samedi 21 avril 2018

Liste des pays détruits par Hillary Clinton !

Le mandat de Mme Clinton en tant que secrétaire d'État pendant le premier mandat de Barack Obama a été une véritable catastrophe pour de nombreux pays du monde entier ! 

 


 

Dans un courriel envoyé à son partenaire d'affaires et collecteur de fonds démocrate Jeffrey Leeds, l'ancien secrétaire d'État Colin Powell a écrit à propos d'Hillary Clinton : "Tout ce que HRC touche, elle le fait foirer avec entrain.
Le mandat de Mme Clinton en tant que secrétaire d'État pendant le premier mandat de Barack Obama a été une véritable catastrophe pour de nombreux pays du monde entier.
Ni la campagne Donald Trump ni les médias d'entreprise n'ont décrit de façon adéquate comment un certain nombre de pays dans le monde ont horriblement souffert des décisions de politique étrangère de Mme Clinton.
Des millions de personnes ont été lésées par les politiques malavisées de Mme Clinton et ses opérations de "jeu à payer" impliquant des faveurs en échange de dons à la Fondation Clinton et à la Clinton Global Initiative.
Ce qui suit est un graphique avant et après qui illustre, pays par pays, les effets déstabilisateurs des politiques de Clinton en tant que secrétaire d'État :

Abkhazie

Avant Hillary : En 2009, de plus en plus de nations ont commencé à reconnaître l'indépendance de cette nation qui s'est séparée de la Géorgie et a réussi à repousser une invasion géorgienne soutenue par les États-Unis en 2008.
 
Après Hillary : Clinton a fait pression sur Vanuatu et Tuvalu pour rompre les relations diplomatiques avec l'Abkhazie en 2011. Le département d'État a fait pression sur les gouvernements de l'Inde, de l'Allemagne et de l'Espagne pour qu'ils refusent de reconnaître la validité des passeports abkhazes et, en violation du traité entre les États-Unis et l'ONU, a refusé de permettre aux diplomates abkhazes de se rendre au siège de l'ONU à New York.
Le département d'État Clinton a également menacé Saint-Marin, le Bélarus, l'Équateur, la Bolivie, Cuba, la Somalie, l'Ouzbékistan et le Pérou de récriminations s'ils reconnaissaient l'Abkhazie.
La Géorgie était liée à Clinton par l'intermédiaire de la représentation de la Géorgie à Washington - le Groupe Podesta - dirigé par Tony Podesta, le frère de l'ami proche de Mme Clinton et actuel président de campagne John Podesta.

Argentine

Avant Hillary : Sous le président Nestor Kirchner et son épouse Cristina Fernandez de Kirchner, l'économie argentine s'est améliorée et la classe ouvrière et les étudiants ont prospéré.
 
Après Hillary : Après la mort subite de l'ancien président Nestor Kirchner en 2010, l'ambassade des États-Unis à Buenos Aires est devenue un lien pour les activités anti-Kirchner, y compris la fomentation de protestations politiques et ouvrières contre le gouvernement. Pendant ce temps, Mme Clinton a exercé de fortes pressions sur l'Argentine pour qu'elle s'acquitte de ses obligations envers le FMI, ce qui a également paralysé l'économie.

Bolivie

Avant Hillary : Le président progressiste bolivien Evo Morales, le premier dirigeant indigène Aymara du pays, a fourni un soutien gouvernemental aux cultivateurs de coca et aux mineurs du pays. Morales a également engagé son gouvernement dans la protection de l'environnement. Il a empêché son pays d'adhérer à la Zone de libre-échange des Amériques et a contribué à la conclusion de l'Accord de libre-échange entre le Venezuela et Cuba. 

 Après Hillary : Clinton a permis à l'ambassade des États-Unis à La Paz de provoquer des révoltes séparatistes dans quatre provinces boliviennes pour la plupart d'origine européenne, ainsi que des grèves ouvrières parmi les mineurs et autres travailleurs selon le même modèle que celui utilisé au Venezuela. 


Brésil
Avant Hillary : Les présidents progressistes du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva et Dilma Rousseff, ont inauguré une nouvelle ère pour le pays avec les droits des travailleurs et des étudiants au premier plan et la protection de l'environnement et le développement économique pour les grandes priorités des pauvres.
 
Après Hillary : L'autorisation par Clinton d'espionnage électronique massif de l'ambassade des États-Unis à Brasilia et du consulat général à Rio de Janeiro a donné lieu à un "coup d'État constitutionnel" contre Rousseff et le gouvernement du Parti du travail, inaugurant ainsi un gouvernement corrompu soutenu par la CIA et soutenu par la droite.
 

République centrafricaine
Avant Hillary : Sous la présidence de François Bozize, la RCA est restée relativement calme dans le cadre d'un accord de paix conclu sous les auspices de la Libye de Mouammar Kadhafi. 

 Après Hillary : En 2012, les terroristes islamistes du mouvement Seleka et soutenus par l'Arabie Saoudite ont mené un soulèvement, massacrant les chrétiens et arrachant le gouvernement de Bozize du pouvoir. La RCA est devenue un État en faillite sous la direction du département d'État de Mme Clinton.

Équateur

Avant Hillary : L'Equateur a commencé à partager ses richesses pétrolières avec le peuple et l'économie et le sort des pauvres de la nation s'est amélioré.
 
Après Hillary : Clinton a autorisé un coup d'État de la Police nationale en 2010 contre le président Rafael Correa. L'économie a rapidement plongé alors que les conflits du travail ont ravagé les secteurs minier et pétrolier.

Égypte

Avant Hillary : Sous Hosni Moubarak, l'Égypte était une nation laïque stable qui supprimait la politique djihadiste dans les mosquées. Les Frères musulmans orientés vers le jihadiste ont été tenus à distance.
 
Après Hillary : Après le "printemps arabe" 2011 de Clinton et le renversement de Moubarak, l'Egypte a vu Mohamed Morsi, président élu des Frères musulmans. Immédiatement, le pays laïque a entamé un processus d'islamisation avec les Coptes chrétiens qui ont connu la répression et la violence, y compris les massacres. Le gouvernement de Morsi a donné lieu à un coup d'État militaire, mettant ainsi un terme à l'évolution de l'Égypte vers la démocratie. 

Allemagne

Avant Hillary : La nation était un pays pacifique où la culture allemande, la liberté religieuse et les droits des femmes étaient garantis.
 
Après Hillary : Le "printemps arabe" de Clinton s'est finalement traduit par un afflux de réfugiés principalement musulmans en Allemagne en provenance du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie du Sud. Aujourd'hui, l'Allemagne est ravagée par la criminalité de rue des réfugiés musulmans, les habitudes insalubres et nuisibles des migrants en matière de santé publique, les agressions sexuelles de femmes et d'enfants par des hommes migrants, l'augmentation des actes de terrorisme et la diminution de la culture et des pratiques religieuses allemandes. 



Grèce
Avant Hillary : La Grèce était une nation qui a vu les services sociaux du filet de sécurité du gouvernement s'étendre à tous ceux qui en avaient besoin. Elle est également restée une destination touristique de premier plan pour les Européens du Nord.
Après Hillary : La crise de la dette de 2010 a émacié l'économie grecque et Clinton est restée inflexible sur le fait que la Grèce se conforme aux mesures économiques draconiennes dictées par l'Allemagne, l'Union européenne et le FMI/Banque mondiale.
Pire encore, le "printemps arabe" de Clinton a finalement abouti à un afflux de réfugiés principalement musulmans qui ont d'abord été accueillis dans les îles grecques, puis en Grèce continentale, en provenance du Moyen-Orient, de l'Afrique et de l'Asie du Sud.
Aujourd'hui, la Grèce, en particulier les îles de Lesbos, Chios, Samos, Symi, Rhodes, Leros et Kos sont ravagées par la criminalité des réfugiés musulmans, les habitudes de santé publique insalubres des migrants, les agressions sexuelles d'hommes migrants de femmes et d'enfants, les actes d'incendie criminel et de vandalisme, et une diminution de la culture grecque et des pratiques religieuses.

Guatemala

Avant Hillary : Sous la présidence d'Alvaro Colom, le premier président populiste progressiste de la nation, les pauvres avaient accès à la santé, à l'éducation et à la sécurité sociale.
 
Après Hillary : Mme Clinton a autorisé l'ambassade des États-Unis au Guatemala à travailler contre les élections de 2011 en tant que présidente de l'épouse de M. Colom, Sandra Torres. Colom a été remplacé par un président corrompu de droite qui a démissionné pour corruption, puis a été arrêté.

Haïti
Avant Hillary : Haïti a été préparé en 2011 pour réélire Jean-Bertrand Aristide, contraint de quitter le pouvoir et de s'exiler lors d'un coup d'État de la CIA en 2004. La perspective du retour au pouvoir d'Artistide était une bénédiction pour les habitants des bidonvilles d'Haïti.
 
Après Hillary : Clinton a refusé de permettre à Aristide de retourner en Haïti après son exil en Afrique du Sud jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour se présenter aux élections de 2011. Sous une série de présidents américains, tous approuvés par Bill et Hillary Clinton, Haïti est une vache à lait virtuelle pour les Clinton. 
La Fondation Clinton a détourné pour son propre usage, l'aide internationale à Haïti, et les Clinton se sont assurés que leurs riches amis dans les secteurs de l'hôtellerie, du textile et de la construction ont obtenu des contrats lucratifs pour des projets haïtiens, dont aucun n'a bénéficié aux pauvres haïtiens et dont beaucoup ont donné lieu à des ateliers clandestins et à des pratiques de travail à salaire extrêmement bas.

Honduras

Avant Hillary : Démocratie multipartite émergente avec un président populiste progressiste, Manuel Zelaya. Les enfants ont reçu une éducation gratuite, les enfants pauvres ont reçu des repas scolaires gratuits, les taux d'intérêt ont été réduits et les familles les plus pauvres ont reçu l'électricité gratuitement.
 
Après Hillary : Clinton a autorisé un coup d'état militaire contre Zelaya en 2009. Lanny Davis, un homme de la famille Clinton, est devenu un conseiller en relations publiques pour la dictature militaire. La dictature fasciste qui en a résulté, impliquée dans les assassinats extrajudiciaires de journalistes, de politiciens et de dirigeants indigènes, a suivi le "coup d'Etat constitutionnel" contre Zelaya. En 2012, Mme Clinton a ordonné à l'ambassade des États-Unis à Tegucigalpa de s'opposer à l'élection de Xiomara Castro de Zelaya à la présidence en 2013. 



Irak
Avant Hillary : Sous le Premier ministre Nouri al-Maliki, l'Irak a connu de petits mouvements vers un accommodement avec les Kurdes du nord et les sunnites. L'Iran a agi en tant que force politique modératrice dans le pays, ce qui a découragé toute tentative des jihadistes soutenus par les Saoudiens de perturber le gouvernement central à Bagdad. 

 Après Hillary : Le printemps arabe de Clinton a entraîné la montée de l'État islamique sunnite etahhabiste dans le nord et l'ouest de l'Irak et la chute de l'Irak vers un statut d'État failli. Les chiites, les Kurdes, les Yazidis, les chrétiens assyriens et les sunnites modérés ont été massacrés par les jihadistes dans le nord, l'ouest et le centre de l'Irak. Les villes irakiennes de Mossoul, Kirkoukouk et Ninive sont tombées aux mains des forces de l'ISIL, les non-musulmans étant violés, torturés, exécutés et des antiquités inestimables étant détruites par les djihadistes maraudeurs.

Kosovo

Avant Hillary : Le Kosovo, qui est devenu indépendant en 2008, a d'abord accordé à sa minorité serbe dans le nord du Kosovo et Metohija un certain degré d'autonomie.
 
Après Hillary : En 2009, le Kosovo est devenu de plus en plus un État dirigé par des syndicats du crime et des terroristes de l'ancienne Armée de libération du Kosovo. Les droits des Serbes étaient de plus en plus marginalisés et le Kosovo est devenu un terrain de recrutement privilégié pour la guérilla jihadiste dans les pays arabes soumis aux opérations du " printemps arabe " de Clinton, y compris la Libye et la Syrie.
Mme Clinton a fait pression sur les États bénéficiaires de l'aide des États-Unis et d'autres alliés des États-Unis pour qu'ils reconnaissent l'indépendance de l'Union européenne.
L'indépendance du Kosovo :
Il s'agit notamment du Pakistan, des Palaos, des Maldives, de Saint-Kitts-et-Nevis, de la Dominique, des Fidji, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, du Burundi, du Timor oriental, d'Haïti, du Tchad, de la Gambie, du Brunei, du Ghana, du Koweït, de la Côte d'Ivoire, du Gabon, de St. Lucie, Bénin, Niger, Guinée, Andorre, Andorre, Oman, Guinée-Bissau, Guinée, Qatar, Tuvalu, Kiribati, Honduras, Somalie, Djibouti, Vanuatu, Swaziland, Mauritanie, Malawi, Nouvelle-Zélande, République dominicaine, Jordanie, Bahreïn et Comores.
Dans la capitale du Kosovo, Pristina, il y a une statue de Bill Clinton de 10 pieds de haut qui se dresse au-dessus du boulevard Bill Clinton. Non loin de là se trouve un magasin de vêtements pour femmes appelé "Hillary".

Libye

Avant Hillary : Sous Mouammar Kadhafi, la Libye a connu un boom de la construction urbaine et un nouvel aéroport international majeur pour servir de plaque tournante pour l'Afrique. Annonce de plans pour un dinar africain, soutenu par des avoirs en or libyens, afin de répondre aux besoins de l'Afrique. Tous les Libyens reçoivent une éducation et des soins médicaux gratuits. Il y avait un programme de partage des revenus de la richesse pétrolière de la Libye avec le peuple libyen.
 
Après Hillary : les opérations de changement de régime de Clinton en 2011 contre Kadhafi, qui a vu le dirigeant libyen sodomisé, battu et tué par des rebelles jihadistes supervisés par les États-Unis, ont fait rire Clinton de l'incident dans le commentaire tristement célèbre "Nous sommes venus, nous l'avons vu, il est mort". La Libye est devenue un État en faillite où les terroristes djihadistes islamiques se disputent le contrôle du pays et les caches d'armes de Kadhafi ont été données ou vendues à des terroristes djihadistes en Syrie, en Irak, en Égypte, dans la région pansahélienne et en Afrique subsaharienne. Après l'éviction de Kadhafi, les travailleurs africains noirs invités et leurs familles ont été massacrés par les forces djihadistes. 



Malaisie
Avant Hillary : La Malaisie, avant 2009, était une nation tolérante sur le plan religieux où les bouddhistes, les chrétiens et les hindous jouissaient de la liberté de religion.

Après Hillary : En 2009, Najib Razak est devenu Premier ministre et il a commencé à accepter des pots-de-vin de l'Arabie Saoudite qui s'élevaient à quelque 2,6 milliards de dollars avec des fonds publics malaisiens supplémentaires sur les comptes bancaires personnels de Razak et des liquidités saoudiennes totalisant quelque 3,5 milliards de dollars. Razak a commencé à permettre aux clercs influencés par l'Arabie saoudite de faire pression en faveur de la charia dans toute la Malaisie et les chrétiens de Sarawak, Sabah et Penang ont commencé à subir la répression wahhabiste. Mme Clinton n'a pas parlé de la persécution des non-musulmans par la Malaisie. La raison en est peut-être un don de plusieurs centaines de millions de dollars de la caisse noire de Razak dans les coffres de la Fondation Clinton.

Palestine

Avant Hillary : En 2012, la Palestine a obtenu le statut d'observateur non membre des Nations Unies. Le Rapport Goldstone 2009 de l'ONU a constaté qu'Israël a violé le droit international humanitaire dans sa guerre contre Gaza en 2009. La Palestine obtient davantage de soutien et de sympathie au niveau international et réussit à mettre fin à la désinformation de la propagande israélienne.
 
Après Hillary : Hillary Clinton a rejeté le rapport Goldstone comme étant "unilatéral". Le soutien inconditionnel de Mme Clinton à l'expansion des colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et son silence sur le blocus israélien déshumanisant de Gaza, a encouragé le gouvernement de droite d'Israël à empiéter davantage sur les territoires palestiniens et à cimenter une série de " bantoustans " palestiniens de type apartheid en Cisjordanie et un ghetto en plein air à Gaza.

Paraguay

Avant Hillary : Le pays de Fernando Lugo a commencé à sortir de la pauvreté les campesinos ruraux et les travailleurs urbains de la nation. Le Paraguay s'est également engagé sur la voie de la démocratisation après des années de dictature militaire.
 
Après Hillary : le "coup d'État constitutionnel" de Clinton contre Fernando Lugo en 2012 a ramené au pouvoir l'oligarchie militaro-industrielle, les campesinos de la nation étant contraints à la pauvreté et à un régime répressif.

Sud-Soudan

Avant Hillary : Avant l'indépendance en 2011, le Sud-Soudan, bien qu'infesté de querelles intratribales, était relativement calme.
 
Après Hillary : Après avoir été précipité dans l'indépendance du Soudan en 2011, le Sud Soudan, un projet spécial de Clinton, George Soros et l'acteur George Clooney, est descendu dans la guerre civile et le chaos. Il a battu tous les records en passant d'un état nouvellement indépendant à un état en faillite.

Syrie

Avant Hillary : La Syrie était un État laïc multiculturel et multireligieux qui défendait le concept de socialisme panarabe et les politiques progressistes avancées par Gamal Abdel Nasser de l'Égypte. La Syrie n'est pas un endroit sûr pour le jihadisme.
 
Après Hillary : Après le feu vert de Clinton pour le "printemps arabe" en 2011, la Syrie est devenue un État en déliquescence où l'État islamique a pris pied. Les Alaouites minoritaires, les chrétiens, les Druzes et les Kurdes ont été massacrés par des groupes djihadistes aidés et encouragés par des ONG et d'autres intérêts soutenus par Clinton. 



Thaïlande
Avant Hillary : Le mouvement thaïlandais des chemises rouges était une force puissante qui exigeait un retour à la démocratie en Thaïlande et le rétablissement au pouvoir de l'ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, évincé lors d'un coup d'État militaire en 2006. 

 Après Hillary : Une manifestation de la chemise rouge en 2010 s'est soldée par une répression sanglante de l'armée thaïlandaise. Mme Clinton est restée silencieuse au sujet de l'assassinat de manifestants par l'armée thaïlandaise et des arrestations massives de dirigeants de la chemise rouge. L'aide militaire des États-Unis au gouvernement thaïlandais a été poursuivie par Mme Clinton. Lorsque la sœur de Thaskin, Yingluck Shinawatra, est devenue Premier ministre en 2011, Mme Clinton a commencé à saper son gouvernement et le sien d'une manière semblable au subterfuge de Clinton contre Rousseff au Brésil et Cristina Kirchner en Argentine. Lorsqu'il s'agit de femmes leaders, Mme Clinton ne tolère que les conservateurs qui s'abaissent aux États-Unis. Les pressions exercées contre Yingluck ont finalement abouti à son expulsion en 2014 et à son inculpation criminelle de la même manière que Rousseff au Brésil.

Tunisie

Avant Hillary : La Tunisie était l'une des nations les plus laïques du monde arabe et islamique. Destination phare pour les touristes européens, le pays était plus européen dans ses perspectives que nord-africain. 

 Après Hillary : Après la "Révolution du jasmin" de Clinton en 2011, un manuel sur le thème de la révolution conçu par l'ami de Clinton George Soros, la Tunisie est tombée dans la domination islamiste et la violence. Aujourd'hui, la Tunisie est le premier pays pour les recrues de l'Etat islamique.

Turquie

Avant Hillary : la Turquie se rapprochait progressivement des normes européennes en matière de droits de l'homme et de démocratie.
Même sous la direction du Premier ministre islamiste Recep Tayyip Erdogan, le pays est resté attaché au pluralisme.
 
Après Hillary : Clinton a autorisé l'expédition d'armes libyennes capturées à partir des caches d'armes de Kadhafi à des intermédiaires turcs dans l'emploi du gouvernement d'Erdogan pour transfert aux rebelles jihadistes en Syrie. Une complication dans cet arrangement a entraîné l'attaque djihadiste du 11 septembre 2012 contre l'entrepôt de la CIA à Benghazi, qui a tué l'envoyé américain Chris Stevens et d'autres membres du département d'État.
L'alliance de la Turquie avec les rebelles djihadistes en Syrie s'est traduite par une islamisation croissante de la Turquie. Les événements de 2011 et 2012 ont fait en sorte que la Turquie est aujourd'hui dirigée par un homme fort islamiste, Erdogan, et que l'opposition politique ouverte est éradiquée.

Ukraine
Avant Hillary : L'Ukraine était un pays stable et neutre qui ne s'alignait ni avec l'Occident et l'OTAN ni avec la Russie sous la présidence de Viktor Yanukovych, élu en 2009 et inauguré en 2010.
 
Après Hillary : Clinton a tout essayé pour assurer la défaite de Viktor Yanukovych en 2009. Le département d'État et ses amis du camp de George Soros ont aidé la candidate préférée de Clinton, Yulia Tymoshenko, à vaincre Yanokovych. C'est cette ingérence précoce dans les élections de 2009 qui a finalement conduit à la révolution à thème "Euromaidan" en 2014 contre le gouvernement, entraînant une guerre civile, la rétrocession de la Crimée à la Russie et des États sécessionnistes dans l'est de l'Ukraine. La politique de Mme Clinton a conduit directement à l'échec d'un État en Europe. 



Venezuela
Avant Hillary : Sous Hugo Chavez, le pays fournissait des services sociaux de base à ses citoyens les plus pauvres. Le Venezuela a également fourni de l'essence à prix réduit à plusieurs pays des Caraïbes et d'Amérique centrale par l'entremise du consortium PetroCaribe.
 
Après Hillary : Après que Clinton a permis à l'ambassade des États-Unis à Caracas de fomenter des protestations ouvrières et politiques anti-Chavez, le pays a commencé à faiblir sur le plan économique. Après le diagnostic de cancer en phase terminale posé par Chavez en 2012, le département d'État a intensifié la pression sur le Venezuela, paralysant l'économie et le système politique du pays.

Sahara occidental

Avant Hillary : Reconnu par l'Union africaine et plusieurs nations à travers le monde comme la République arabe sahraouie démocratique (RASD), le Sahara occidental a vu l'espoir d'une évacuation des troupes d'occupation marocaines illégales de son territoire.
 
Après Hillary : En 2010, les troupes marocaines ont commencé à entrer dans les camps de réfugiés sahraouis et à attaquer les résidents, même dans les zones d'exclusion protégées par l'ONU, où l'entrée des troupes marocaines était interdite. Clinton a fait en sorte que les pourparlers de l'ONU et un projet de référendum populaire sur l'avenir du Sahara occidental soient bloqués. Mme Clinton a fait pression sur un certain nombre d'États pour qu'ils retirent leur reconnaissance de la RASD, notamment Saint-Vincent-et-les-Grenadines, le Paraguay, Haïti, la Guinée-Bissau, le Cap-Vert, le Malawi, le Kenya, Maurice, la Zambie, le Panama et le Burundi. La Fondation Clinton a reçu en 2011 un don de 1 million de dollars d'une société marocaine de phosphate appartenant au gouvernement marocain et qui a des opérations minières au Sahara Occidental.

Yémen

Avant Hillary : Le Yémen était un État largement laïque qui se transformait en une fédération où les droits du Yémen du Sud et les Zaidi Houthis du Nord du Yémen étaient reconnus.
 
Après Hillary : le "printemps arabe" de 2011 de Clinton et la chute d'Abdullah Saleh du pouvoir ont vu le Yémen devenir un État en déliquescence. Al-Qaïda dans la péninsule arabique et l'État islamique ont pris le contrôle de plusieurs régions du Yémen du Nord et du Sud. La chute de Saleh a permis à l'Arabie saoudite de mener une guerre génocidaire dans le pays avec le plein soutien de Mme Clinton.

Mot de l'auteur Américain : Si vous voulez sauver l'Amérique, transmettez cette information à votre famille et vos amis, et postez la sur d'autres sites Web !


2 commentaires:

  1. Attendez, vous vous voudriez nous dire que cette "femme" est une ordure que vous ne vous y prendriez pas autrement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une ordure en OR dure, et Bill il a riz jaune !!!

      Supprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !