mardi 22 mai 2018

Les élites ont tendu un Piège contre L’Italie !


Ça y est le piège des élites est tendu contre l’Italie ! Les Italiens l'ont-ils compris ? Oseront-ils utiliser leur seule arme possible ?






Le nouveau soft power c’est cela c’est celui de la finance, même plus que celui de la propagande.
Le gouvernement qui dès sa formation ne l’a pas compris et ne l'a pas intégré dans sa stratégie est condamné.
La BCE, les pays européens, les banques, les marchés sont alliés pour mettre les épaules à terre aux gouvernements anti-establishment.
La stratégie des élites consiste à asphyxier le pays récalcitrant, à assécher ses liquidités et sa trésorerie, ensuite à affoler les détenteurs de comptes bancaires pour qu’ils produisent un "Run-Bank". 

Ensuite, c’est fini, le tour est joué car la masse se retourne contre son gouvernement.
Les anti-establishment en Italie n’ont qu’une marge de 6 sièges au sénat et s'ils ne ferment pas les frontières monétaires et bancaires, s'ils ne contrôlent pas les mouvements de capitaux, s'ils ne lancent pas tout de suite la monnaie parallèle, ils sont cuits.
Dans pareille situation les Italiens n’ont qu’une arme : l’attaque c’est à dire la menace de la bombe atomique : la répudiation unilatérale de leurs dettes.
Toute défense sera au contraire leur perte. 

Seule l’attaque, pas le bluff, seule l’attaque peut être efficace.

Comme les Grecs. 

La Grèce a servi de répétition.
Pour l’instant les leaders anti establishment font fausse route, comme les Grecs en leur temps ils brandissent leur souveraineté ! 

Ils n’ont pas compris que la souveraineté et la légitimité, les élites euros s’en fichent car elle savent que le soutien populaire est fragile et qu’il ne résistera pas aux difficultés financières, monétaires et bancaires.
Pour tenir face aux élites il faut une monnaie d’échange, il faut qu’elles aient quelque chose à perdre et ce quelque chose à perdre ne peut être que du domaine financier: la stabilité financière, la stabilité des banques euros et françaises en particulier et cette stabilité ne peut être mise en danger que par une répudiation, une fermeture des frontières aux mouvements de capitaux.
Il faut comprendre que ce n’est pas une élection, mais une révolution.
On resserre la nasse, on fait exploser les taux du 2 ans, ces taux sont les pivots les plus importants.


Les assurances contre le défaut italien éventuel, a suivre, un bon indicateur



Suivez l’euro, si il baisse et si les marchés euros se dégradent, cela signifiera que les Italiens ont un rapport de forces qui va dans la bonne direction.


Fitch : La nouvelle politique du gouvernement italien augmenterait les risques fiscaux !



Fitch Ratings-London-21 mai 2018 : L'accord de coalition des deux partis italiens les plus populistes et eurosceptiques augmente les risques pour le profil de crédit souverain du pays, notamment par un relâchement budgétaire et des dommages potentiels à la confiance, selon Fitch Ratings.

La mesure dans laquelle ces risques se traduiront par des mesures de crédit plus faibles est incertaine et dépendra de la capacité du gouvernement à mettre en œuvre son programme et de la façon dont il résout les compromis entre les différents éléments.
Plus de deux mois après l'élection générale peu concluante de l'Italie, le Mouvement des cinq étoiles (M5S) et les partis de droite eurosceptiques de la Lega se sont mis d'accord sur un programme gouvernemental la semaine dernière. 

Ils rencontreront le président Sergio Mattarella aujourd'hui pour nommer un premier ministre. 
S'il accepte leur candidat, le président peut alors mandater formellement les deux partis pour former un gouvernement.
Le risque politique a été un facteur clé dans notre déclassement de l'Italie à'BBB'/Stable en avril 2017, et nous avons noté l'influence croissante du populisme et de l'euroscepticisme " qu'il soit exercé de l'intérieur ou de l'extérieur du gouvernement " à la suite des élections de cette année lorsque nous avons confirmé la notation le 16 mars. 

Le nouveau programme de la coalition a abandonné certaines propositions d'un projet qui avait déjà fait l'objet d'une fuite, y compris la création d'un mécanisme permettant aux pays de la zone euro de quitter la monnaie unique. 
Mais elle confirme l'engagement des parties en faveur de mesures qui impliquent une orientation budgétaire expansionniste, accroît l'incertitude sur le secteur bancaire italien et rend plus probable des affrontements avec les autorités de la zone euro.
La mise en œuvre intégrale des engagements budgétaires de base, notamment le revenu de base universel, le double "flat tax" et les modifications de l'âge de la retraite, augmenterait considérablement le déficit des administrations publiques, qui est passé de 2,3 % du PIB l'an dernier à 2,3 % du PIB. 

Les mesures d'augmentation des recettes proposées, par exemple en matière de conformité fiscale et d'amnistie, ne compenseraient pas ces engagements, et le programme est, à notre avis, incompatible avec l'objectif déclaré du nouveau gouvernement de réduire la dette publique.
Nous nous attendons donc à ce que le déficit budgétaire de l'année prochaine soit plus élevé que les 2,0 % du PIB que nous avions prévus dans notre révision de mars de la notation souveraine. 


 

La Solution : la répudiation unilatérale de leurs dettes illégitimes créées et voulues par les Banksters !

 


La dette publique extrêmement élevée de l'Italie, 131,8 % du PIB à la fin de la période 2017, est une contrainte majeure en matière de notation. 
Toutefois, le degré d'assouplissement budgétaire supplémentaire est incertain et deviendra plus clair lors de la publication du projet de budget 2019 d'ici octobre.
De façon plus générale, les politiques peuvent être retardées, édulcorées ou non mises en œuvre, selon divers facteurs. 

Il s'agit notamment de la cohésion politique de la coalition non testée M5S/Lega, des nominations à des postes gouvernementaux clés, du rôle constitutionnel du président et de son intervention pour soutenir le respect des traités et des règles fiscales de l'UE, ainsi que des contraintes éventuelles du marché sur les emprunts pour financer les engagements de dépenses.
L'affaiblissement des politiques anti-euro dans la version finale du programme et les obstacles juridiques et politiques à la sortie de la monnaie unique ou de l'UE nous conforte dans l'idée qu'une sortie de la zone euro est hautement improbable. 

Toutefois, la présence de telles politiques dans le projet précédent souligne l'antipathie de M5S et de Lega à l'égard de l'euro et leur volonté de repousser les règles budgétaires de l'UE.
Cette position accroît le risque d'une nouvelle augmentation de la dette publique et d'une réaction déstabilisatrice des acteurs économiques et des marchés financiers. 

L'incertitude politique de ces derniers mois n'a pas eu d'impact économique majeur, les chiffres provisoires faisant état d'une augmentation du PIB de 1,4 % en glissement annuel au premier trimestre 18, et l'effet sur la confiance a été atténué par une réduction des risques systémiques du secteur bancaire et des progrès dans la réduction des prêts non performants au cours de l'année dernière. 
Toutefois, les propositions de programme visant à rendre plus difficile l'exécution des garanties à l'encontre des emprunteurs pourraient compromettre ces progrès et nuire à la capacité des banques à soutenir la modeste reprise économique de l'Italie.
L'intention du programme de "réviser radicalement" les règles de renflouement des banques pourrait être une source supplémentaire de tension avec l'UE et pourrait perturber les efforts des banques italiennes pour constituer des réserves subordonnées et non privilégiées pour répondre aux exigences réglementaires, améliorer la capacité de règlement et renforcer la stabilité financière. 

 

Source : 
https://brunobertez.com/2018/05/21/ca-y-est-le-piege-des-elites-est-tendu-contre-litalie-les-italiens-ont-ils-compris-oseront-ils-utiliser-leur-seule-arme/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !