est aujourd'hui le plus grand entrepreneur de défense au monde.
Dans les années 1960, la CIA a commencé à former du personnel pour qu'il acquière les compétences nécessaires à l'exploitation de ses avions espions sur les porte-avions américains. 

Les documents de la CIA confirment que l' U. S. Navy donnait une formation à la CIA sur la façon d'utiliser des avions espions sur leurs porte-avions :


Source : Central Intelligence Agency Online Library
Source : Bibliothèque en ligne de la Central Intelligence Agency

Le document ci-dessus poursuit en expliquant comment Kelly Johnson, directeur de Lockheed's Skunkworks, a aidé la CIA à lancer son avion espion U-2 à partir de l'USS Kitty Hawk.
Un autre document de la CIA montre la réticence de la Marine à permettre à la CIA d'utiliser ses porte-avions pour transporter des avions espions dans des zones sensibles comme la Méditerranée, ce qui crée la nécessité opérationnelle pour la CIA d'acquérir éventuellement son propre porte-avions pour transporter des flottes d'avions espions dans le monde entier.



Source: Central Intelligence Agency Online Library
Source: Bibliothèque en ligne de la CIA


Ces documents officiels de la CIA étayent la conclusion selon laquelle, dans les années 1970, la Direction des opérations de la CIA possédait ses propres escadrons d'avions espions et aurait acquis son propre porte-avions par nécessité opérationnelle pour pouvoir opérer n'importe où dans le monde sans aucune forme de surveillance gouvernementale.
Pour ce qui est de la CIA ayant ses propres sous-marins, un article paru dans le Washington Times du 3 janvier 1985 montre que deux sous-marins de missiles balistiques, l'USS John Marshall et Sam Houston, ont été remis à une force d'opérations spéciales de 2000 hommes.



Source : Central Intelligence Agency Online Library
Source : Bibliothèque en ligne de la CIA 


Il peut être garanti que la Direction des opérations de la CIA aurait également justifié l'acquisition de sous-marins capables de recevoir des missiles balistiques pour ses propres opérations secrètes dans le monde entier.
Étant donné le rôle de la CIA dans l'établissement de plusieurs budgets noirs, elle aurait pu facilement détourner une partie de ces fonds vers des entrepreneurs de la défense pour construire des sous-marins capables de fabriquer des missiles balistiques à usage exclusif dans le cadre d'opérations clandestines. 

Il convient de noter que Lockheed Martin construit les missiles balistiques Trident II pour les sous-marins de la classe Ohio actuellement possédés par la marine américaine.
Comme on l'a noté plus tôt, la CIA et Lockheed ont développé une relation étroite et de longue date depuis leurs efforts conjoints pour développer la zone 51 pour les avions espions et d'autres technologies de pointe dans les années 1950. 

Il est donc fort possible que la flotte noire de la CIA possède des missiles balistiques nucléaires Trident II développés par Lockheed Martin.
Par conséquent, les affirmations d'Inouye selon lesquelles un gouvernement fantôme possède sa propre force aérienne et sa propre marine sont très réalistes, compte tenu de ce que nous savons de l'histoire de la CIA et des documents officiels montrant ses ressources militaires, son entraînement et ses relations étroites avec des entrepreneurs en défense comme Lockheed Martin.
La CIA disposait d'un financement indépendant pour créer des escadrons d'avions espions qui pouvaient opérer à partir d'un porte-avions avec l'engin de soutien nécessaire et qui constituaient un groupement tactique de porte-avions contrôlé par la CIA et comprenant des sous-marins nucléaires.
La flotte noire de la CIA était-elle derrière l'attaque des missiles balistiques sur Hawaï ? 

J'ai posé cette question à Corey Goode et il a répondu :
Oui, ils ont un porte-avions, des destroyers et des navires de soutien, toute une flotte... 

Ce genre de choses a fait partie d'exposés récents sous forme de spéculations éclairées sur ce qui s'est passé à Hawaï et au Japon. 
Tous sont assez convaincus que des missiles envoyés par la CIA ont été combattu par le MIC SSP [Programme spatial secret USF/NRO/DIA] qui a neutralisé les missiles. 
Nous attendons tous des précisions et des confirmations, mais celles-ci sont "lues" par les types généraux/coloniaux qui font de la spéculation.[Skype Communication 1/19/18]






La Direction des opérations de la CIA est depuis longtemps le principal atout de ce qu'Inouye appelait le gouvernement fantôme, mais aujourd'hui on l'appelle "l'État profond". 

En raison de l'ordonnance du président Trump du 21 décembre 2017 gelant les avoirs financiers de toutes les personnes impliquées dans les violations des droits de l'homme et la corruption, Trump a non seulement déclaré la guerre contre les élites mondiales américaines impliquées, mais aussi contre les sources de financement des opérations secrètes de la CIA.
Le budget noir de la CIA est rendu possible par les violations des droits de l'homme et la corruption dans le monde entier qui fournit des fonds presque illimités pour ses opérations secrètes, y compris sa flotte noire. 

Par conséquent, la flotte noire de la CIA a eu les moyens, le mobile et l'opportunité d'attaquer Hawaï avec un missile nucléaire balistique qui embrocherait l'administration Trump dans une guerre régionale majeure avec la Corée du Nord et peut-être la Chine.
Fait significatif, le 16 janvier, le grand radiodiffuseur public japonais a également averti le public d'une attaque de missiles balistiques. 

Une fois de plus, une fausse alerte a été émise peu après par les autorités gouvernementales.
Il est tout à fait possible que le même sous-marin responsable de l'attaque d'Hawaï ait lancé une autre attaque de missiles, cette fois contre le Japon, probablement Tokyo. 

Il a également été abattu, probablement par les mêmes forces de défense qui ont traqué et détruit le missile lié à Hawaï. 
Encore une fois, le but aurait été de simuler une attaque nord-coréenne, déclenchant ainsi une guerre régionale majeure.
Une telle guerre détournerait l'administration Trump et l'armée américaine de s'attaquer aux biens de l'État Profond, et aurait pour effet d'immobiliser les États-Unis dans une sérieuse confrontation régionale. 

Heureusement, la marine et l'armée de l'air américaines, ainsi que le Programme Spatial Secret dirigé par l'USAF, ont pu neutraliser les attaques contre Hawaï et le Japon.
Les multiples sources et documents cités ci-dessus aboutissent à une conclusion remarquable. 

La CIA a créé la marine secrète a lancé des attaques de missiles balistiques contre Hawaï et le Japon en utilisant une flotte noire créée dans les années 1970 pour soutenir des opérations secrètes dans le monde entier.
Par conséquent, neutraliser la "Flotte Noire" et régner au sein de la Direction des opérations de la CIA doit devenir un objectif hautement prioritaire pour l'Administration Officielle et le Pentagone. 

Un pas important dans cette direction est que la vérité soit officiellement rendue publique sur les attaques de missiles balistiques contre Hawaï et le Japon.

Michael E. Salla, Ph. D. [Note: Mes remerciements à Corey Goode pour avoir lu une version antérieure de cet article et ses suggestions utiles.


Source :
http://exopolitics.org/the-secret-navy-behind-the-ballistic-missile-attack-on-hawaii/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !