mercredi 14 avril 2021

Hillary Clinton ne supporte pas d'être en Prison !

Hillary Clinton ne supporte pas d'être en Prison à Guantanamo et l'arrêt de ses injections d'Adrénochrome perturbe son comportement !




Une Hillary Clinton perturbatrice a été placée en confinement à GITMO à la suite d'une série d'incidents au cours desquels l'ancienne secrétaire d'État a craché sur les gardes, déféqué sur le sol de sa cellule, agressé le personnel militaire américain et, dans son caquetage de sorcière, lancé des obscénités inlassablement au personnel et à ses codétenus, a déclaré une source familière avec l'arrestation et l'incarcération de Clinton dans le centre de détention le plus infâme du monde. 
Comme indiqué précédemment, les U.S. Navy SEALs travaillant sous le commandement de Trump ont fait une descente dans la propriété de Clinton à Chappaqua, dans l'État de New York, le 2 mars, ce qui a entraîné son arrestation. 
Trois jours plus tard, elle a été emmenée au Camp Delta de GITMO, ancienne résidence des djihadistes d'Al-Qaida et d'ISIS. 
Citant un rapport de situation de GITMO daté du 15 mars, notre source affirme que Mme Clinton a été une prisonnière modèle pendant sa première semaine de captivité, c'est-à-dire qu'elle s'est tue et n'a pas fait de grabuge. 
Mais le 10 mars, son comportement a changé ; elle a subi ce qu'un psychiatre du personnel a appelé une métamorphose comportementale. 
Une Clinton autrefois complaisante est devenue soudainement hostile et peu coopérative. 
Le 11 mars, Clinton a entamé une grève de la faim, affirmant que les gardiens avaient empoisonné sa nourriture, et a jeté des plateaux de service sur le personnel. 
Elle a ensuite commencé à lancer des aphorismes et des insultes aux hommes chargés de la surveiller : 
"Je suis Hillary Clinton, vous ne pouvez pas me faire ça !" 
"Mes hommes vont me faire sortir d'ici." 
"Vous violez mon droit constitutionnel." 
Et ainsi de suite. 
"C'est presque comique d'entendre Clinton se plaindre que ses droits sont violés. 
Cette femme a violé les droits et les libertés de plus d'Américains que toute autre personne dans l'histoire, à l'exception du criminel Barack Hussein Obama. 
Son badinage sans esprit s'est ensuite transformé en menaces, d'abord voilées, puis évidentes", a déclaré notre source. 
Clinton a menacé les gardiens et leurs familles, admettant qu'elle avait ordonné la mort d'innombrables personnes qui l'avaient offensée. 
Elle a déclaré au personnel de GITMO que leurs proches "ne sont pas hors de ma portée" et a exigé d'être libérée. 
Lorsqu'on lui a dit qu'elle n'avait aucun droit et qu'elle partageait le même statut que les détenus djihadistes, Mme Clinton a pris un mauvais virage. 
Elle a cessé d'utiliser la chaise percée et a préféré chier sur le sol de sa cellule. 
Elle a craché à plusieurs reprises au visage des gardiens, les forçant à la mettre dans un sac et à la bâillonner lorsqu'ils l'escortaient vers et depuis sa cellule. 
"Elle a même mordu un gardien au bras. Le gars a dû se faire vacciner contre le tétanos", a déclaré notre source. 
"Deux jours plus tard, cependant, elle a eu une autre transmogrification. 
Elle est tout à coup devenue laconique et renfermée. 
Elle s'est assise dans un coin de sa cellule, les genoux remontés contre sa poitrine, et a tremblé de façon incontrôlable, tremblant comme un animal et écumant la bouche." 



Les gardiens ont mis Clinton sous sédatif et l'ont emmenée à l'infirmerie, où l'unique médecin de l'établissement a fait une découverte alarmante : la peau flasque de son avant-bras gauche était parsemée de piqûres d'épingle, comme on pourrait s'y attendre chez un héroïnomane. 
Le médecin a effectué un bilan métabolique complet et une analyse de sang, et les résultats de laboratoire ont révélé des anomalies inexplicables. 
Son sang, qui est de type AB- selon les dossiers du département d'État, contenait des métalloprotéines de deux autres groupes sanguins, A- et O+, une impossibilité médicale suggérant qu'elle avait reçu des perfusions de donneurs incompatibles. 
Le laboratoire a également révélé des concentrations atypiques d'adrénochrome, un composé chimique produit par l'oxydation de l'adrénaline. 
Certains milieux pensent que les formes les plus puissantes et les plus pures d'adrénochrome sont récoltées sur de jeunes enfants effrayés, puis injectées ou administrées par perfusion à un receveur comme une drogue euphorisante et récréative qui aurait des propriétés anti-âge. 
Il semble que Clinton ait été un destinataire fréquent de ce cocktail pharmacologique. 
"La salope était en manque !
Qui sait combien de temps elle s'est injecté cette merde dans les veines pour prolonger sa vie contre nature ? 
Ça devait être l'adrénochrome. 
Ils l'ont testée pour tous les narcotiques connus sous le soleil - tous négatifs", a déclaré notre source. 
Pour conclure, notre source a déclaré que l'emprisonnement de Clinton, quelle qu'en soit la durée, n'aura aucune incidence sur son procès au tribunal militaire qui a débuté le 8 avril 2021.

Par Michael Baxter pour 

8 commentaires:

  1. Et voilà quand on dépasse les limites de la froideur sans coeur ! merci à tous...! bm

    RépondreSupprimer
  2. J'espère juste quelle va avoir une peine de mort

    RépondreSupprimer
  3. J'espère juste quelle aura une sentence amor

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Vous demander les sources lorsque Que Vous regarder b f m...... ?

      Supprimer
    2. Vous demander les sources lorsque Que Vous regarder b f m...... ?

      Supprimer
  5. Ce genre de monstre ne mérite pas la vie!
    Hillary,tu finira ta vie dans les enfers.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !