samedi 27 avril 2019

Les Dangers de la 5G venant de l'espace !

Les Ondes de la 5G venant de l'espace vont arriver : "Pas un centimètre du globe ne sera exempt de radiations" !

 


 

Le célèbre auteur et philosophe Jeremy Naydler, Ph.D., est notre guide alors que nous explorons ce qu'un déploiement à grande échelle de la 5G pourrait signifier pour l'humanité en cette période critique. 

Réfléchissez un peu :
La 5G attire l'attention, ce qui pourrait nous faire craindre un peu les effets, mais nous devons observer cette peur et ramener les choses à la conscience de la question afin que nous puissions faire de meilleurs choix, sans craindre d'en avoir peur. 

Consultez notre protocole d'EC pour cela.
En novembre 2018, la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a autorisé la société de fusée SpaceX, détenue par l'entrepreneur Elon Musk, à lancer une flotte de 7.518 satellites pour compléter l'ambitieux programme de SpaceX visant à fournir des services mondiaux à large bande par satellite aux quatre coins du globe.
publicité - en savoir plus
Les satellites fonctionneront à une hauteur d'environ 210 milles et irradieront la Terre avec des fréquences extrêmement élevées entre 37,5 GHz et 42 GHz. Cette flotte s'ajoutera à une flotte SpaceX plus petite de 4.425 satellites, déjà autorisée plus tôt dans l'année par la FCC, qui tournera autour de la Terre à une altitude d'environ 750 milles et qui devrait nous baigner dans des fréquences entre 12 GHz et 30 GHz. 

Le total global des satellites SpaceX devrait donc atteindre un peu moins de 12.000.
Il y a actuellement environ deux mille satellites en orbite autour de la Terre qui fonctionnent parfaitement. 

Certains téléportent des GPS commerciaux (ou "SatNav"), d'autres fournissent des services de télévision, d'autres des services de téléphonie mobile et d'autres encore font rebondir des radars dans les deux sens pour produire des images destinées aux météorologistes et à la surveillance militaire. 
La Terre est donc déjà complètement irradiée depuis l'espace.
Mais les nouvelles flottes SpaceX entraîneront une augmentation massive du nombre de satellites dans le ciel au-dessus de nous et, par conséquent, une augmentation massive du rayonnement qu'ils émettent vers la Terre. 

La flotte de satellites SpaceX n'est cependant qu'un des nombreux satellites qui seront lancés au cours des prochaines années et qui ont tous le même objectif : fournir des services mondiaux à large bande. 
D'autres sociétés, dont Boeing, One Web et Spire Global, lancent chacune leur propre flotte, ce qui porte à environ 20.000 le nombre total de nouveaux satellites à large bande - chacun d'eux étant dédié à l'irradiation de la Terre à des fréquences similaires (figure 1). (1)

...ce qui l'anime réellement, c'est la création des conditions dans lesquelles l'intelligence électronique ou "artificielle" sera capable d'assumer une présence toujours plus grande dans nos vies.


Pourquoi y a-t-il une telle activité soudaine ? 

Les nouvelles flottes de satellites contribuent à un effort mondial concerté pour "améliorer" l'environnement électromagnétique de la Terre. 
La mise à niveau est communément appelée 5G, ou réseau sans fil de cinquième génération. 
Il est devenu habituel dans les cercles technologiques de parler de l'introduction de la 5G comme de la création d'un nouvel "écosystème électronique" mondial. 
C'est de la géo-ingénierie à une échelle jamais atteinte auparavant. 
Alors qu'elle est vendue au public comme une amélioration de la qualité du streaming vidéo pour les médias et le divertissement, ce qui l'anime réellement, c'est la création des conditions dans lesquelles l'intelligence électronique ou "artificielle" pourra prendre une place toujours plus grande dans nos vies.
Dans un article précédent de New View ("Radiation, Robot Bees and 5G", New View, 85, Automne 2017), j'ai décrit comment l'introduction de la 5G nécessitera des centaines de milliers de nouveaux mini-mâts de téléphonie mobile (également appelés "stations de base") dans les centres urbains du Royaume-Uni, et littéralement des millions de nouveaux mâts dans les villes du reste du monde, émettant tous un rayonnement aux fréquences et niveaux de puissance bien supérieurs à ceux auxquels nous sommes soumis actuellement.
Ces nouveaux mâts sont beaucoup plus petits que les mâts que nous voyons actuellement le long de nos autoroutes et sur le toit des bâtiments. 

Ils seront discrètement accrochés sur le côté des magasins et des bureaux ou fixés sur des lampadaires. 
Les 20.000 satellites sont un complément nécessaire à cet effort terrestre, car ils garantiront que les zones rurales, les lacs, les montagnes, les forêts, les océans et les zones sauvages, où il n'y a ni bâtiments ni lampadaires, seront tous intégrés dans la nouvelle infrastructure électronique. 
Pas un centimètre du globe ne sera exempt de radiations.
Compte tenu de l'ampleur du projet, il est surprenant de constater à quel point peu de gens sont conscients de l'énormité de ce qui commence tout juste à se déployer autour de nous. 

Très peu de gens ont même entendu parler des 20.000 nouveaux satellites qui vont transformer la planète en une "planète intelligente", nous irradiant nuit et jour. 

 

 


 
Dans les médias nationaux, nous n'entendons pas de voix qui remettent en question la sagesse, et encore moins l'éthique, de la géo-ingénierie d'un nouvel environnement électromagnétique mondial.
Mais la question que nous devrions nous poser est de savoir si nous voulons aussi une exposition de plus en plus intense de l'environnement naturel et de tous les êtres vivants, y compris nous-mêmes, aux rayonnements électromagnétiques de plus en plus nombreux.
Au lieu de cela, on accepte allègrement que la technologie doit continuer à progresser, et la présence dans nos vies de machines et de gadgets de plus en plus "intelligents" qui, chaque année, deviennent plus intelligents et plus capables est une partie inévitable de ce progrès. 

Et qui ne veut pas de progrès ? 
Presque tout le monde aime leurs téléphones élégants et séduisants, leurs blocs-notes et leurs assistants virtuels, et les considère comme une partie indispensable de leur vie.
Mais la question que nous devrions nous poser est de savoir si nous voulons aussi une exposition de plus en plus intense de l'environnement naturel et de tous les êtres vivants, y compris nous-mêmes, aux rayonnements électromagnétiques de plus en plus nombreux. 

Est-il probable que cela n'entraîne pas de conséquences néfastes pour la santé, comme le prétendent le gouvernement et l'industrie ? 
Si les ondes électromagnétiques qui relient nos smartphones à Internet traversent la brique, la pierre et le ciment, que se passe-t-il lorsque ces mêmes ondes rencontrent notre corps ?
Soyez assurés qu'ils ne se contentent pas de rebondir sur nous ! Ils voyagent dans le corps humain. 

Leur degré d'absorption peut être mesuré avec précision dans ce que l'on appelle le Débit d'Absorption Spécifique, exprimé en Watts par kilogramme de tissu biologique. 
Quand nous remplissons nos maisons de Wi Fi, nous irradions nos corps continuellement. 
Lorsque nous tenons un smartphone à l'oreille, des ondes électromagnétiques irradient notre cerveau (fig.2). 
Croyons-nous vraiment que cela pourrait être totalement inoffensif ?

 



Ondes et fréquences !
Actuellement, les téléphones mobiles, smartphones, tablettes, la plupart des Wi Fi et ainsi de suite fonctionnent à moins de 3 GHz dans ce que l'on appelle la région "micro-ondes" du spectre électromagnétique. 

Si vous pouviez voir et mesurer leurs longueurs d'onde, vous constateriez qu'elles font plusieurs centimètres (ou pouces) de long. Un smartphone fonctionnant à 800 MHz, par exemple, envoie et reçoit des signaux d'une longueur d'onde de 37,5 centimètres (un peu moins de 15 pouces). 
Fonctionnant à 1,9 GHz, les longueurs d'onde sont de 16 centimètres (un peu plus de 6 pouces). Wi Fi utilise la bande de fréquence de 2,4 GHz avec des longueurs d'onde de 12 centimètres (un peu moins de 5 pouces de long).
L'introduction de la 5G entraînera l'utilisation de fréquences considérablement plus élevées que celles-ci, avec des longueurs d'onde plus courtes. Au-dessus de 30 GHz, les longueurs d'onde ne sont que de quelques millimètres plutôt que de quelques centimètres de long. La bande de fréquences millimétriques (de 30 GHz à 300 GHz) est appelée extrêmement haute fréquence et ses longueurs d'onde se situent entre 10 millimètres et 1 millimètre de long.(3)

Jusqu'à présent, le rayonnement électromagnétique extrêmement haute fréquence n'a pas été largement propagé et son introduction marque un changement important dans le type d'énergie électromagnétique qui deviendra présente dans l'environnement naturel (fig.3). 




La raison pour laquelle les ondes millimétriques doivent être utilisées pour la 5G est que les bandes de fréquences disponibles dans les fréquences extrêmement élevées sont beaucoup plus larges que dans les fréquences basses. 
Cela signifie qu'il peut y avoir une "bande passante" beaucoup plus large. 
Une largeur de bande plus large signifie que de plus grandes quantités de données peuvent être transférées et que la vitesse de transfert des données sera nettement plus rapide.
L'un des effets de ce phénomène est qu'il réduit ce qu'on appelle la "latence", ou le décalage temporel, dans le système, ce qui améliore la qualité de la diffusion vidéo en continu. 

Mais ce faisant, elle permet également une plus grande fluidité entre les données accessibles à partir de sources virtuelles et nos perceptions des objets dans le monde réel, comme c'est le cas, par exemple, dans les applications de Réalité Augmentée. 
Une plus grande fluidité signifie que nous habitons plus facilement le monde naturel et le monde électronique comme s'ils n'étaient qu'une seule et même réalité.
Un seul émetteur/récepteur 5G aura un grand nombre de minuscules antennes, regroupées en une seule unité.
L'un des problèmes techniques de l'utilisation des fréquences dans la région millimétrique du spectre est que, parce que les ondes transportant les données sont si petites, ne mesurant que quelques millimètres de long, elles sont moins capables de franchir les barrières physiques, comme les murs et les arbres, que les ondes plus longues des fréquences inférieures. 

C'est pourquoi il est nécessaire d'avoir beaucoup plus de nouveaux mâts de téléphone ou "stations de base". 
Ils devront être espacés de 100 mètres dans les villes, car au-delà de cette distance, leurs signaux s'affaiblissent et sont donc moins capables de pénétrer dans les bâtiments et de se connecter avec les dispositifs à l'intérieur. 
En plus d'être plus rapprochées, les stations de base 5G fonctionneront à une puissance beaucoup plus élevée que les antennes téléphoniques actuelles, afin d'assurer que les signaux sont suffisamment forts.
Comme les longueurs d'onde sont beaucoup plus petites, les antennes qui les transmettent et les reçoivent seront aussi beaucoup plus petites que celles des pylônes de téléphone et des appareils électroniques actuels. 

Un seul émetteur/récepteur 5G aura un grand nombre de minuscules antennes, regroupées en une seule unité. 
Un réseau d'un peu plus d'un millier d'antennes de ce type ne mesure que quatre pouces carrés, et peut donc facilement tenir dans une petite station de base sur un lampadaire, alors que le smartphone dans votre poche en aura probablement seize (fig.4).
Mais cela signifie aussi que toute créature vivante qui se trouve sur le chemin d'un tel faisceau concentré sera soumise à une puissante dose d'électricité rayonnante à très haute fréquence. 





 



Les satellites 5G et les mâts terrestres 5G utiliseront tous deux un système appelé "réseau phasé". 
Dans le réseau phasé, des groupes d'antennes sont coordonnés pour rayonner des impulsions dans une direction spécifique et dans une séquence temporelle donnée. 
Cela permet à un faisceau concentré d'ondes radio d'être exactement orienté vers des cibles désignées, afin de permettre l'émission ou la réception de signaux. 
Comme les poutres sont concentrées de cette façon, cela augmente leur puissance, ce qui leur permet de pénétrer plus facilement dans les bâtiments.
Mais cela signifie aussi que toute créature vivante qui se trouve sur le chemin d'un tel faisceau concentré sera soumise à une puissante dose d'électricité rayonnante à très haute fréquence. 

Une étude publiée plus tôt cette année a démontré que certains insectes, en raison de leur petite taille corporelle, sont particulièrement vulnérables aux ondes millimétriques des fréquences plus élevées utilisées par la 5G (fig. 5). (5)
D'autres études ont montré que les bactéries et les plantes sont également vulnérables, de même que la peau et les yeux des animaux (comme on peut le prévoir), et bien sûr, les êtres humains (6).
En plus de sa capacité à concentrer la puissance dans des faisceaux focalisés, la technologie des réseaux phasés a un autre facteur de complication. 

De part et d'autre du faisceau principal, les intervalles de temps entre les impulsions sont différents de ceux du faisceau principal, mais ils peuvent se chevaucher de manière à produire des changements extrêmement rapides dans le champ électromagnétique. 
Cela peut avoir un effet particulièrement néfaste sur les organismes vivants, car au lieu de la désintégration du rayonnement lorsqu'il est absorbé dans les tissus vivants, il peut être réémis dans le corps.
Les charges en mouvement qui affluent dans le corps deviennent effectivement des antennes qui réémettent le champ électromagnétique et l'envoient plus profondément dans l'organisme. 

Ces ondes réémises sont connues sous le nom de précurseurs de Brillouin, du nom du physicien français Léon Brillouin, qui les a décrites pour la première fois en 1914. 
Les recherches suggèrent qu'elles peuvent avoir un impact significatif et très néfaste sur les cellules vivantes.(8) 
 


 

Les assurances peu rassurantes du gouvernement et de l'industrie !
L'organisme gouvernemental chargé de protéger la santé publique, Public Health England, nous informe qu'il n'existe aucune preuve convaincante que les radiofréquences (que la radio, la télévision, les téléphones mobiles, les smartphones et la 5G utilisent tous) ont des effets néfastes sur la santé des adultes ou des enfants.
C'était comme donner un chèque en blanc à l'industrie des télécommunications pour passer aux fréquences supérieures, sans se soucier des conséquences.
Cet avis s'appuie sur les recommandations d'un organisme soi-disant indépendant appelé AGNIR (Advisory Group on Non-Ionising Radiation), qui a produit un rapport en 2012 sur la sécurité des radiofréquences. 

Le rapport indiquait qu'il n'y avait pas de preuves "convaincantes" et "concluantes" des effets néfastes pour la santé.(9)
C'était comme donner un chèque en blanc à l'industrie des télécommunications pour passer aux fréquences supérieures, sans se soucier des conséquences.
Il s'avère que, loin d'être indépendant, AGNIR compte une forte proportion de membres aux prises avec des conflits d'intérêts flagrants, et que leur rapport a déformé ou simplement laissé de côté des éléments de preuve qui auraient dû les contraindre à arriver à la conclusion opposée à celle à laquelle ils sont arrivés. 

Dans une analyse médico-légale du rapport, la chercheuse en hygiène du milieu, Sarah Starkey, indique clairement que seul un mépris délibéré des preuves scientifiques disponibles pourrait expliquer ses contradictions internes et son incompétence apparente (10).
La santé et la sécurité ne font tout simplement pas partie de la pensée du gouvernement, malgré une véritable montagne de milliers d'articles de recherche démontrant des effets néfastes sur la santé...
Et pourtant, c'est la base de la politique actuelle du gouvernement britannique, qui permet au gouvernement de déployer la technologie 5G sans même qu'il soit nécessaire de procéder à une évaluation préalable de la santé et de la sécurité.(11)

La santé et la sécurité ne figurent tout simplement pas dans la pensée du gouvernement, malgré une véritable montagne de milliers de documents de recherche qui démontrent des effets négatifs sur la santé, dont le taux de croissance annuel continue à atteindre environ 350, en moyenne pratiquement une fois par jour.(12)
L'une des raisons pour lesquelles on ne tient pas compte de ces preuves dans la course effrénée à la création de l'écosystème électronique 5G est la conviction des milieux gouvernementaux que, si nous ne l'introduisons pas immédiatement, nous serons "laissés pour compte" et notre croissance économique et notre compétitivité seront mises en péril. 

Nous n'avons tout simplement pas le temps d'examiner les conséquences possibles sur la santé.
La Commission nationale des infrastructures, dont le rapport de 2016, Connected Future, constitue la base de la politique gouvernementale actuelle, a poussé cette vision paniquée du Royaume-Uni à prendre du retard par rapport aux autres nations et a exhorté le gouvernement à veiller à ce que la nouvelle infrastructure numérique soit pleinement en place d'ici 2025.(13)

Le rapport NIC souligne à plusieurs reprises que les bénéfices du "futur connecté" doivent se mesurer en milliards de livres de revenus.
L'ironie du sort, c'est que l'avenir "connecté" est un avenir dans lequel des profits vertigineux peuvent être réalisés grâce à des technologies qui nous déconnectent de plus en plus du monde réel, est totalement raté.
Les montants faramineux en jeu sont bien illustrés par une estimation récente selon laquelle l'industrie mondiale des médias à elle seule pourrait gagner 1.300 Milliards de dollars grâce à la 5G d'ici 2025, notamment parce que la 5G " débloquera le potentiel de la réalité augmentée (AR) et de la réalité virtuelle (VR) (14) ".
Les sommes en jeu sont suffisantes pour expliquer pourquoi le secteur des télécommunications fait tout son possible depuis vingt-cinq ans pour que la recherche sur les effets des technologies sans fil sur la santé donne des résultats négatifs ou peu concluants. 

Depuis 1993, l'industrie a financé un grand nombre d'études, ce qui a permis aux gouvernements d'économiser beaucoup d'argent tout en préservant l'illusion pratique que l'on ne sait toujours pas si l'exposition aux radiofréquences cause des dommages.
Plus tôt cette année, le Guardian a publié un article citant une recherche qui a montré que 67 % des études financées par des organismes indépendants ont constaté un effet biologique de l'exposition aux rayonnements de radiofréquences, alors que seulement 28 % des études financées par l'industrie l'ont fait. 

Les auteurs de l'article du Guardian expliquent que l'industrie des télécommunications n'a pas besoin de gagner l'argument scientifique sur la sécurité, mais simplement de maintenir cet argument indéfiniment en produisant des études dont les résultats ne permettent pas de vérifier, ou encore mieux de contredire, la recherche qui a des effets néfastes sur la santé.
L'une des plus connues est l'étude "Interphone Study", financée par l'industrie, qui a permis de conclure que le fait de tenir un téléphone portable sur la tête protège l'utilisateur des tumeurs cérébrales !
L'une des plus connues est l'étude "Interphone Study", financée par l'industrie, qui a permis de conclure que le fait de tenir un téléphone portable sur la tête protège l'utilisateur des tumeurs cérébrales ! 

Cette étude, pleine de contradictions et entachée de graves défauts de conception, est souvent citée comme la plus fiable à ce jour, alors qu'elle a en fait été complètement discréditée (16).
Néanmoins, l'impression est maintenue qu'il n'y a pas de consensus scientifique et qu'il n'y a donc pas suffisamment de raisons pour agir. 

Inutile de dire que cela convient autant au gouvernement qu'à l'industrie.
Au-delà des effets sur la santé, il y a un tout autre niveau de ce qu'implique réellement le déploiement de la 5G. 

Lisez l'article complet du Dr Naydler ( Read Dr. Naydler’s full article ).
 

NOTES :
1 - L'une des meilleures sources d'information est le site Web de la Global Union Against Radiation Deployment from Space (GUARDS) à l'adresse
www.stopglobalwifi.org, et le site Web connexe du Groupe de travail sur le téléphone cellulaire à l'adresse www.cellphonetaskforce.org. Les deux organisations sont informées et inspirées par les recherches et les campagnes inlassables d'Arthur Firstenberg, à qui cet article est grandement redevable.
2 - Source : Conférence ISEE/ISEA : Épidémiologie environnementale et exposition. Paris, le 5/9/2006.
3 - La règle est la suivante : plus la fréquence à laquelle l'onde oscille est élevée, plus la longueur d'onde sera courte.
4 - Source : Qualcomm. Juillet 2018.
5 - Arno Thielens et al, "Exposure of Insects to Radio-Frequency Electromagnetic Fields from 2 to 120 GHz", Nature, 8 : 3924 (2018) :
"Les insectes montrent un maximum de puissance de radiofréquence absorbée à des longueurs d'onde comparables à leur taille corporelle... Les insectes étudiés dont la taille est inférieure à 1 cm montrent un pic d'absorption aux fréquences (supérieures à 6 GHz), qui ne sont actuellement pas souvent utilisées pour les télécommunications, mais qui sont prévues pour être utilisées dans la prochaine génération de systèmes de communication sans fil".
6 - Cindy Russell, "A 5G Wireless Future", The Bulletin (janvier/février 2017, pp.20-23) passe en revue la recherche et énumère un grand nombre d'effets néfastes des rayonnements électromagnétiques à ondes millimétriques sur la santé, notamment l'arythmie, la résistance aux antibiotiques, les cataractes, les troubles du système immunitaire et autres.
7 - Source : Arno Thielens et al, "Exposition des insectes aux champs électromagnétiques de radiofréquence de 2 à 120 GHz", Nature, 8 : 3924 (2018), fig.4.
8 - Kurt Oughstun, interview sur "Brillouin Precursors", Microwave News, 22, 2 (2002), p.10. Selon Oughstun, professeur de génie électrique et de mathématiques à l'Université du Vermont,
"Un seul précurseur de Brillouin peut ouvrir de petits canaux à travers la membrane cellulaire parce que, en traversant la membrane, il peut induire un changement significatif du potentiel électrostatique à travers cette membrane."
Voir aussi Arthur Firstenberg "5G - Des couvertures aux balles" (17 janvier 2018), sur
www.cellphonetaskforce.org.
9 - Rapport du groupe consultatif sur les rayonnements non ionisants et les effets des champs électromagnétiques de radiofréquences sur la santé (2012).
10 - Sarah J. Starkey, "Inaccurate official assessment of radiofrequency safety by the Advisory Group on Non-ionising Radiation", Review of Environmental Health, 31:4 (2016), pp.493-503.
11 - Ministère de la Culture, des Médias et des Sports et Trésor public, Technologies mobiles de la prochaine génération : Une stratégie 5G pour le Royaume-Uni, mars 2017, qui définit la stratégie du gouvernement pour le déploiement de la 5G, ne mentionne pas les précautions de santé et de sécurité.
12 - L'une des meilleures sources pour cette montagne de recherche est The BioInitiative Report (2012), qui la rassemble en sections faciles à gérer et qui est régulièrement mise à jour. On peut y accéder en ligne à l'adresse
http://www.bioinitiative.org. Selon le rapport, entre 2007 et 2012, environ 1800 nouvelles études ont démontré des effets néfastes sur la santé, soit en moyenne 350 par an.
13 - Rapport national sur l'infrastructure, Connected Future (décembre 2016), p. 11. Les auteurs soutiennent que ce n'est qu'ainsi que le Royaume-Uni pourra "tirer pleinement parti de technologies telles que l'intelligence artificielle et la réalité augmentée". Le rapport est disponible à l'adresse www. nic.org.
14 - Ovum, "5G Economics of Entertainment Report" (octobre 2018). Le rapport a été commandé par Intel, et un résumé est disponible à l'adresse
www.newsroom.intel.com.
15 - Mark Hertsgaard et Mark Dowie, "The inconvenient truth about cancer and mobile phones", TheGuardian, 14 juillet 2018. Le biais flagrant du financement a été exposé pour la première fois en 2006 par Louis Slesin, " Radiation Research' and the Cult of Negative Results ", Microwave News, 26.4 (juillet 2006), pp.1-5. Un bon résumé du problème est donné dans "Bias and Confounding in EMF Science", sur le site Web de Powerwatch :
www.powerwatch.org.uk/science/bias.asp.
16 - L'étude Interphone fait l'objet d'une critique dévastatrice dans L. Lloyd Morgan et al, Cellphones and Brain Tumors : 15 Reasons for Concern (2009), disponible en ligne à www. electromagnetichealth.org. 


 
Par : Children's Health Defense
https://www.collective-evolution.com/2019/04/26/5g-from-space-not-one-inch-of-the-globe-will-be-free-of-radiation/
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !