lundi 1 octobre 2018

Dominique Pasquier : L’Internet des Familles Modestes !

L’internet des familles modestes : les usages sont-ils les mêmes du haut au bas de l’échelle sociale ?





Il semble toujours difficile de saisir une enquête sociologique, car, comme toute bonne enquête sociologique, celles-ci sont surtout qualitatives et se fondent sur des témoignages peu nombreux et variés… dont il semble difficile de dégager des lignes directrices. 
C’est pourtant ce que réussit à faire la sociologue Dominique Pasquier dans son livre, L’internet des familles modestes en s’intéressant aux transformations des univers populaires par le prisme des usages et des pratiques d’internet.
Alors qu’il n’y a pas si longtemps, la fracture numérique semblait ne pouvoir se résorber, les usagers les plus modestes semblent finalement avoir adopté les outils numériques très rapidement, à l’image de l’introduction de la photographie au début du XXe siècle dans les sociétés rurales traditionnelles qu’évoquait Pierre Bourdieu dans Un art moyen. 

L’internet des classes dominantes et urbaines a colonisé la société, rapporte Dominique Pasquier dans son étude où elle s’est intéressée aux employées (majoritairement des femmes) travaillant principalement dans le secteur des services à la personne et vivant dans des zones rurales. 
En matière de temps, d’utilisation des services en lignes, les usages d’internet des plus modestes ont rejoint les taux d’usages des classes supérieures. 
Reste à savoir si les usages sont les mêmes du haut au bas de l’échelle sociale. Interview.

InternetActu.net : Existe-t-il un usage populaire d’internet ? Quelles sont les caractéristiques d’un internet des familles modestes ?
Dominique Pasquier : Il n’a pas de caractéristique particulière. 

C’est un usage comme les autres en fait, avec quelques poches de spécificités, et c’est finalement ce qui est le plus surprenant. 
Parmi ces spécificités – qu’il faudrait valider en enquêtant plus avant sur des familles plus pourvues en revenus et en capital culturel -, il y a le refus d’utiliser le mail ou l’obligation de transparence des pratiques entre les membres de la famille, mais qui existent peut-être sous une forme ou une autre dans d’autres milieux sociaux. 
Le plus étonnant finalement, c’est de constater que pour des gens qui se sont équipés sur le tard, combien ces usages sont devenus aisés et rituels. 
Je m’attendais à trouver plus de difficultés, plus d’angoisses… 
Mais cela n’a pas été le cas. 
Les familles modestes se sont emparées d’internet à toute vitesse. 
Ils font certes des usages plutôt utilitaristes de ces outils polymorphes. 
Ils ont peu de pratiques créatives. 
Participent peu. 
Mais n’en ont pas particulièrement besoin. 
L’outil s’est glissé dans leurs pratiques quotidiennes, d’une manière très pragmatique. 
Les gens ont de bonnes raisons de faire ce qu’ils font de la manière dont ils le font.

InternetActu.net : Les témoignages que vous rapportez montrent une grande hétérogénéité d’usage. Mais ce qui marque, c’est de voir que pour ces publics, internet semble avant tout un outil d’accomplissement personnel, une seconde école. Il les aide à mieux se repérer dans l’information, à être plus ouverts, à élargir leur champ de compétences…
Dominique Pasquier : Oui, internet est une seconde école. 

Et ce constat n’est pas sans vertus pour des populations qui bien souvent ne sont pas allées à l’école ou qui n’ont pas le bac. Internet leur propose des manières d’apprendre qui leur correspondent mieux, sans hiérarchie ni sanction. 
On pourrait croire par exemple qu’en matière d’information ils ne recherchent pas des choses importantes, mais si. 
Ils cherchent à comprendre les termes qu’emploient le professeur de leurs enfants ou le médecin qu’ils consultent. Quelque chose s’est ouvert. 
L’enjeu n’est pas pour eux de devenir experts à la place des experts, mais de parvenir à mieux argumenter ou à poser des questions. 
D’être mieux armés. Le travail de la sociologue Annette Lareau qui a observé des réunions parents professeurs et des consultations médicales dans les milieux populaires, montrait que les parents des milieux populaires se trouvaient dans une position de déférence, imposée par l’interaction elle-même. Ils n’osent pas dire qu’ils ne comprennent pas. 
Or, cette déférence subie implique nombre de malentendus sur les diagnostics scolaires ou médicaux. 
Les gens que j’ai rencontrés se servent tout le temps de ces outils pour trouver le sens des mots ou pour apprendre. 
Les aides-soignantes travaillent souvent dans des structures très pesantes. 
Mais quand elles vont sur des sites de professionnels de la santé, elles s’aperçoivent qu’il y a des échanges horizontaux et hiérarchiques possibles. 
Internet permet d’ouvrir le bec – même si cela ne veut pas dire que ces aides-soignantes ouvrent le bec en ligne facilement pour autant. 


Image : Dominique Pasquier sur la scène de la conférence Numérique en Communs, qui se tenait à Nantes récemment, photographiée par les Bricodeurs.




InternetActu.net : … plus ouverts, mais pas totalement. Internet n’est pas le l’espace des idées nouvelles.
Dominique Pasquier : Si internet permet de s’informer et de se former (via les tutoriels, très consommés pour progresser notamment dans ses passions), le public de mon enquête ne s’intéresse pas du tout à l’actualité. 

Il ne consulte pas la presse nationale. L’actualité demeure celle que propose la presse locale et la télévision. 
Ce manque d’ouverture est certainement lié aux territoires d’enquêtes. 
Pour les ruraux, l’information nationale ou internationale semble très loin. 
Dans ce domaine, la possibilité qu’ouvre l’internet n’est pas saisie. 
La consommation télévisuelle reste très forte. L’ouverture passe par la télévision, c’est de là qu’arrive la nouveauté, via la télé-réalité, les émissions de décoration et de cuisine. 
La "moyennisation" des styles de vie est concrète : elle se voit dans les maisons. 
La télévision a diffusé un dépouillement du décor mobilier par exemple comme on le voit dans les émissions de décoration. 
Dans ses enquêtes sur le monde ouvrier des années 80, le sociologue Olivier Schwartz montrait que les familles de mineurs qui réussissaient achetaient des salles à manger en bois. 
Elles ont disparu !

InternetActu.net : L’internet n’est pas sans difficulté pourtant pour les plus modestes. Vous évoquer notamment la difficulté à utiliser certaines ressources dans le cadre professionnel ou dans la relation administrative. Quelles sont ces difficultés et pourquoi persistent-elles selon vous ?
Dominique Pasquier : Dans leurs services en ligne, les administrations de la République sont lamentables. 

On ne met pas assez d’argent dans l’ergonomie, dans les tests usagers… pour des gens dont les budgets se jouent à 100 euros près et où le moindre remboursement qui ne vient pas est un drame. 
La dématérialisation de l’administration est inhumaine et brutale. 
Les familles modestes utilisent peu le mail. 
Leurs adresses servent principalement aux achats et aux relations avec les administrations. 
Mais les courriers de l’administration se perdent dans le spam qu’ils reçoivent des sites d’achat. 
Pour eux, le mail est un instrument de torture et ce d’autant plus qu’il est l’outil de l’injonction administrative. 
Les gens ont l’impression d’être maltraités par les administrations, à l’image de cet homme que j’ai rencontré, noyé dans ses démêlés avec Pôle emploi, en difficulté dans toutes ses démarches.
Les usagers ne sont pas contre la dématérialisation pourtant. 

Le public que j’ai rencontré utilise quotidiennement les applications bancaires par exemple, matins et soirs. 
Ils n’ont pas de mal à gérer leurs factures en ligne. 
Mais les relations avec les institutions sociales, en ligne, sont particulièrement difficiles.

InternetActu.net : Peut-être est-ce aussi lié à l’usage spécifique du mail qu’on rencontre dans ces familles. Vous soulignez, qu’une des rares spécificités de l’internet des familles modestes, c’est que l’usage du mail n’est pas tant individuel que familial…
Dominique Pasquier : Oui. Pour les familles modestes, le mail n’est pas un outil de conversation agréable. 

Il est asynchrone et écrit. 
Envoyer et attendre une réponse ne correspond pas aux valeurs du face à face dans l’échange, qui reste très fort dans les milieux populaires. 
Il demeure de l’ordre du courrier, ce qui en fait un dispositif formellement distant.
Les familles disposent bien souvent d’une seule adresse mail partagée. 

C’est un moyen de tenir un principe de transparence familial… (et de surveillance : une femme ne peut pas recevoir de courrier personnel). 
Ce principe de transparence se retrouve également dans les comptes Facebook, dans les SMS,… 
La famille intervient sur les comptes de ses membres, on regarde les téléphones mobiles des uns et des autres. 
On surveille ce qu’il se dit. Les familles modestes ne voient pas de raison à avoir des outils individuels. 
Sur Facebook, l’ouverture de comptes par les enfants est conditionnée au fait que les parents soient amis avec eux. 
Bien souvent, ces pratiques donnent une illusion de maîtrise aux parents, qui ne voient pas ce qui échappe à leur vigilance. 
Ils observent les murs des enfants et les commentaires, mais ne voient pas les échanges en messagerie instantanée incessants.

Internetactu.net : L’autre grande différence sociale que vous pointez c’est la participation : l’usage des plus modestes n’est pas très contributif. Pourquoi ?
Dominique Pasquier : Effectivement, l’internet n’est jamais vu comme un moyen de contribution. 

J’ai demandé ainsi à une femme qui souhaitait se remarier et qui me confiait avoir beaucoup consulté de forums pour se décider à franchir le pas de la famille recomposée… si elle posait des questions sur ces forums. 
Elle m’a clairement répondu non, comme si c’était impensable. 
Ce qui l’intéressait c’était la réponse aux questions qu’elle aurait pu poser. 
Mais la difficulté demeure d’oser, et ce même pour intervenir sur un simple forum, entouré de femmes dans la même situation qu’elle, qui se confient sur des choses intimes… 
On ne saute pas le pas. 
Une autre qui réalisait des tricots en puisant des idées sur des blogs contributifs n’y montrait pas non plus ses créations… 
Il y a une grande pudeur à poser des questions, "à ramener sa fraise"
Sur l’internet des familles modestes, il y a une grande distance avec la création. 

Ce qui circule sur Facebook, c’est essentiellement des citations morales, des images, des dessins… des "panneaux" qui proviennent d’ailleurs. 
L’enjeu n’est pas tant de discuter du contenu de ces messages que de demander à ses amis s’ils sont d’accord avec le fait que ce qui est mis en ligne me reflète moi ! 
Le but est plus une recherche de consensus. 
On s’empare de ces messages pour dire qu’on s’y reconnaît et on demande aux autres s’ils nous y reconnaissent. 
Ces partages se font avec des gens qu’on connaît. 
On ne cherche pas à étendre sa sociabilité.
À Brest, Bénédicte Havard Duclos qui a travaillé sur des assistantes maternelles, plus diplômées que les populations sur lesquelles j’ai travaillé, à montré qu’elles avaient un peu plus d’ouverture dans leurs échanges en ligne : elles osaient échanger avec des gens qu’elles ne connaissaient pas. 

Les gens que j’ai vus ne sortent pas de leur monde, sauf en ce qui concerne les connaissances, mais pas en matière de culture ni de sociabilité. Ils utilisent internet pour apprendre des choses qu’ils ne connaissent pas ou perfectionner des pratiques, comme le tricot, la cuisine, le jardinage… 
Mais ce n’est pas une ouverture sur des nouveaux goûts culturels. 
Il n’y en a pas du tout dans mon public. 
Les liens partagés servent aussi beaucoup à rappeler le passé, à le célébrer ensemble une nostalgie. 
Leur fonction consiste plus à évoquer une culture commune et à renforcer le consensus qu’à une ouverture culturelle. 
Mais ces résultats auraient certainement été très différents si j’avais regardé les pratiques de leurs enfants. 



InternetActu.net : Y’a-t-il un temps internet chez les plus modestes ou une connexion continue comme chez dans les catégories professionnelles supérieures ? La frontière entre le monde professionnel et le monde privé est-elle moins étanche chez les plus modestes qu’ailleurs ?
Dominique Pasquier : Il y a une différence entre ces milieux et ceux des cadres et des professions intermédiaires. Ici, quand on arrête de travailler, on arrête de travailler. 

S’il y a une forte perméabilité du personnel au professionnel, la frontière est complètement hermétique dans l’autre sens : les collègues n’ont pas le numéro de portable ! 
Beaucoup des femmes que j’ai rencontrées ont des conjoints artisans qui eux n’arrêtent jamais de travailler… mais le plus souvent, les milieux ouvriers ou d’employés subalternes, la frontière entre les deux mondes est forte.

InternetActu.net : Un long chapitre de votre livre s’intéresse à l’achat en ligne qui semble être devenu une pratique forte et complètement intégrée des milieux modestes. Qu’est-ce qu’a changé cet accès à la consommation ?
Dominique Pasquier : On pense souvent qu’internet permet d’acheter ce qu’on ne trouve pas localement. 

Pour les plus modestes, la motivation n’est pas du tout celle-ci. 
Internet sert à acheter moins cher. 
Et ces femmes y passent du temps. 
Reste qu’elles se sentent coupables vis-à-vis du petit commerce local, car ce sont des gens qu’elles connaissent. 
Pour nombre d’achats, elles transigent donc.
Le Bon Coin et les plateformes d’achats entre particuliers sont considérées, elles, comme vertueuses. 

Ça rapporte un peu d’argent. 
Ça rend service. 
On a l’impression que ces échanges sont moraux. 
"Sur le Bon Coin, chacun garde sa fierté"
Y vendre ou y acheter des produits, même très peu chers – et beaucoup des produits qu’on y échange le sont pour quelques euros -, c’est un moyen de conserver sa fierté, d’affirmer qu’on n’est pas des assistés. 
Il faut entendre l’omniprésence de la peur du déclassement dans ces populations, limites financièrement. 
Recourir à l’aide social et faire des démarches, c’est compliqué. 
Dans cette frange de la population, on déteste tout autant ceux qui sont socialement au-dessus qu’au-dessous. 
On y entend un discours d’extrême droite qui peut-être manié par des gens qui n’y sont pas acquis, mais qui est caractérisé par la peur de basculer vers les assistés. 
Comme le disait Olivier Schwartz, il n’y a pas qu’eux contre nous, que le peuple face aux élites, il y a ceux du haut, ceux du bas et les fragiles.

InternetActu.net : Vous notez dans votre livre que les familles modestes ont un rapport très distant avec l’information (notamment nationale), mais pas avec les causes. "Ceux qui parlent frontalement de politique le font de façon sporadique". La politique n’est présente que sous une forme polémique, très liée à la crise du marché du travail. Pourquoi ?
Dominique Pasquier : Ce public ne s’informe pas. 

Beaucoup de rumeurs circulent et s’engouffrent sur des peurs. 
Les dépenses somptuaires ne les étonnent pas. 
Les rumeurs sur les fraudeurs et paresseux n’ont plus. 
J’ai enquêté dans une région où l’émigration est peu présente, mais où le fantasme de l’émigré assisté est omniprésent. 
La hantise sociale est forte et est à relier à la crise du marché du travail, qui fait que ces familles semblent toujours sur le point de basculer dans la précarité. 
Ces femmes qui travaillent dans l’aide à domicile connaissent les difficultés du marché du travail : elles ont plein de petits patrons, des horaires à trous, des trajets difficiles et leurs situations sont précaires et instables… 
Reste que dans ces milieux issus des milieux ouvriers, les valeurs du travail, de l’entrepreneuriat privé et de la réussite restent fortes.

Internetactu.net : D’une manière assez surprenante, vous consacrez tout un chapitre à la question des relations hommes/femmes. Internet renforce-t-il la séparation des sphères domestiques masculines et féminines ? Comment en questionne-t-il ou en redistribue-t-il les frontières normatives ?
Dominique Pasquier : Effectivement. 

Nombre de comptes Facebook exaltent l’amour conjugal et la famille. 
Ce n’est bien sûr pas le cas des hommes célibataires que j’ai rencontrés, dans les comptes desquels dominent des blagues sur les femmes. 
Chez celles-ci, par contre, on trouve beaucoup de partage d’images et de maximes sur l’absence de partage des tâches domestiques. 
Chez ces femmes, l’idée qu’on se réalise en tenant son intérieur propre et son linge repassé ne fonctionne plus. 
L’épanouissement domestique ne fait plus rêver. 
Cela n’empêche pas que ces femmes continuent à tout faire et que leurs intérieurs soient nickels et parfaitement rangés. 
Elles aspirent à ce que ce ne soit plus une image valorisante, mais en vrai, la répartition des tâches traditionnelles demeure.
On entend en tout cas une revendication, une contestation de la division très asymétrique du travail domestique. 

Pourtant, pour ces aides-soignantes qui pratiquent les horaires décalés, bien souvent, les maris doivent faire le dîner pour les enfants. 
En tout cas, il n’y a plus ce qu’observait Olivier Schwartz, à savoir que les femmes trouvaient leur épanouissement dans la tenue du foyer. 
Il faut dire que contrairement aux enquêtes qu’il a réalisées dans les familles de mineurs, ces femmes travaillent. 
C’est sans doute la transformation du marché du travail qui fait bouger les lignes à la maison.
Pour autant, ce n’est pas la guerre non plus. 

On trouve plus d’endroits où on échange des maximes célébrant le couple que le contraire. 
C’est moins vrai pour les hommes célibataires. 
Dans les milieux populaires, les hommes sans qualification (comme les femmes trop qualifiées) ont du mal à entrer en couples. 
D’où l’expression d’un vif ressentiment.

InternetActu.net : À la lecture de votre livre, on a l’impression que la fracture numérique a été résorbée. 

Et on peinerait même à trouver des traces d’une fracture sociale d’usages ?
Dominique Pasquier : Oui. On trouve encore quelques personnes en difficultés, notamment les seniors, mais le plus frappant est de constater qu’internet est entré dans la vie de tous les jours, même chez les familles modestes.
La régulation parentale y est par exemple aussi présente qu’ailleurs. 

Mais dans les familles plus diplômées, on ne trouve pas la croyance que, parce qu’on sait se servir d’internet, on réussira dans la vie. 
Il y a ici, une illusion de modernité. 
Dans les milieux plus cultivés, on retrouve les mêmes difficultés à surveiller les pratiques des enfants et à réguler leurs pratiques, mais les parents offrent la complémentarité de l’écrit traditionnel valorisé à l’école. 
Ici, les mères croient bien faire en encourageant les pratiques numériques, pensant que cela sera un déclencheur de réussite. 
Mais c’est assez faux. 
Malgré la transparence qu’elles imposent, les familles modestes ne savent pas ce que font leurs enfants. 
En fait, il faut reconnaître que c’est plus difficile pour les parents qu’avant. 
Alors que la télé réunissait les familles, internet menace les dimensions collectives familiales, par ses pratiques addictives (comme le jeu vidéo) et parce que les pratiques des plus jeunes sont impossibles à réguler. 
Il transforme et menace profondément les familles. 
Mon discours à l’air très négatif, je le reconnais. 
Pour les plus jeunes, internet offre de fortes possibilités de divertissement. 
Mais comme il n’y a pas de limites et qu’on ne peut pas en mettre, tout repose sur la manière dont les enfants gèrent les sollicitations. 
Mes travaux sur la culture lycéenne [voir également notre compte-rendu d’une intervention de Dominique Pasquier sur ces questions datant de 2008, NDE], soulignaient déjà les limites de la transmission horizontale entre jeunes. 
Les mères, qui se sont mises au jeu et qui ont compris qu’elles étaient accros à leur tour, ont une meilleure compréhension de ce qu’il se passe quand on ne peut pas s’arrêter. 
Les disputes sur le temps d’écran sont moins présentes. 
Reste qu’une grande partie de la vie des enfants échappe au périmètre familial et c’est difficile à vivre pour les parents. 
Ils ont l’impression parfois de contrôler ce que font leurs enfants en ligne, mais ils se trompent.

 

Propos recueillis par Hubert Guillaud
http://www.internetactu.net/2018/09/21/linternet-des-familles-modestes-les-usages-sont-ils-les-memes-du-haut-au-bas-de-lechelle-sociale/

2 commentaires:

  1. Elle pue la gauchiste. L'école étant obligatoire ces ex-gosses sont allés à l'école...le niveau de français sur les réseaux sociaux est abominable, merci l'immigration, merci les sales méthodes, merci les profs gauchos...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour
    Un article selon moi dans le jugement, l utilisation d Internet ne se résume pas a la condition sociale
    Juste une question d intelligence pour y lire et faire des recherches par soi même... Et non pas croire tout ce que Google nous montre.
    Quel clivage et mepris pour la classe sociale modeste...
    Ne pas confondre instruction et intelligence...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !