dimanche 1 avril 2018

Le Ministère de la Vérité Vraie !


Emmanuel Macron inaugure le Ministère de la Vérité Vraie !


 


 

Emmanuel Macron l’avait suggéré à demi-mots dans ses vœux 2018. 
Le gouvernement vient d’annoncer la création d’un tout nouvel organe d’État : Le Ministère de la Vérité Vraie. 
Celui-ci sera doté d’une milice à la répression des fakes-news. Objectif : surveiller et filtrer les publications des médias non-officiels pour préserver la démocratie.
Le président en est persuadé, l’élection de Donald Trump à la tête de la première puissance mondiale n’est pas la bêtise, le manque d’éducation ou l’expression d’une frustration populaire, mais la conséquence de fausses informations répandues sur les réseaux sociaux, ce lieu dangereux et incontrôlé où n’importe quel terroriste intellectuel peut s’exprimer. 

Panique à l’Élysée alors que Jupiter prépare déjà les prochaines élections : "Nous allons faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles", déclarait Emmanuel Macron lors de ses vœux à la presse sous un tonnerre d’applaudissement. L’idée a peu à peu germé dans l’esprit de la majorité au pouvoir. 
Seule solution : distinguer ce qu’il est autorisé de dire de ce qu’il est interdit de dire sur internet.
Ce matin, après trois mois de vifs débats entre les membres de la majorité, était inauguré le Ministère de la Vérité Vraie. 

La nouvelle administration publique, dont les fonds alloués seront de 60 millions d’euros par an, sera chargée de garantir l’ordre et la paix publique à travers le prisme de l’information. 
Pour se faire, sera établi un grand livre de la Vérité Vraie numérique qui distinguera la vraie vérité de la non-vérité. 
Comme rien n’est gratuit et que l’État doit lutter contre la dette publique, les acteurs privés pourront payer une redevance pour y inscrire une nouvelle vérité vraie. 
"Le système sera directement financé par les multinationales pour éviter tout endettement de l’État" a ajouté le président. 


La signature de l’ordonnance. Un moment d’une grande émotion. (Annika Haas (EU2017EE))



Par exemple, si une entreprise comme Bayer publie une nouvelle étude sur les bienfaits des pesticides pétrochimiques sur l’environnement, garantissant la croissance économique de la France, l’entreprise pourra payer une redevance pour rentrer l’information dans le grand livre de la Vérité Vraie. 

Ensuite, le MVV, chapeauté par l’animateur Cyril Hanouna devra s’assurer qu’aucun média n’affirme une opinion contraire sous peine de sanction. 
Pour le plus grand bonheur des consommateurs, les contre-expertises de petites associations gauchistes ou écolo-bobo disparaîtront du web et leurs pages seront bloquées pour garantir la stabilité de la corpocratie. 
La milice se chargera enfin de détruire les ordinateurs des crypto-anarcho-communistes dans leur yourte. 
Et tout le monde Marchera heureux dans une seule et même direction jusqu’à la fin des temps.

Stop, ceci n’a rien de drôle !

On aurait aimé pouvoir rédiger ce "poisson" jusqu’au bout. Délirer en ce premier avril sur une société qui dériverait en mode Orwell, cet enfer technocratique où un quelconque politicien dicterait ce qu’il faut lire ou pas en France. 
Mais nous n’en avons pas le goût. 
De trop nombreuses informations récentes rendent cette fiction beaucoup trop plausible pour pouvoir en rire. 
L’heure est réellement grave pour les médias alternatifs, la liberté d’informer et par conséquent le sens même de la démocratie, ou ce qu’il en reste. 
En effet, s’il n’existe pas encore de ministère de la Vérité au sens propre, la liberté d’informer est lourdement menacée. 
Mais nous sommes en 2018, et cette dérive liberticide se réalise de manière bien plus pernicieuse, loin des regards et de la compréhension de la population, à grand renfort de confusion, de peur et de discours séduisants. 



Le véritable projet de loi signé Macron sur les fakes !

C’est début 2018 qu’Emmanuel Macron a fait savoir lors de ses vœux à la presse que le gouvernement travaillait à la mise en place d’une loi contre les "fake news". 
Quelques semaines plus tard, la ministre de la culture, Françoise Nyssen, en divulguait les premiers éléments. 
En périodes de scrutin, le juge pourra être saisi en urgence et ordonner "le déréférencement d’un site ou le retrait des contenus, s’il estime qu’il s’agit d’une "fausse-nouvelle". 
Il pourrait également être ordonné de fermer des comptes Twitter et Facebook. 
Enfin, les réseaux sociaux seront également visés par une "obligation de coopération", notamment pour empêcher que des contenus sponsorisés servent à répandre de fausses nouvelles. 
Reste qu’il appartiendra aux juges de déterminer ce qu’est vraiment une fausse nouvelle et ce qui ne l’est pas.
Ces éléments laissent présager de nouvelles formes de censure politique et économique sur les réseaux sociaux. Certains contenus seront-ils interdit a priori par Facebook, de peur de se faire condamner ? 

Il est légitime de le penser. 
De fait, les principales plateformes de fact-checking se sont dit inquiètes des mesures annoncées, notamment parce qu’elles pourraient, si elles entrent en application, être utilisées à des fins partisanes. 
L’univers des combats politiques (et de la lutte des classes) étant avant tout basé sur des valeurs et des idéaux, ne va-t-on pas vider, notamment par l’auto-censure, le débat des positions contraires à l’establishment ? 




 https://www.youtube.com/watch?v=EFCBXokNxG0


Le contrôle de l’espace médiatique !

Emmanuel Macron a su, pendant ces derniers mois, soigner son image médiatique et mettre certains journalistes dans ses propres rangs. 
Tout d’abord en s’entourant de membres de la profession, comme Bruno Roger-Petit, nommé ensuite porte-parole de l’Élysée. 
Une nomination qui pose problème parce que la même personne était auparavant journaliste politique, commentant le profil des candidats pendant la présidentielle de 2017, a priori, de manière neutre. 
En réalité, avait-il un parti pris pour le futur président et déjà des contacts avec celui-ci à cette époque là ?  
Le fait n’est pas isolé, puisque qu’il concerne également par exemple l’ancienne journaliste Laurence Haim.  
Par ailleurs, entre Konbini, Paris Match, et Laurent Delahouse, le Président a également réussi d’importantes opérations de communication aux cours d’interviews policées jugées "complaisantes".

Mais si le Président fait tout pour exposer le meilleur de lui-même dans les médias, s’arrachant la première page de très nombreux magazines, il est apparu à plusieurs reprises que pendant et après la campagne présidentielle les équipes d’Emmanuel Macron avaient mis une pression importante sur les rédactions de presse dont le story telling ne plaisait pas, ne correspondait pas à l’histoire que Macron voulait raconter de lui même. 

Certains journalistes témoignent même avoir été blacklistés après avoir tenu des propos jugés trop critiques. 
Des pratiques qui font écho aux écrits de Noam Chomsky sur la Fabrique du Consentement.

Les injonctions du gouvernement concernant la Syrie !

Le récent communiqué du gouvernement demandant aux journalistes d’éviter certaines zones de conflit aura fait bondir certains syndicats. 
Dans une note envoyée à toutes les rédactions courant mars, le Quay D’Orsay demandait en effet de renoncer à l’envoi de journalistes dans la Ghouta orientale et le district d’Afrin, en Syrie. 
Mais outre la demande “de bien vouloir renoncer à tout projet éventuel de [se] rendre dans ce pays”, le document contient également la recommandation de vigilance lors de "l’acquisition de reportages de journalistes indépendants".
Selon les syndicats de journaliste SNJ, SNJ-CGT et CFDT exigence "consiste en réalité à inciter les rédactions à rester à distance, et pire, à les inciter à ne pas acquérir et diffuser les reportages des journalistes indépendants qui couvrent le conflit sur place" ou, en d’autres termes, à ne plus évoquer le conflit, qui est pourtant au cœur d’une bataille géostratégique mondiale. 

Une demande vraiment inhabituelle sachant que les médias sont, en principe, libres de couvrir les sujets qu’ils décident de couvrir sans se soucier des injonctions d’un quelconque gouvernement. 



 


Source : http://www.unpeudedroit.fr/editorial/jupiter-et-ses-messagers/

Ces accords malsains entre "grands médias" et les GAFAM !


Que ce soit par l’intermédiaire de fondations ou de contrats privés, de grands médias, comme "Le Monde" et "Libération", sont liés financièrement à Facebook et à Google. 

Que ce soit le fond pour l’innovation de Google ou Facebook qui réclame de l’aide pour la "chasse aux fakes news", les sommes allouées se comptent en centaines de milliers d’euros. 
À titre d’exemple, Google a respectivement versé 256.408 et 192.900 euros à "Le Monde" et "Libération" ce qui met une fois encore en question leur totale indépendance.
Bien que les principaux intéressés nient en bloc le danger de tels accords économiques, il est évident que ces contrats financiers mettent ces médias dans une situation de dépendance financière vis-à-vis de certaines des entreprises les plus influentes au monde. 

Bien que les journalistes des journaux restent à ce jour relativement libres, les rédactions respectives ne pourront à l’avenir empêcher que Google et Facebook fassent pression sur eux, brandissant peut-être un jour la menace de mettre fin à tel ou tel accord financier. 
La situation est dangereuse et malsaine, car c’est bien l’indépendance des journalistes qui est en cause.




La censure n’est pas un signe de bonne santé démocratique !

De manière générale, le recours à la censure institutionnalisée, fake-news ou non, montre la difficulté des gouvernements à conserver un monopole de « la vérité », de "leur vérité". 
D’autant qu’en principe, la France dispose déjà, avec la loi de 1881 sur la liberté de la presse, des outils nécessaires pour faire condamner les personnes qui répandent des rumeurs ou des informations calomnieuses. 
Mais ces outils vont plus loin, en ouvrant la possibilité de fermer et interdire l’accès à un média en particulier par Internet.
Tant de débats sur les fake-news sont-ils légitimes ? 

Jusqu’à ce jour, les études réalisées par différents chercheurs relativisent fortement l’impact des fausses informations sur les électeurs
En réalité, le débat sur les fake-news apparaît à un moment où les lectures du monde et des grands faits sociaux diffèrent de plus en plus, non seulement sur fond de crise sociale et écologique, mais également avec le développement d’une géopolitique multi-polaire qui prêtent forcément à des interprétations différentes (éventuellement alimentées par des fausses informations). 
L’information a toujours été un jeu d’influence au sein des sphères de pouvoir. 
Avec les réseaux sociaux, les sources d’information se sont multipliées et les puissants en perdent le contrôle. Blogueurs et citoyens peuvent s’informer à leur manière pendant que certaines vidéos publiées en live font le tour du monde en quelques minutes. 
Médias traditionnels et politiques rencontrent des difficultés croissantes à s’adapter à cette nouvelle réalité, car ces nouvelles sources sont difficilement contrôlables par définition. 
Et, comme face à toute évolution qui met en péril un pouvoir, ces institutions rivalisent d’ingéniosité pour maintenir le statuquo.



Le ministère de la Vérité Vraie est déjà là mais ne dit pas son nom !

Aujourd’hui, il existe une méfiance de principe à l’encontre de ceux qui ont un message déviant, contraire à l’ordre socio-économique et politique en place. 
De manière générale, les évolutions décrites plus haut laissent entrevoir comment l’information est progressivement "mise sous pression" pour corroborer une certaine vision du monde et de l’économie. 
Sortir des chemins battus, faire de l’investigation (parfois au prix de poursuites juridiques), devient déjà en soit un acte périlleux. 
Il n’y a donc pas de Ministère de la vérité : mais des structures économiques et sociales qui rendent difficile de faire entendre des messages discordants et des structures dominantes qui défendent leurs propres intérêts. 
Dans ce contexte la loi sur les fakes news est l’aboutissement de ces dérives.
À toutes ces inquiétudes politiques s’ajoutent nombre de problématiques structurelles et économiques. 

Par exemple, le fait que la majorité des médias classiques aient été rachetés par de grands industriels, vendeurs d’armes ou grandes fortunes dont les intérêts économiques sont tentaculaires. 
Mais également ces mécanismes sociologiques invisibles qui rendent les organisations conservatrices par nature, avec une soumission systématique de tous les éléments à des hiérarchies verticales. 
Parlons également de ces millions d’euros de subvention que reçoivent les grands médias, alors que la plupart des petites mains rédactrices vivent dans la précarité, payés au lance-pierre. 
Évoquons enfin l’assassinat tragique de trop nombreux journalistes d’investigation et blogueurs au cœur même de l’Europe, dont Daphné Caruana Galizia ou Jan Kuciak. 
Alors, en effet, nous n’avons pas le cœur à en rire. 
Le monde de l’information est en crise. Une seule question nous anime : ce type d’article sera-t-il encore autorisé longtemps au royaume du monde libre ?


Nos travaux sont gratuits et indépendants grâce à vous. Soutenez-nous aujourd’hui en nous offrant un thé

Le 1er avril 2018
https://mrmondialisation.org/creation-du-premier-ministere-de-la-verite-vraie/

1 commentaire:

  1. J ai entendu parler d autres pays où la seule vraie vérité est celle du monarque en place comme en Corée du Nord ou en Turquie
    par exemple

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !