vendredi 28 juin 2019

Les Journalistes, Agents de la CIA ?

P.G. Roberts : En Occident, le Ministère de la Propagande s’appelle "la presse libre" !



 

Comme je l'ai signalé à maintes reprises, les prestituées ne constituent pas une presse libre, mais un ministère de la Propagande pour le gouvernement et les intérêts oligarchiques au pouvoir. 
Ben Norton explique que le New York Times obtient l’autorisation de Washington avant de publier un article :
Le New York Times a publiquement reconnu qu'il envoyait certaines de ses histoires au gouvernement américain pour approbation par les "responsables de la sécurité nationale" avant publication.
Il explique que le contrôle et la manipulation des médias par la CIA ont une longue tradition, tradition exposée par des journalistes qui connaissent cela:
”Le journaliste légendaire Carl Bernstein, un ancien journaliste du Washington Post qui a contribué à dévoiler le scandale du Watergate, a publié un article de couverture important pour Rolling Stone en 1977 intitulé "La CIA et les médias : Comment les médias les plus puissants des États-Unis ont travaillé main dans la main avec la Central Intelligence Agency et pourquoi le comité de l'église l'a couvert."
Bernstein a obtenu des documents de la CIA révélant que plus de 400 journalistes américains au cours des 25 dernières années avaient "effectué secrètement des missions pour la Central Intelligence Agency".
Bernstein a écrit :
"Certaines des relations de ces journalistes avec la CIA étaient tacites; certains étaient explicites."

Il y a eu coopération, accommodement et chevauchement. 
Les journalistes fournissaient toute une gamme de services clandestins, allant de la simple collecte de renseignements à la fonction d'intermédiaire avec des espions dans les pays communistes. 
Les journalistes ont partagé leurs cahiers avec la CIA. 
Les rédacteurs ont partagé leurs personnels. Certains des journalistes étaient des lauréats du prix Pulitzer, des journalistes distingués qui se considéraient comme des ambassadeurs sans portefeuille pour leur pays.
La plupart étaient moins exaltés: les correspondants étrangers qui trouvaient que leur association avec l'Agence les aidait dans leur travail ; des free lance et des pigistes qui s’intéressaient autant au commerce de l'espionnage qu'au dépôt d'articles; et, la plus petite catégorie, les employés à temps plein de la CIA se faisant passer pour des journalistes à l'étranger. 

Les documents de la CIA montrent que, dans de nombreux cas, des journalistes ont été engagés pour accomplir des tâches pour la CIA avec le consentement des directions des principales organisations de presse américaines. 
"Selon Bernstein, pratiquement tous les principaux médias américains ont coopéré avec la CIA, notamment ABC, NBC, AP, UPI, Reuters, Newsweek, Hearst, le Miami Herald, le Saturday Evening Post et le New York Herald-Tribune.
Cependant, a-t-il ajouté, "Selon les responsables de la CIA, les associations les plus précieuses ont été celles du New York Times, de CBS et de Time Inc."
Ces couches de manipulation étatique, de censure et même l’élaboration directe des nouvelles des médias par l’État montrent que, même s’ils prétendent être indépendants, le New York Times et d’autres médias servent effectivement de porte-parole de facto au gouvernement - ou du moins à la Sécurité Nationale des États-Unis.
http://www.informationclearinghouse.info/51828.htm

 

 

 



Udo Ulfkotte, rédacteur en chef du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, a expliqué dans son livre, Gekaufte Journalisten (le journalisme acheté), qu'aucun journaliste important en Europe n'était à l'abri de l'influence de la CIA. 
L'édition en langue anglaise de Journalists For Hire : "Comment la CIA achète les nouvelles", a été supprimée. 
Quelques exemplaires ont réussi à échapper à la destruction. Deux sont actuellement disponibles sur Amazon, un à 910,99 $ et un à 1.994,99 $.
Comme je l'ai souvent signalé, dans les "démocraties occidentales", la vérité est supprimée et des explications contrôlées sont mises en place. 

Les peuples occidentaux ignorent en grande partie les agendas de la Sécurité Nationale et des élites dirigeantes. 
Les gens de tous les horizons servent ces agendas sans le savoir. 
Ceux qui tentent de les informer sont généralement considérés comme des "théoriciens du complot". 
De toute évidence, il ne peut y avoir de démocratie lorsque l'électorat est gardé dans l'ignorance. 


 

Source
Par Paul Craig Roberts 
Traduction : Hannibal Genséric pour "La Cause du Peuple" :
https://numidia-liberum.blogspot.com/2019/06/pg-roberts-en-occident-le-ministere-de.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !