mardi 30 mars 2021

Nouvelle étude en faveur de l’Ivermectine !

Le prix Nobel Satoshi Ōmura publie une nouvelle étude en faveur de l’Ivermectine ! 

Le Pr Satoshi Ōmura, prix Nobel de médecine, a co-écrit un article publié la semaine dernière dans le journal japonais des antibiotiques avec les Professeurs Morimasa Yagisawa, Patrick J. Foster et Hideaki Hanaki. 
Cette étude de 51 pages confirme les résultats extrêmement encourageant de l’ivermectine sur le Covid-19 : 83 % des patients présentent des améliorations lors d’un traitement précoce, 51 % s’améliorent lors d’un traitement tardif et le taux de prévention de l’apparition de la maladie est de 89 % !
 
L’étude de 51 pages, en anglais, est disponible en cliquant sur le lien suivant
Nous avons traduit la longue introduction qui résume l’ensemble de l’étude nommée "Tendances mondiales des études cliniques sur l’ivermectine pour le COVID-19"
On notera que les auteurs n’apportent étonnamment pas de crédit à l’hydroxychloroquine ou à l’azithromycine. 
Par conviction ou peut-être par stratégie ?
 
La réponse aux premiers signaux d’alarme de l’infection à Coronavirus, survenue dans la ville de Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine, en novembre 2019, a été retardée car il a été annoncé qu’il s’agissait d’un type de pneumonie de cause inconnue. 
L’OMS a mis en garde contre les voyages en Chine en janvier 2020. 
Après beaucoup d’insistance, le monde a finalement été correctement averti, mais le gouvernement chinois n’a pas annoncé avec précision la situation de l’épidémie. 
Par conséquent, le retard pris dans la mise en place d’un système de prévention des épidémies à l’échelle mondiale a entraîné les circonstances d’infection les plus graves auxquelles le monde est confronté aujourd’hui.
Un an s’est écoulé depuis que l’OMS a nommé le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, COVID-19, et il a été déclaré pandémique le 11 mars 2020, sur la base du jugement qu’il correspond à "une urgence de santé publique de portée internationale"
La suppression de la transmission du virus par le vaccin a enfin commencé. 
À ce jour, la pandémie a touché plus de 115 millions de personnes et tué plus de 2,5 millions de personnes dans 220 pays/régions du monde. 
Il semble qu’il y ait une possibilité de contrôle dans un avenir proche. 
Cependant, l’approvisionnement en vaccins est limité et les pays développés se font concurrence pour obtenir la quantité de vaccins nécessaire à leurs propres citoyens. 
Bien que l’OMS tente d’en obtenir une certaine quantité pour les pays en voie de développement, on prévoit qu’une période de temps considérable sera nécessaire avant que le COVID-19 devienne contrôlable.
D’autre part, en ce qui concerne les agents thérapeutiques pour le COVID-19, les études ont commencé à un stade précoce. 
Les effets thérapeutiques de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine, de l’association lopinavir/ritonavir, du tocilizumab, de l’interféron β1, ainsi que d’autres, se sont avérés avoir des efficacités limitées ou n’avoir aucun effet. 
Le remdesivir améliore le temps de récupération jusqu’à 30 % chez les patients gravement malades, mais il ne convient pas aux patients légèrement ou modérément malades, qui constituent la majorité des personnes infectées. 
Bien que le stéroïde dexaméthasone soit efficace pour atténuer les symptômes inflammatoires, son utilisation chez les patients légèrement ou modérément malades sans symptômes inflammatoires importants n’est pas recommandée.
Actuellement, il n’existe pas d’agents thérapeutiques disponibles pour les patients légèrement malades traités à domicile (ou dans des logements auto-isolés) ou pour les patients modérément malades hospitalisés. 
Rien n’est aussi impuissant qu’une maladie sans traitement. 
Dans une situation où le nombre de patients atteints du COVID-19 augmente rapidement, où le nombre de décès augmente dans le monde, où l’hydroxychloroquine, la doxycycline, l’azithromycine et d’autres médicaments sont inefficaces à des fins thérapeutiques, on recherche une méthode de traitement efficace.
Un groupe de recherche australien a signalé que l’ivermectine supprime la réplication du SRAS-CoV-2 dans une expérience d’infection in vitro. L’ivermectine est largement utilisée depuis 1987 dans la lutte contre l’onchocercose (cécité des rivières) et la filariose lymphatique, ainsi que dans le traitement de la gale chez l’homme. 
Comme il s’agit d’un médicament extrêmement sûr et réputé peu coûteux, il a commencé à être utilisé pour le traitement et la prévention du COVID-19 dans les pays d’Amérique centrale et du Sud. 
Un mois après la déclaration de la pandémie, des pays comme l’Irak, l’Égypte, l’Iran et l’Inde ont commencé à enregistrer des essais cliniques sur le site américain ClinicalTrials.gov et sur la plateforme d’enregistrement des essais cliniques de l’OMS.
La publication des résultats du premier essai clinique de l’ivermectine pour le COVID-19 dans le monde était une étude observationnelle menée dans quatre hôpitaux apparentés du sud de la Floride, aux États-Unis. 
Le taux de mortalité de 173 patients du groupe ivermectine était de 15,0 %, ce qui était significativement (p=0,03) supérieur aux 25,2 % de 107 patients du groupe témoin. 
Ce résultat a été publié dans un preprint medRxiv le 6 juin 2020, mais sa valeur n’a pas été reconnue à l’époque car il n’avait pas encore été examiné par les pairs. 
Après l’examen par les pairs, il a été publié sans aucune modification dans la prestigieuse revue Chest le 13 octobre.
Depuis lors, de nombreux essais cliniques ont été menés dans différents pays du monde. 
Au 30 janvier 2021, un total de 91 essais dans 27 pays a été enregistré sur ces sites d’enregistrement. Il y a 43 essais en phase 3 et 27 essais en phase 2, ainsi que 17 études d’observation. 
Parmi ces essais, 80 sont menés à des fins thérapeutiques et 11 dans le but de prévenir l’apparition de la maladie chez les contacts proches et les professionnels de la santé. 
En outre, le 27 février, les résultats de 42 essais cliniques, incluant environ 15.000 patients (études enregistrées et non enregistrées) ont été soumis à une méta-analyse après exclusion des facteurs de biais. 
On a constaté que 83 % des patients présentaient des améliorations lors d’un traitement précoce, que 51 % s’amélioraient lors d’un traitement tardif et que le taux de prévention de l’apparition de la maladie était de 89 %.


Cela confirme l’utilité de l’ivermectine. 
Comme il s’agit d’une méta-analyse basée sur 42 résultats de tests, on estime que la probabilité que ce jugement global soit une erreur n’est que de 1 sur 4 trillions. 
En outre, deux méta-analyses distinctes ont également montré l’utilité de l’ivermectine et leurs conclusions ont été présentées à l’OMS et à la FDA américaine avec une demande d’extension de l’indication de l’ivermectine dans le traitement du COVID-19.
Au Japon, l’Université Kitasato mène un essai clinique de phase 2 à l’initiative d’un médecin, depuis septembre 2020. 
Cependant, l’avancement du protocole d’étude qui enrôle un total de 240 patients (120 dans le groupe ivermectine et 120 dans le groupe placebo), est lent. 
À ce rythme, on craint que l’essai clinique ne se termine après une période de convergence de la pandémie de COVID-19. 
Contrairement aux essais cliniques menés par les entreprises pharmaceutiques, le manque de fonds et de ressources humaines sont les principaux facteurs à l’origine du retard dans l’avancement de ces essais cliniques. 
Des soutiens sont recherchés de toutes parts.
L’ivermectine est utilisée depuis plus de 30 ans, avec plus de 3,7 milliards de doses distribuées en Afrique et en Amérique centrale et du Sud pour lutter contre les maladies tropicales négligées (en anglais : NTDs). 
Elle est également largement utilisée dans les établissements de soins pour personnes âgées pour traiter la gale dans les pays développés. 
Étant donné qu’il a été utilisé de manière si intensive, les entreprises pharmaceutiques ne peuvent pas s’attendre à gagner suffisamment d’argent pour récupérer les fonds investis, même si des développements supplémentaires sont menés pour obtenir une indication pour le COVID-19.
Dans cette pandémie, qui peut être qualifiée d’importante question de sécurité nationale nécessitant de multiples déclarations d’état d’urgence, il n’existe aucun médicament thérapeutique disponible à des fins de traitement ou de prévention. 
L’ivermectine, qui a déjà été approuvée et largement utilisée, s’avère efficace. 
Bien que l’ivermectine soit un médicament candidat potentiel, la situation actuelle est que les compagnies pharmaceutiques n’étendent pas ses indications pour inclure le COVID-19.
Les universités et les institutions médicales qui ne sont pas familières avec le développement de médicaments mènent des essais cliniques à petite échelle initiés par des médecins. 
Il semble y avoir une approche très restreinte et peu enthousiaste de la situation. 
Cette étude est écrite dans l’espoir d’améliorer la compréhension et le soutien de toutes les parties, en expliquant la situation actuelle dans laquelle des médecins et des chercheurs du monde entier tentent activement d’étendre l’indication de l’ivermectine comme médicament thérapeutique/préventif pour le COVID-19. 
Il est à espérer que l’ivermectine sera utilisée comme contre-mesure pour le COVID-19 dès que possible. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !