samedi 10 avril 2021

Opération Weka : Opération contre la Traite Humaine !

INTERPOL / Opération Weka : 500 êtres humains secourus et 195 exploiteurs arrêtés à la suite d’une opération contre la traite des êtres humains et le trafic de migrants !

L’opération Weka a une fois de plus démontré à quel point le trafic de migrants et la traite des êtres humains sont étroitement liés, en particulier dans une crise sanitaire mondiale où les plus vulnérables cherchent désespérément à échapper aux difficultés, et où les réseaux criminels sont simplement désireux de faire des profits.

Dans le cadre d’une répression menée par INTERPOL contre la traite des êtres humains et le trafic de migrants, les autorités africaines et européennes ont secouru près de 500 victimes de la traite des êtres humains – y compris des enfants – et identifié quelque 760 migrants en situation irrégulière.

L’opération Weka, qui signifie « Stop » en swahili, a été menée du 28 mars au 2 avril. Les autorités de 24 pays représentant les lieux de source, de transit et de destination ont fait progresser les enquêtes et échangé des renseignements pour démanteler les réseaux criminels derrière des routes clés.

Coordonnée par l’unité Communautés vulnérables d’INTERPOL, Weka a mené à un total de 195 arrestations , dont 88 pour traite d’êtres humains et 63 pour trafic de personnes. Les autres arrestations portaient sur d’autres accusations telles que fraude documentaire, vol, crimes liés à la drogue et infractions environnementales.

Cette opération conjointe a été soutenue par un certain nombre de partenaires, l’Organisation internationale pour les migrations jouant un rôle de premier plan dans l’aide aux victimes. L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a également fourni un soutien judiciaire, et des renseignements ont été générés par aircop, Europol et l’Initiative ROCK – AU-Horn of Africa sur la traite des êtres humains et le trafic de migrants.

  • Le Maroc a joué un rôle important dans l’opération en accueillant l’unité de coordination opérationnelle et en effectuant 49 arrestations, presque exclusivement liées au trafic de migrants.
  • Les autorités espagnoles ont agi sur la base des renseignements en provenance du Maroc, arrêtant deux passeurs clés connus pour faciliter le transport de migrants en situation irrégulière en provenance du continent africain à l’aide de bateaux pneumatiques rigides et de camions.
  • La police soudanaise a secouru 100 victimes et procédé à plus de 20 arrestations, dont des trafiquants qui tentaient d’emmener des victimes au Moyen-Orient et des individus exploitant des enfants dans une usine de plastique.
  • Soulignant que les routes intercontinentales de trafic et de contrebande sont bidirectementales, la police de la République démocratique du Congo a libéré 29 victimes de la traite libanaise, syrienne et jordanienne exploitées par une entreprise de construction. Leurs passeports avaient été saisis par leur soi-disant employeur, qui ne leur avait pas encore versé de salaire.
  • La police kényane et ougandaise s’est jointe aux efforts à la suite de la découverte d’une fillette de 10 ans victime de la traite au Kenya pour travail forcé dans une maison familiale. Les enquêtes menées dans les deux pays ont conduit à l’arrestation vitale de trois trafiquants en Ouganda, qui se trouvaient derrière un réseau qui traite régulièrement des jeunes filles vulnérables vers le Kenya.
  • En Afrique du Sud, la police a fait une descente dans une usine de couvertures, arrêtant cinq ressortissants chinois et sauvant 17 victimes malawiennes, qui ont déclaré avoir travaillé 15 heures sans nourriture ni pauses et ont été confinées à l’entrepôt, où elles dormaient par terre et subissaient des violences physiques.
  • Les autorités aéroportuaires d’Athènes ont été alertées par une équipe de volley-ball suspecte. Vêtus de survêtements assortis et portant des sacs à dos identiques, neuf ressortissants syriens tentaient d’utiliser de fausses cartes d’identité roumaines pour quitter la Grèce. Les contrôles effectués à l’aéroport de Lisbonne ont été touchés dans la base de données des documents de voyage volés et perdus d’INTERPOL, lorsqu’un passager a tenté d’utiliser une carte d’identité déclarée volée par les autorités Français en août 2020.

Pays participants

Algérie, Angola, Bénin, Brésil, Cap-Vert, République démocratique du Congo, Ethiopie, France, Grèce, Kenya, Liban, Libye, Malawi, Maroc, Portugal, Sao Tome et Principe, Sénégal, Afrique du Sud, Soudan du Sud, Espagne, Soudan, Tunisie, Ouganda, Zimbabwe.

L’opération Weka a reçu un financement de la Fondation INTERPOL pour un monde plus sûr.

INTERPOLE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !