mardi 1 mai 2018

1er mai 2018 – La Divergence des Luttes !


Nous sommes les 99%, mais les Divergences nous conduisent au Néant et à notre Esclavage ! 



Résultat de recherche d'images pour "Confédération générale du travail" 

Diviser pour régner qu'ils disaient !


Emmanuel Macron ne s’inquiète pas trop, la "coagulation" des "mécontentements" ce n’est pas demain la veille. 
Et ce n’est pas les slogans ravageurs des manifestant du 1er mai 2018 qui vont changer la donne. 
Les syndicats français sont faibles et trop peu de salariés sont syndiqués, seulement 11% selon le DARE, ce qui est déjà mieux que 8%, mais un chiffre bien insuffisant pour impressionner le vertical de l’Élysée.
Ah ! si Philippe Martinez était le chef d’un syndicat nordique, il n’aurait qu’un mot à dire pour mettre le gouvernement à genoux, j’exagère un peu, mais il pourrait au moins discuter. Alors qu’en France, à chaque réforme le mot négociation se traduit par grève et manifestation. 

Pourtant, le taux de participation aux élections professionnelles est de plus de 52% dans le secteur public et de plus de 42 % dans le privé.
Alors pourquoi le travailleurs gaulois est-il si rébarbatif lorsqu’un syndicaliste lui propose de prendre une carte d’adhérent ? 

Faudra-t-il un jour rendre l’adhésion syndicale obligatoire. 
En même temps… que le sacrement du baptême le nouveau né recevrait la bénédiction d’un syndicat… » 
Tu seras à la CGT mon fils !"
J’exagère encore un peu. 




"Tous ensemble, tous ensemble !" qu’ils chantent dans les manifs. 
Une utopie, une belle image pour le 20 heures et la majorité des travailleurs reprendront le boulot le lendemain. 
L’unité c’est comme les slogans en chanson de l’Initiative Communiste. 
Rien que des paroles qui s’envolent …

Sur l’air du petit navire : Il était un petit Macron (bis) / Entièrement dévoué aux gros patrons (bis) / Ohé, ohé, Jupiter, / Ensemble on va t’botter le derrièr’ / Ohé, ohé Jupiter, / Union des ch’minots, des fonctionnair’ !

Sur l’air du Chant des partisans : Ami entends-tu le vol noir de l’UE sur la France ? / Ami entends-tu le cri sourd du pays, sa souffrance ? / Ohé, cheminots, étudiants et enseignants fait’z alliance ! / Ohé, salarié, l’heure du combat d’ classe revient, résistance !

Sans Chemise Sans pantalon :

Ce soir, on va les virer / Sans chemise, sans pantalon —– /
Macron on va te virer / Sans chemise, sans pantalon
Gattaz on va te virer / Sans chemise, Sans pantalon
Philippe on va te virer / Sans chemise, Sans pantalon
L’UE on va te virer / Sansh Chemise, Sans pantalon
C’est eux, qu’il faut licencier / tous ensemble, on va gagner !

Merci Patron :
Bercy Macron, Bercy Macron, / Quel plaisir d’être exploités par vous, / On va se battr’ jusqu’au bout !
Bercy Macron, Bercy Macron,/ Sans chemise / et mêm’ sans pantalon, / Tu vas finir en cal’ çon !
Bercy Macron / Bercy Macron !
Tu roul’ pour le patronat / Et mêm’ pour Frau Angela ! 





Quel talent ! il en faut des années d’entraînement pour atteindre un tel niveau de perfection avec l’espoir de "faire vivre une journée en enfer" à Emmanuel "Macron et son monde". 
Mais dans le fond il a peut-être raison Olivier Besancenot lorsqu’il dit "on est tous le cheminot de quelqu’un". 
Sauf que tous les Français ne sont pas de cet avis. 
Alors, il ne faut pas trop compter sur la convergence des luttes. 
Chacun pour soi et à chacun son tour, car il y en aura pour tout le monde des réformes à un train d’enfer. 
Certes, elles sont nécessaires, le monde change et faire du surplace et le meilleur moyen pour ne pas avancer et se faire dépasser. 
Mais si les cheminots acceptent l’ouverture à la concurrence, fallait-il vraiment priver les nouveaux embauchés de ce fameux statut qui n’est pas responsable de la dette ? 
Et puis, la privatisation de la SNCF est dans l’air du temps, mais pas tout de suite, plus tard lorsque le président Macron aura trouvé un autre job dans le privé. 
Comme Président-directeur général de la Société nationale des chemins de fer français. 
Bon là, j’extrapole un peu vite sur l’avenir du président. 



 



Par contre, la divergence des luttes syndicales est bien une réalité. 
La CGT de Martinez et la CFDT de Laurent Berger c’est comme Caïn et Abel. 
Quant à Jean-Claude Mailly n’en parlons plus, la loi travail l’a tué. 




Alors le 1er-Mai unitaire se fera en ordre dispersé. 
Car pour Berger, ce mode d’action "ne permet jamais d’avoir des résultats concrets pour les travailleurs". 
Donc, "le premier syndicat du secteur privé organise, à la place, un '1er-Mai culturel et revendicatif' avec la CFTC et l’Unsa, autour de la diffusion en avant-première d’un film italien, '7 minuti', sur les ouvrières d’une usine textile."

"La CFE-CGC, quant à elle, n’organise pas d’événement pour le 1er-Mai. 

Selon son président, François Hommeril, la convergence des luttes 'nuit à l’efficacité syndicale' et comporte 'beaucoup trop de risques' de mélange des genres avec le politique !" 




Emmanuel Macron et son gouvernement peuvent dormir tranquille. 
Bon, il y aura bien une poignée de casseurs pour l’animation, mais rien de grave, quelques vitrines fracassées et un peu de mobilier urbain vandalisé, avec en apothéose des fumigènes colorés de préférence en rouge. 
Pour arroser le tout, une bonne dose de gaz lacrymogènes et pour finir une charge de CRS, et tout rentrera dans l’ordre républicain. La routine, quoi !

 

 

 

Source : Gruni 57
http://www.centpapiers.com/1er-mai-la-divergence-des-luttes/ 

1 commentaire:

  1. Se donner l'illusion le temps d'une manif, toujours la même chose. La France est dans l'impuissance, et se prostitue à satan... Comment elle se sortira de ça ? Ce sera intéressant de le voir. Mais seul l'amour, le vrai, pourra l'en sortir. On ne pourra pas faire semblant comme aujourd'hui, où on porte son coeur en bandoulière en permanence à la TV, son coeur plus gros que celui du voisin. C'est qui qui a le plus gros ??! C'est moi donc je te suis supérieur. L'ultime racisme qui mène à l'obscurité totale. Imagine-t-on Jésus qui domine les êtres humains en leur disant : vous êtes des pitoyables haineux, l'amour c'est moi et moi seul, et vous devez faire comme je vous dis sinon vous n'aurez pas le droit de citer ? Car tous ces gens qui sont étiquetés comme ayant la haine, ils doivent se cacher pour ne pas voir leur vie sociale anéantie. Il faut le savoir, lorsqu’on se permet d’accuser gratuitement son semblable humain. Facile d’accuser l’autre, mais il faut assumer le mal que l’on fait à l’autre. Et cela fait très mal d’être socialement exclu, car soi disant, on a la « haine ». Concept grotesque pour bas de plafond, jouets de leurs pulsions combattives…

    Tant que les Français seront divisés, et continueront de voir la haine dans l'oeil de leurs semblables, ils resteront le jouet de satan.

    On la connait la "solidarité". La solidarité c'est ce que les fonctionnaires et la gôche hurlent lorsqu'on touche à leurs privilèges. Le reste du temps, les gens du privé en chient, en bavent dans l'ultra compétition internationale, et les fonctionnaires s'en foutent. Solidarité toujours dans un seul sens... On va me dire que je tape sur les fonctionnaires, mais je ne fais que décrire une situation. J'ai rien contre les fonctionnaires, il en faut, une part juste en fonction des circonstances politiques. Et si les gens du privé acceptent cette situation depuis si longtemps, c'est qu'elle leur convient d'une certaine manière. C’est leur responsabilité. Tout cela fait partie de l'évolution spirituelle.

    Mais demain sera fait de vraie solidarité, et de vrai amour, et de RESPECT. Que les Français se respectent entre eux, ce serait déjà formidable. Pour l'instant ils ne s'aiment pas. C'est si compliqué que ça que de ne pas se ranger derrière le pouvoir en train d'exécuter le coupable de circonstance ? Trancher la tête de cet infâme qui a la haine, car tout est de sa faute. Ensuite ça ira mieux, et le monde tournera rond... Ridicules croyances tribales d'un autre âge...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !