lundi 18 novembre 2019

Mauvaises récoltes : le prix des pâtes risque de flamber !

Mauvaises Récoltes Mondiales 2019 pour le Blé Dur : le prix des pâtes risque de flamber ! 

 



Filibert : Comme nous l'avions déjà dit, les récoltes dans de nombreux pays ont été perturbées par des sécheresse ou des froids tardifs et aussi précoces qui ont compliqués les semis et les récoltes comme aux États-Unis, ou des météos capricieuses et rapidement
changeantes
En Chine les prix alimentaires auraient fait un bon de 45% à cause de certaines pénuries, il faut espérer que ce phénomène inflationniste ne se répercute pas dans les autres pays, car les révoltes risquent de s'amplifier un peu partout et d'importantes famines vont se développer ! 


Conséquence d'une mauvaise récolte au niveau mondial, le prix du blé dur n'a cessé d'augmenter ces dernières semaines. 
Une hausse qui risque d'être répercutée sur le prix des pâtes alimentaires dans les rayons.
Le secteur tire la sonnette d’alarme ! 

Dans un communiqué publié fin octobre, le Syndicat des industriels fabricants de pâtes alimentaires de France (SIFPAF) et le Comité français de la semoulerie industrielle (CFSI) se montrent particulièrement préoccupés par l’envolée des cours mondiaux du blé dur, matière première exclusive de 90% des pâtes consommées en France.
Depuis le mois de juin, les prix du blé dur ont déjà augmenté de plus de 25% et la tendance se poursuit. 

Cette flambée s’explique par un contexte délicat mêlant une très mauvaise récolte en quantité et en qualité au Canada (premier producteur et exportateur mondial) -où seule 20% de la récolte sera de bonne qualité pastière- ainsi qu'en Italie. 
Ajouté à cela, un déséquilibre au niveau mondial entre une production historiquement faible de 35,6 millions de tonnes et une demande qui ne cesse de croître. 
Résultat, il manquera 2,6 millions de tonnes de blé dur cette année.
Contenter la demande des Français qui consomment en moyenne 8,4 kg de pâtes par habitant chaque année pourrait donc s’avérer difficile. 

Surtout lorsque l’on sait que l’Hexagone compte très majoritairement sur l’extérieur pour s'approvisionner puisqu'il a importé 64% de ses pâtes alimentaires en 2018 (dont 41% venues tout droit d’Italie). 
Un chiffre en hausse constante au fil des ans.


Douanes françaises et SIFPAF - Evolution du marché de la consommation française des pâtes alimentaires de 1988 à 2018



Le marché français convoité !
Face aux difficultés de ses fournisseurs et notamment de l’Italie, la France devra sans doute compter sur sa propre production de blé dur qui est fort heureusement de bonne qualité. 

Seulement voilà, le blé dur français comme espagnol est de si bonne qualité cette année qu’il risque d’être convoité et aspiré par la demande internationale.
Au final, les tensions et la hausse des prix sur le marché du blé dur risquent bien de toucher celui de la pâte alimentaire. 

"Nous sommes dans un contexte de hausse significative préoccupante pour l’industrie de la pâte alimentaire déjà fortement fragilisée en France. […] 
D’autant plus qu’il n’existe pas sur le marché européen de mécanisme de couverture, ni de marché à terme, ni de capacités de stockage significatives", explique Christine Petit, secrétaire générale du SIFPAF.
Selon elle, la répercussion de la hausse des prix du blé dur sur celui des pâtes alimentaires dans les rayons semble inévitable : "C’est bien l’esprit de la loi EGAlim que la réalité de l’évolution du prix de la matière première soit répercutée tout au long de la filière, et ce jusqu’au consommateur final, surtout dans une filière où le prix de revient d’une pâte alimentaire de qualité supérieure est constituée à 75% du prix du blé dur", souligne-t-elle. 





Vers une pénurie ?
Dans un contexte de forte hausse des prix, les négociations entre industriels et distributeurs s’annoncent tendues. 

Au point que le risque de pénurie n'est pas à exclure: "Aujourd’hui, on ne sait pas. 
Mais rappelons que la profession a connu en 2007 cette situation où les Italiens, principaux fournisseurs des marques de distributeurs françaises, avaient arrêté de livrer les distributeurs qui avaient refusé de réviser leurs tarifs", poursuit Christine Petit. 
En clair, pour éviter de trouver des rayons vides, les distributeurs français devront être prêts à payer le prix fort pour se fournir.
Comme le rappelle LSA Conso, l’impact sur le prix du paquet de pâtes lors de la crise débutée en juillet 2007 ne s’était matérialisé en rayon que cinq mois plus tard avec une hausse de 10 ou 20 centimes avant une augmentation moyenne de 20,9% en juillet 208, voire de 50% pour les premiers prix. Résultat, les ventes de pâtes avaient reculé de 2% sur les sept premiers mois de 2008.


Source :
https://echelledejacob.blogspot.com/2019/11/mauvaises-recoltes-le-prix-des-pates.html

1 commentaire:

  1. Et si c'était au fait que le blé de maintenant est modifié et dangereux pour la santé et détruit par la lumière, on ne sait jamais?????

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !