mercredi 24 juillet 2019

Libération des Scandinaves du Pouvoir des 1% !


Voici l'histoire qui nous montre comment les Suédois et les Norvégiens ont brisé le pouvoir des "1%", il y a plus de 80 ans !



Une marche à Ådalen, en Suède, en 1931.



Alors que beaucoup d'entre nous s'efforcent de faire en sorte que le mouvement d'occupation ait un impact durable, il vaut la peine d'envisager d'autres pays où des masses de gens ont réussi à instaurer de façon non violente un degré élevé de démocratie et de justice économique. 
La Suède et la Norvège, par exemple, ont toutes deux connu un changement de pouvoir majeur dans les années 1930 après une lutte non violente prolongée. 
Ils ont "congédié" les 1% des personnes les plus influentes et ont établi une nouvelle orientation de la société et créé la base de quelque chose de différent.
Les deux pays avaient une histoire de pauvreté épouvantable. 

Lorsque le 1% était en charge, des centaines de milliers de personnes ont émigré pour éviter la famine. 
Cependant, sous la direction de la classe ouvrière, les deux pays ont bâti des économies solides et prospères qui ont presque éliminé la pauvreté, élargi l'enseignement universitaire gratuit, aboli les bidonvilles, fourni d'excellents soins de santé accessibles à tous de droit et créé un système de plein emploi. 
Contrairement aux Norvégiens, les Suédois n'ont pas trouvé de pétrole, mais cela ne les a pas empêchés de construire ce que le dernier World Factbook que la CIA appelle "un niveau de vie enviable".
Aucun des deux pays n'est une utopie, comme le savent les lecteurs des romans policiers de Stieg Larsson, Henning Mankell et Jo Nesbro. 

Des auteurs critiques de gauche comme ceux-là tentent de pousser la Suède et la Norvège à poursuivre sur la voie d'une société plus juste. 
Cependant, en tant qu'activiste américain qui a rencontré la Norvège pour la première fois alors qu'il était étudiant en 1959 et qui a appris une partie de sa langue et de sa culture, les réalisations que j'ai trouvées m'ont étonné. 
Je me souviens, par exemple, d'avoir passé des heures à bicyclette dans une petite ville industrielle, à la recherche en vain de logements insalubres. 
Résistant parfois à l'évidence de mes yeux, j'ai inventé des histoires qui "expliquaient" les différences que je voyais : "petit pays", "homogène", "un consensus de valeurs". 
J'ai finalement renoncé à imposer mes cadres de vue à ces pays et j'ai appris la vraie raison : leurs propres histoires.
Puis j'ai commencé à apprendre que les Suédois et les Norvégiens payaient le prix de leur niveau de vie par une lutte historique non-violente. 

Il fut un temps où les travailleurs scandinaves ne s'attendaient pas à ce que l'arène électorale puisse apporter le changement auquel ils croyaient. 
Ils se sont rendu compte qu'avec les 1% en charge du pouvoir, la "démocratie" électorale était orientée contre eux, donc une action directe non-violente était nécessaire pour exercer le pouvoir de changement. 




Dans les deux pays, les troupes ont été appelées à défendre les 1% ; des gens sont morts. 
Le cinéaste suédois primé Bo Widerberg a raconté l'histoire suédoise de manière vivante dans Ådalen 31, qui dépeint les grévistes tués en 1931 et le déclenchement d'une grève générale à l'échelle nationale. (Vous pouvez en savoir plus sur cette affaire dans une entrée de Max Rennebohm dans la base de données Global Nonviolent Action Database). 



Les Norvégiens ont eu plus de mal à organiser un mouvement populaire cohésif parce que la petite population norvégienne - environ trois millions d'habitants - était répartie sur un territoire de la taille de la Grande-Bretagne. 

Les gens étaient divisés par les montagnes et les fjords, et ils parlaient des dialectes régionaux différents dans des vallées isolées. 
Au XIXe siècle, la Norvège était gouvernée par le Danemark, puis par la Suède ; dans le contexte de l'Europe, les Norvégiens étaient les "péquenauds de la campagne", sans grande importance. 
Ce n'est qu'en 1905 que la Norvège est finalement devenue indépendante.
Lorsque les travailleurs ont formé des syndicats au début des années 1900, ils se sont généralement tournés vers le marxisme, s'organisant pour la révolution aussi bien que pour des gains immédiats. 

Ils ont été ravis par le renversement du tsar en Russie, et le Parti travailliste norvégien a rejoint l'Internationale communiste organisée par Lénine. 
Le lien au comunisme n'a pas duré très longtemps, cependant. 
La plupart des Norvégiens se sont séparés de la stratégie léniniste sur le rôle de la violence : Les Norvégiens voulaient gagner leur révolution par la lutte collective non-violente, la création de coopératives et l'utilisation de l'arène électorale.
Dans les années 1920, l'intensité des grèves a augmenté. 

La ville de Hammerfest forme une commune libre en 1921, dirigée par des conseils ouvriers ; l'armée intervient pour l'écraser. 
La réaction des travailleurs a conduit à la grève générale nationale. 
Les employeurs, soutenus par l'État, ont riposté à cette grève, mais la colère des travailleurs a de nouveau éclaté lors de la grève des monteurs de charpentes en acier de 1923-1924.
Les 1% norvégiens ont décidé de ne pas compter uniquement sur l'armée ; en 1926, ils formèrent un mouvement appelé la Ligue patriotique, recrutant principalement dans la classe moyenne. 

Dans les années 1930, la Ligue comptait jusqu'à 100.000 membres pour la protection armée des briseurs de grève - et ce, dans un pays de seulement 3 millions d'habitants !
Le Parti travailliste, dans l'intervalle, a ouvert son adhésion à toute personne, syndiquée ou non. 

Des marxistes de la classe moyenne et quelques réformateurs se sont joints au parti. 
De nombreux ouvriers agricoles ruraux ont rejoint le Parti travailliste, ainsi que quelques petits propriétaires terriens. Les dirigeants syndicaux ont compris que, dans une lutte prolongée, une campagne non-violente exigeait un travail constant de sensibilisation et d'organisation. 
Au milieu de la polarisation croissante, les travailleurs norvégiens ont lancé une nouvelle vague de grèves et de boycotts en 1928. 





La dépression a touché le fond en 1931. 
Plus de personnes y étaient sans emploi que dans n'importe quel autre pays nordique. 
Contrairement à ce qui se passe aux États-Unis, le mouvement syndical norvégien a fait en sorte que les gens ont été renvoyés de leur emploi en tant que membres, même s'ils ne pouvaient pas payer leurs cotisations. 
Cette décision s'est traduite par des mobilisations de masse. 
Lorsque la fédération patronale a mis les employés en lock-out pour tenter d'imposer une réduction des salaires, les travailleurs ont riposté en organisant des manifestations massives.
Beaucoup de gens ont alors constaté que leur hypothèque était en péril. (Cela vous dit quelque chose ?) 

La Dépression a continué, et les agriculteurs ont été incapables de rembourser leurs dettes. 
Alors que les turbulences frappaient le secteur rural, les foules se sont rassemblées de manière non violente pour empêcher l'expulsion des familles de leurs fermes. 
Le Parti agraire, qui rassemblait les gros agriculteurs et qui avait auparavant été allié au Parti conservateur, a commencé à prendre ses distances par rapport aux 1% ; certains ont pu constater que la capacité de quelques-uns à gouverner la majorité était mise en doute.
En 1935, la Norvège était au bord du gouffre. 

Le gouvernement dirigé par les conservateurs perdait chaque jour de sa légitimité ; les 1% sont devenus de plus en plus désespérés à mesure que le militantisme s'intensifiait parmi les travailleurs et les agriculteurs. 
Un renversement complet pourrait avoir lieu dans quelques années, pensèrent les travailleurs radicaux. 
Cependant, la misère des pauvres devenait de plus en plus insoutenable et le Parti travailliste était sous une pression croissante de la part de ses membres pour qu'il trouve une solution pour soulager leurs souffrances, ce qu'il ne pouvait faire que s'il prenait en charge le gouvernement avec un accord de compromis avec l'autre camp.

C'est ce qu'il a fait. 
Dans un compromis qui a permis aux propriétaires de conserver le droit de posséder et de gérer leurs entreprises, le travail et en 1935 a pris les rênes du gouvernement en coalition avec le Parti agraire. 
Ils ont alors redéveloppé l'économie et lancé des projets de travaux publics pour se diriger vers une politique de plein emploi qui est devenue la pierre angulaire de la politique économique norvégienne. 
Le succès du travail et le militantisme continu des ouvriers ont permis des incursions constantes contre les privilèges des 1%, au point que la propriété majoritaire de toutes les grandes entreprises a été reprise par l'intérêt public. (Il y a aussi une entrée sur cette affaire dans la Base de données mondiale sur l'action non-violente).
Les 1% ont ainsi perdu son pouvoir historique de domination de l'économie et de la société. 

Ce n'est que trois décennies plus tard que les conservateurs ont pu revenir à une coalition gouvernementale, après avoir accepté les nouvelles règles du jeu, notamment un degré élevé de propriété publique des moyens de production, une fiscalité extrêmement progressiste, une forte réglementation des affaires pour le bien public et l'abolition virtuelle de la pauvreté. 
Lorsque les conservateurs ont fini par essayer de reprendre une orientation néolibérale, l'économie a généré une bulle et s'est dirigée vers le désastre. 
Ça vous dit quelque chose ?
Les travailleurs sont intervenus, se sont emparés des trois plus grandes banques, ont congédié les cadres supérieurs, ont laissé les actionnaires sans un sou et ont refusé de renflouer toutes les petites banques (Ndlr : un peu comme l'Islande qui a aussi a su relancer son économie sans problème après sa révolution contre son élite de banquiers !). 

Le secteur financier norvégien, qui a fait l'objet d'une bonne épuration, n'a pas été l'un de ces pays qui sont entrés en crise en 2008 ; soigneusement réglementé et en grande partie de propriété publique, le secteur était solide.
Bien que les Norvégiens ne vous en parlent peut-être pas la première fois que vous les rencontrez, il n'en demeure pas moins que le niveau élevé de liberté et de prospérité est largement partagée de leur société qui a commencé lorsque les travailleurs et les agriculteurs, ainsi que leurs alliés de la classe moyenne, ont mené une lutte non violente qui a permis au peuple de gouverner dans l'intérêt commun.



Source : Common Dreams par George Lakey
Partagé par :
https://operationdisclosure1.blogspot.com/2019/07/how-swedes-and-norwegians-regained.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !