mardi 2 mars 2021

Vaccins ARNm : Un processus de dépeuplement !


Filibert : Cet article confirme ce que disait le Professeur Dolores Cahill de Dublin qui estime qu'au moins 30% des vaccinés vont mourir dans quelques mois par tempête cytokinique (un peu comme une allergie aux arachides) une fois que l'organisme aura synthétisé la protéine Spike en grand nombre !  La Généticienne Française Alexandra Henrion-Caude est d'accord avec Dolores Cahill sur cette analyse et ce processus ! 

Le Dr Tenpenny explique comment les vaccins à ARNm amorceront le processus de dépeuplement dans les 3-6 prochains mois (juillet 2021). 
Elle et d’autres scientifiques ont prédit que des millions de personnes pourraient mourir et que leur décès serait attribué à une nouvelle souche de COVID, pour faire pression pour les vaccins. 
Voici quelques extraits plus significatifs de l’interview : "Aux États-Unis, dans les 30 premiers jours suivant le début des vaccinations, les effets indésirables se sont produits jusqu’à présent sur plus de 40.000 personnes, dont environ 31.000 cas de choc anaphylactique, soit environ 5.000 cas de réactions neurologiques et d’autres problèmes, mais ce n’est que le début. 
Ces vaccins créeront essentiellement un phénomène appelé amélioration dépendante des anticorps (ADE) ou une augmentation de la dépendance aux anticorps permettant à un "morceau" d’ARNm messager de se répliquer indéfiniment en créant des morceaux de protéine (Protéine Spike) à l’intérieur de notre corps. réponse, il produira des anticorps, et c’est pourquoi Bill Gates a déclaré que notre corps deviendrait un “producteur automatique de vaccins endogènes” en réponse à ces protéines ».

C’est pourquoi nous parlons de variantes anglaises et brésiliennes, au contraire déjà présentes dans notre corps en raison de vaccinations de masse. 
L’exemple de l’Ombrie, en première position pour le nombre de vaccinations, offre des raisons de réflexion : c’est dans cette région qu’il y a une explosion de Covid, avec toutes ses variantes. 
Le cheval de Troie, comme le dit le Dr Tenpenny, nous est en fait injecté via le vaccin ARNm et il existe plusieurs mécanismes par lesquels ces substances créeront ce chaos en nous, à savoir les anticorps qui détruiront nos poumons et qui désactiveront l’anti-macrophages inflammatoires et entraîneront le virus à l’intérieur de la cellule lui permettant de se répliquer et provoquant la mort de nombreuses personnes dans l’année suivant la vaccination: non seulement pour le choc anaphylactique ou les maladies cardiovasculaires mais aussi pour les maladies auto-immunes, car les anticorps de la Protéine Spike ils commencera à attaquer et à décomposer les globules rouges. 
Lorsque les gens commencent à mourir, les médecins recommandent des doses supplémentaires et le rappel du vaccin aggravera la situation.

Pour toutes les mises à jour pertinentes, visitez le blog du Dr Tenpenny au lien suivant (Archives du blog du Dr Tenpenny – Vaxxter). 
Liens : 
Partagé par : 

3 commentaires:

  1. Je suis sans voix après avoir lu ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de le lire...et moi aussi je suis sans voix !

      Supprimer
  2. CORRUPTION QUAND TU LES TIENS Incroyable

    Macron et sa clique achète pour des centaines de milliers d'euros le traitement par plasma sanguin qui n'a fait

    aucunes preuves de son utilité mais refuse toujours de reconnaître les effets bénéfiques de l'IVERMECTINE

    L’Ivermectine est une des rares molécule à avoir obtenu un prix Nobel et

    est issue d’une collaboration internationale public-privé. Sa découverte est due à Satoshi Ōmura, spécialiste

    des antibiotiques à l'Institut Kitasato de Tokyo, qui l’a confié à un laboratoire privé américain, Merck Sharp and

    Dohme (MSD) en 1974 pour l’évaluation in vitro de sa bio activité. MSD s’est intéressé à son application

    humaine dès 1978, avant la commercialisation pour les animaux. Les premiers essais phase 1 ont démarrés en

    1980, phase 2 en 1983, pour se terminer en 1987 avec une première autorisation mondiale, en France, pour

    l’onchocercose, au vu des résultats sur 1 206 patients. Aujourd’hui, le même organisme, qui l’a autorisé, pense,

    comme le National Institut of Health, que plus de 14 000 cas dans différentes études n’est pas suffisant pour

    l’autoriser dans le cas du Sars-Cov-2. Le prix Nobel de médecine a été attribué en 2015 à ses découvreurs,

    Satoshi Ömura au Japon et William Campbel aux Etats Unis.

    Outre cette action sur les parasites, l’Ivermectine a une action virucide, d’abord testée et adoptée chez nombre

    d’infections virales chez l’animal, comme la pseudo rage porcine due à un virus à ARN, comme le Sars-COV-2.

    Chez l’homme des études sont en cours contre différentes variétés de flavivirus, sur la dengue, le Zika, le

    Chikungunya, et le virus responsable de l'infection du Nil occidental. Les résultats cliniques sur le Sars-cov-2

    sont très prometteurs.

    Innocuité

    En général en médecine, plus un traitement est efficace, plus il y a de risques qu’il y ait des effets indésirables

    sur d’autres organes, ce qui est logique. Pour l’Ivermectine il n’en est rien, ce médicament est totalement

    inoffensif.

    Si on regarde Vigibase, base de données de l’OMS qui récolte depuis 30 ans les effets secondaires de chaque

    agence du médicament dans plus de 130 pays (dont la France), on relève 175 208 déclarations pour l’Aspirine,

    159 824 pour le Doliprane, et 4 614 pour l’Ivermectine. Sur 4 milliards de prescriptions dans cette période, cela

    fait 0,0001% d’effets secondaires. Il est difficile d’ailleurs d’attribuer tous ces effets à la seule Ivermectine,

    beaucoup étant dus au relargage de déchets de parasites morts et pour le Covid aux drogues associées.

    Depuis le début de l’année et au 15 février, cette base signale 65 188 déclarations pour Corminaty (vaccin

    Pfizer), contre 46 pour l’Ivermectine.

    CORRUPTION QUAND TU LES TIENS Le ministère de la Santé vient d'annoncer que les premiers

    traitements par anticorps monoclonaux seront mis à la disposition des hôpitaux en mars 2021. Ils sont destinés

    à limiter les complications du COVID. Petit problème : les études scientifiques peinent à prouver l'efficacité de

    ce traitement commercialisé par Lilly sous le nom de bamlanivimab. Alors pourquoi ce médicament plutôt que

    d'autres, refusés par le gouvernement sans être forcément plus contestés ? Certains ne manquent pas de

    pointer du doigter le poids du laboratoire Lilly dans l'appareil d'Etat, y compris à l'Elysée. Donc le médicament

    miracle identifié par Macron qui ne marche pas (1) est commercialisé par Eli Lilly, dont la directrice des

    nouveaux produits France (2) est l'épouse d'un député LREM (3), la mère de l'adjoint au chef de cabinet de

    l'Élysée (4) et de sa conseillère santé (5).

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !