dimanche 23 juin 2019

Déforestation record en Amazonie Brésilienne !


La Déforestation de la Forêt Tropicale Amazonienne Brésilienne s'intensifie pour atteindre des sommets inégalés, d'autres Destructions se profilent à l'Horizon !



 

La forêt tropicale amazonienne brésilienne a connu une recrudescence de la déforestation ces derniers mois, atteignant des niveaux sans précédent en mai 2019, alors que le gouvernement d'extrême droite brésilien du président Jair Bolsonaro continue d'accorder gratuitement des licences d'exploitation forestière, agricole et minière illégale sur des terres autrefois protégées. selon les données de l'agence gouvernementale de surveillance par satellite, l'Amazonie brésilienne perd environ 285 miles carrés en mai, soit l'équivalent de deux stades de football par minute selon le Guardian.
Mai marque le début de la saison sèche, au cours de laquelle la plupart des activités de défrichement et de brûlage des forêts ont lieu.
Les 285 milles carrés (739 Km2) de mai représentent une perte de plus de 837 milles carrés (2176 km2) d'août à avril, en hausse par rapport aux 698 milles carrés (1814 km2) perdus à la même période l'année précédente, selon l'organisation non gouvernementale de surveillance Imazon.




Carlos Souza d'Imazon a dit :
"Le gouvernement ne peut pas nier ces chiffres de sa propre agence. La question est maintenant de savoir ce qu'ils vont faire à ce sujet... 

D'ici la fin juillet, nous aurons une idée claire de l'impact des récentes mesures visant à démanteler les politiques environnementales."
Les écologistes craignent que les tendances ne s'accélèrent à mesure que le gouvernement Bolsonaro et son ministère de l'Environnement continueront d'agir au nom des intérêts miniers et industriels agricoles, qui ont eu carte blanche pour étendre leur exploitation de l'Amazonie et des aires protégées. 

Cela inclut les réserves autochtones qui ont cessé d'être délimitées depuis l'arrivée au pouvoir de Bolsonaro en janvier.
Le président d'extrême droite et ses fonctionnaires ont reproché aux lois environnementales, aux groupes militants et aux peuples autochtones d'entraver le potentiel économique du Brésil, ne montrant que peu de signes indiquant qu'ils sont prêts à mettre un terme à la déforestation accélérée de l'Amazonie.
La forêt tropicale humide de 2 millions de kilomètres carrés est un dépôt vital de dioxyde de carbone et joue un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique, une réalité que le président nie. 

L'Amazonie abrite également 10 % de toutes les espèces végétales et animales connues. 
Au cours des quatre dernières décennies, la jungle a perdu 18 % de son territoire, selon Greenpeace.
Quoi qu'il en soit, des fonctionnaires comme le plus haut conseiller de sécurité de Bolsonaro, le général Augusto Heleno Pereira, ont montré peu de considération pour les préoccupations extérieures, remarquant :
"Je n'accepte pas l'idée que l'Amazonie soit un patrimoine mondial... C'est absurde. L'Amazonie est brésilienne." 






Le président a également qualifié la principale agence de contrôle du gouvernement "d'industrie des amendes", l'obligeant à imposer moins de sanctions qu'à tout autre moment au cours des 11 dernières années, alors que les inspections ont diminué de 70 % par rapport à l'année dernière.
Le ministre de l'Environnement, Ricardo Salles, n'a pas non plus nommé de fonctionnaires régionaux et a détruit le moral au sein du ministère en licenciant des inspecteurs chevronnés. 

Folha a indiqué que Salles prévoit de privatiser la surveillance par satellite de la forêt.
Le sénateur Flavio Bolsonaro, fils aîné du président, a présenté le mois dernier un projet de loi qui supprimerait l'obligation pour les agriculteurs de consacrer un pourcentage minimum de leur propriété à la végétation naturelle. 

La mesure ouvrirait à l'industrie extractive une superficie de plus de 412 millions d'acres, soit une superficie plus grande que celle de l'Iran.
Une déclaration de Flavio Bolsonaro et Marcio Bittar, un autre sénateur soutenant la proposition, a déclaré :
"C'est une nécessité d'occuper davantage la région amazonienne et d'exploiter ses ressources naturelles."
Le Brésil est également victime d'un mouvement environnemental "radical, fondamentaliste et irrationnel", ont-ils ajouté, notant que "la clameur écologique fabriquée par les Européens, les Nord-Américains et les Canadiens et imposée au pays et à ses producteurs ruraux n'a aucun sens".
Carlos Rittl, le secrétaire exécutif de l'Observatoire du climat, a déclaré :
"Le pic de la déforestation est déprimant, mais pas surprenant : vous avez un gouvernement au Brésil qui démantèle presque toutes les politiques environnementales mises en place depuis 1992 et qui harcèle les agents fédéraux de l'environnement, donnant ainsi le pouvoir aux criminels environnementaux. 



Sources : Waking Times 
https://operationdisclosure1.blogspot.com/2019/06/deforestation-of-brazilian-amazon.html 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !