vendredi 22 janvier 2021

Covid-19 : Le vaccin Russe Spoutnik V efficace à 100 % !

Covid-19 : Le vaccin russe Spoutnik V s’est avéré efficace à 100% contre les cas graves d’infection à coronavirus, disponible dans 50 pays mais pas en France ! 



Filibert : Les Russes ont mis au point un vaccin classique de type grippal contre le Covid-19, sans produits nocifs, pour contrer le Nouvel Ordre Mondial Nazi qui veut nous imposer des vaccins qui peuvent modifier notre ADN pour produire des protéines virales qui risquent de stimuler trop nos anticorps qui pourraient alors s'attaquer à nos organes stockant cette protéine virale et nos faire mourir ! 
N'oublions pas que le Nouvel Ordre Mondial Nazi veut réduire la population mondiale de 95% par tous les moyens comme certains vaccins du Tétanos qui contiennent des produits stérilisateurs et même les vaccins à ARN qui incorporent d'autres substances stérilisatrices ! 
Bien sûr, le meilleur remède est de renforcer ses défenses immunitaires avec des Vitamine D et C, le Zinc, le chlorure de Magnésium… et une bonne hygiène de vie !  

Gam-COVID-Vac, Spoutnik V est un vaccin COVID-19 développé par l’Institut de recherche en épidémiologie et microbiologie de Gamaleya, et enregistré le 11 août 2020 par le ministère russe de la santé.
Le 10 décembre 2020, Ramil Khabriev, de l’Institut national de recherche en santé publique de Russie, affirme que les essais de phase III du vaccin Spunik V "arrivent à leur terme avec succès".

Évaluation scientifique : 
Balram Bhargava, directeur du Conseil indien de la recherche médicale, a déclaré que la Russie a réussi à accélérer la mise au point d’un candidat vaccin COVID-19 au cours de ses premières phases.
Stephen Evans, professeur de pharmacoépidémiologie à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a déclaré que "les données étaient compatibles avec une efficacité raisonnable du vaccin".
Ian Jones, professeur de virologie à l’université de Reading, a déclaré : "Ces résultats sont compatibles avec ce que nous constatons avec d’autres vaccins, car le message vraiment important pour les scientifiques de la santé mondiale est que cette maladie COVID-19 peut être traitée par des vaccins. 
Je ne vois aucune raison d’en douter des résultats", a déclaré M. Jones dans une interview à CBC News. 
"Je suis d’accord que leurs premiers résultats ont provoqué la consternation, mais je ne pense pas que ce soit parce qu’ils n’étaient pas valables. 
Ils ont été publiés un peu plus tôt. 
Je pense que ce sera un vaccin utile".
Selon l’examen préliminaire des experts, la formulation lyophilisée du Gam-COVID-Vac est similaire au vaccin antivariolique, ce qui permet de contourner la nécessité d’un stockage continu dans la chaîne du froid – comme c’est le cas pour les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna – et de les transporter vers des endroits éloignés avec un risque réduit d’altération du vaccin

En Russie  : 
Début décembre 2020, les autorités fédérales ont annoncé le début d’une vaccination gratuite à grande échelle avec Gam-COVID-Vac pour les citoyens russes. 
La vaccination a commencé dans 70 centres médicaux basés à Moscou le 5 décembre 2020. 
Des bureaux de vaccination ont été créés dans tout le pays.
Les médecins et autres travailleurs médicaux, les enseignants et les travailleurs sociaux sont prioritaires en raison de leur plus grand risque d’exposition à la maladie. 
L’âge des personnes vaccinées est plafonné à 60 ans. 
Les destinataires potentiels ont été avertis par SMS, dont l’un portait la mention "Vous travaillez dans un établissement d’enseignement et avez la priorité absolue pour le vaccin COVID-19, gratuit". 
Les patients sont invités à poser quelques questions d’ordre général sur leur santé avant de recevoir le vaccin, qui est retiré du congélateur environ 15 minutes avant son utilisation. 
Un dépliant est remis au patient, qui met en garde contre les effets secondaires possibles, suggérant que ceux-ci sont les plus susceptibles d’être légers et durent quelques jours au maximum. 
Les personnes souffrant de certains problèmes de santé sous-jacents, les femmes enceintes et celles qui ont eu une maladie respiratoire au cours des deux dernières semaines ne peuvent pas se faire vacciner.
Selon les sondages d’opinion, seule la moitié de la population Russe se ferait vacciner volontairement. 
Un sondage d’opinion réalisé par Léger auprès des Canadiens a révélé qu’une majorité (68 %) ne prendrait pas le vaccin Russe si on lui offrait une dose gratuite, contre 14 % qui ont déclaré qu’ils le prendraient. 
Lorsqu’on a posé la même question aux Américains, 59 % d’entre eux ont déclaré qu’ils ne prendraient pas le vaccin russe si on leur offrait une dose gratuite, contre 24 % qui ont déclaré qu’ils le prendraient. 
Les responsables britanniques et américains ont déclaré que le vaccin Gam-COVID-Vac serait probablement rejeté parce qu’ils craignaient que le processus normalement rigoureux des essais cliniques du vaccin ne soit pas suivi. 
Un expert de la santé publique a déclaré que l’approbation rapide du Gam-COVID-Vac par le gouvernement russe "rognait sur les coûts" et pourrait nuire à la confiance du public si le vaccin s’avérait dangereux ou inefficace. 
"Il y a un risque énorme que la confiance dans les vaccins soit endommagée par un vaccin qui a reçu l’approbation et qui s’est ensuite avéré nocif", a déclaré l’immunologiste Peter Openshaw.
Début décembre, le ministre de la santé, Mikhail Murashko, a déclaré que la Russie avait déjà vacciné plus de 100.000 personnes à haut risque. 
Quarante mille d’entre elles sont des volontaires dans les essais de la phase 3 de Spoutnik V, et 60.000 autres médecins ont également pris le vaccin. 
Le responsable du Fonds d’investissement direct russe, Kirill Dmitriev, a déclaré dans une interview à la BBC que les médecins russes s’attendent à vacciner environ 2 millions de personnes contre le coronavirus en décembre.
Jusqu’à début décembre 2020, les sociétés Generium (qui est supervisée par Pharmstandard) et Binnopharm (qui est supervisée par AFK Sistema) ont produit Gam-COVID-Vac à grande échelle. 
Il est prévu que le vaccin soit également produit par la société BIOCAD. 
Selon les médias russes, les fournisseurs mettront en circulation 500.000 vaccins d’ici la fin décembre 2020. 
Le 10 décembre, la vice-première ministre Tatyana Golikova a annoncé qu’environ 6,9 millions de doses du vaccin Spoutnik V entreront en circulation civile en Russie avant la fin février 2021. 
Le maire de Moscou, Sergei Sobyanin, a annoncé que le nouveau "R-Pharm", basé à Moscou, deviendra un des principaux fabricants du vaccin russe Spoutnik V contre le coronavirus. 
Fonctionnant à pleine capacité, l’usine produira jusqu’à 10 millions de doses par mois

À l’étranger : 
Le vaccin russe Spoutnik V va être exporté vers 50 pays !
Selon le Fonds d’investissement direct russe, ils avaient reçu des commandes pour plus de 1,2 milliard de doses de vaccin au cours de la première semaine de décembre. 
Plus de 50 pays avaient fait des demandes de doses, les fournitures pour le marché mondial étant produites par des partenaires en Inde, au Brésil, en Chine, en Corée du Sud, en Hongrie et dans d’autres pays. 
Les autorités Russes ont également procédé à une demande d’approbation réglementaire du vaccin en vue d’une utilisation généralisée dans 40 pays. 



Bien que gratuit en Russie, le coût par dose serait inférieur à 10 dollars (ou moins de 20 dollars pour les deux doses nécessaires pour vacciner une personne) sur les marchés internationaux, ce qui le rend beaucoup plus abordable que les vaccins à ARNm d’autres fabricants. 
Kirill Dmitriev, responsable du fonds, a déclaré aux journalistes que plus d’un milliard de doses du vaccin devraient être produites en 2021 en dehors de la Russie.
Le centre médical israélien Haddasah a signé un protocole d’accord commercial pour obtenir 1,5 à 3 millions de doses. 
L’Argentine a accepté d’acheter 25 millions de doses du vaccin, recevant un premier lot de 10 millions de doses dès décembre, si elle obtient le feu vert pour les essais cliniques. 
Le vaccin a été enregistré et approuvé en Argentine à la fin du mois de décembre. 
L’État brésilien de Bahia a également signé un accord pour mener des essais cliniques de phase III du vaccin Sputnik V et prévoit d’acheter 50 millions de doses pour les commercialiser dans le nord-est du Brésil.
Des accords portant sur la production de plus de 300 millions de doses de vaccin par an en Inde ont été signés en septembre. 
Un accord préliminaire sur la production de vaccins à l’étranger a également été conclu avec le gouvernement de l’État du Paraná, au Brésil. 
La production de vaccins pour le marché mondial sera assurée par les partenaires internationaux du RDIF [the Russian Direct Investment Fund] en Inde, au Brésil, en Chine, en Corée du Sud et dans quatre autres pays. 
Début décembre, le directeur du RDIF Dmitriev a estimé que les installations indiennes prévoient de produire environ 300 millions de doses du vaccin russe l’année prochaine. 
Le RDIF a également annoncé son intention de vendre 100 millions de doses à l’Inde, 35 millions à l’Ouzbékistan et 32 millions au Mexique, ainsi que 25 millions au Népal et à l’Égypte chacun. https://en.wikipedia.org/wiki/Gam-COVID-Vac#cite_note-45

Décembre 2020, l’efficacité du vaccin Spoutnik V dans la troisième phase des essais à 91,4 % et de 95% 42 jours après a été confirmée par l’analyse des données au point de contrôle final des essais cliniques, effectué sur 22.714 volontaires. 
L’efficacité du vaccin Spoutnik V contre les cas graves d’infection à coronavirus est de 100 %. 
https://sputnikvaccine.com/fra/about-vaccine/
https://fr.sputniknews.com/sante/202012141044928144-la-troisieme-phase-des-essais-du-spoutnik-v-donne-une-efficacite-a-914-du-vaccin/
https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-vaccins-arn-messager-sont-risques-notre-genome-84966/

Pr Dolores Cahill : "Des gens mourront après avoir été vaccinés contre le COVID-19 !" 
Dolores Cahill, professeur au University College de Dublin et experte mondialement reconnue dans son domaine, prédit que des décès surviendront dans le monde entier comme conséquence directe de la prise des vaccins COVID-19.
Dans sa dernière interview vidéo, le célèbre professeur Dolores Cahill fait cette sombre prédiction en se basant sur ce que l’on sait déjà des vaccins, de leur développement précipité et de l’approche entièrement nouvelle utilisant l’ARN messager [ARNm] au lieu des anticorps conventionnels.
Comme presque tous les grands experts qui s’élèvent contre le discours officiel sur la "pandémie", le professeur Cahill a subi des représailles professionnelles et personnelles. 
Dans son cas, Dolores Cahill a été contrainte de démissionner de son poste de vice-présidente du Comité scientifique de l’Initiative en matière de Médicaments innovants (IMI), un partenariat entre la Commission européenne et l’industrie du médicament visant à promouvoir les nouveaux médicaments.
Embarrassée par les dénonciations de Mme Cahill, la Commission européenne a condamné ses affirmations, déclarant qu’elle pourrait causer un "préjudice important" si elle était prise au sérieux ! 
https://reseauinternational.net/pr-dolores-cahill-des-gens-mourront-apres-avoir-ete-vaccines-contre-le-covid-19/

Proportionnellement à l’espoir qu’ils suscitent, les vaccins à ARN contre la Covid-19 soulèvent légitimement de nombreuses questions et des craintes au sein de la population ! 
L’ADN et l’ARN sont des molécules présentes dans toutes les cellules des êtres vivants. 
Les molécules d’ADN sont porteuses du patrimoine génétique, situé à l’intérieur du noyau. 
Les molécules d’ARN sont synthétisées à partir de fragments d’ADN et sont ensuite utilisées comme patron par une machinerie complexe pour fabriquer, à l’extérieur du noyau, les protéines nécessaires au fonctionnement de l’organisme.
Le vaccin de Pfizer/BioNTech comme celui de Moderna sont des vaccins à ARN [ARNm]. 
Ils reposent sur l’injection d’un ARN messager codant pour la protéine Spike présente à la surface du coronavirus [SARS-CoV-2]. 
Cette protéine constitue la "clé" permettant au virus de s’accrocher aux cellules, puis d’y pénétrer et de les infecter. 
Ce choix d’un vaccin à ARN plutôt que d’un vaccin à ADN a été fait pour que la protéine Spike puisse être produite directement dans le cytoplasme des cellules de la personne vaccinée, sans passer par le noyau. 
https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-vaccins-arn-messager-sont-risques-notre-genome-84966/

Le vaccin Spoutnik V à Adénovirus : 
Spoutnik V est composé de deux vaccins administrés à trois semaines d’intervalle. 
Ils sont à vecteur viral : ils utilisent deux adénovirus humains différents qui sont une famille très courante de virus, dont une quarantaine, dont le rhume, peut infecter l’humain.
Grâce à ces deux adénovirus humains, les chercheurs russes introduisent le matériel génétique du Covid-19 afin que le corps s’arme contre le virus. 
"Le gène de l’adénovirus, qui cause l’infection, est éliminé tandis qu’un gène avec le code d’une protéine d’un autre virus est inséré. 
Cet élément inséré est sans danger pour le corps, mais aide toujours le système immunitaire à réagir et à produire des anticorps, qui nous protègent de l’infection”. https://www.doctissimo.fr/sante/epidemie/coronavirus-chinois/vaccin-covid-russe-spoutnik

Mort d’un médecin à Miami, trois semaines après avoir été vacciné !
"Pfizer et BioNTech sont au courant du décès du professionnel de la santé 16 jours après avoir eu une première dose du vaccin", a déclaré Pfizer dans un communiqué. 
La société a ajouté : "C’est un cas de thrombopénie immunitaire aigüe très inhabituel, une maladie qui diminue la capacité du corps de coaguler le sang et d’arrêter les hémorragies internes".
Il a été vacciné le 18 décembre avec le vaccin Pfizer au MSMC [Centre médical Mont Sinaï de Miami Beach], 3 jours plus tard il a vu un gros ensemble d’éclatements de veines sur ses pieds et ses mains, ce qui l’a poussé à aller aux urgences du MSMC. 
L’examen complet du sang (la formule complète du sang – NdT) qui a été fait à son arrivée a montré un nombre de plaquettes égal à zéro (un taux normal de plaquettes se situe entre 150.000 à 450.000 plaquettes par microlitre de sang). 
Il a été admis à l’Unité de Soins intensifs avec un diagnostic de thrombopénie immunitaire aigüe causée par une réaction au vaccin COVID. 
Une équipe d’experts a en vain essayé pendant deux semaines de faire monter son taux de plaquettes. 
Ils ont eu beau faire, le taux de plaquettes n’a pas voulu augmenter. 
Il était conscient et plein d’énergie durant tout le processus, mais deux jours avant une option chirurgicale de la dernière chance il a subi une apoplexie hémorragique causée par l’absence de plaquettes, qui en quelques minutes lui a ôté la vie. 
https://reseauinternational.net/mort-dun-medecin-a-miami-trois-semaines-apres-avoir-ete-vaccine/

Covid-19 : 13 morts liées au vaccin Pfizer en Norvège
cnews.fr

Covid-19 : 55 personnes sont mortes aux États-Unis après avoir reçu les vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech.

En plus des décès, les gens ont signalé 96 événements mettant leur vie en danger suite à la vaccination COVID-19, ainsi que 24 invalidités permanentes, 225 hospitalisations et 1.388 visites aux urgences.
theepochtimes.com

Publié par danyinfos : https://infosdanyfr.wordpress.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !