jeudi 24 juin 2021

OMS : "Les enfants ne doivent pas être vaccinés pour le moment !"

Les dernières directives de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquent que "les enfants ne doivent pas être vaccinés pour le moment !



Dans une mise à jour de ses directives, l'Organisation mondiale de la santé affirme que la maladie est moins grave chez les enfants que chez les adultes et qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander la vaccination des enfants contre le COVID. 
Filibert : L'OMS essai d'avoir un discours mesuré pour l'opinion publique comme pour les masque où elle disait que c'était pas utile en extérieur quand le grogne commence à trop monté ! 
Mais qui est-ce qui envoi tous les procédures débiles à tous les gouvernements si ce n'est l'OMS et peut-être Gavi, qui est-ce qui empêche l'interdiction de l'Ivermectine qui aurait évité sans doute la mort de 500.000 morts et c'est pas pour rien que l'Inde veut poursuivre l'OMS pour cette décision ! 
L'OMS, le bras armé des Élites du Nouvel Ordre Mondial Nazi et Eugéniste, est obligée de prendre des décisions publiques modérées si ses responsables ne veulent pas finir sur l'échaffaud, tout en envoyant, sans doute, d'autres consignes secrètes aux Gouvernements asservis aux élites sataniques ! 
De plus en plus les actions criminelles de ces élites sont dévoilées et dans peu de temps il devront répondre de leurs crimes !  

Par Megan Redshaw 22/06/21

Les dernières directives de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) précisant qui doit recevoir le vaccin COVID indiquent que "les enfants ne doivent pas être vaccinés pour le moment." 
Selon le site Web de l'OMS : "Il n'y a pas encore assez de preuves sur l'utilisation des vaccins contre le COVID-19 chez les enfants pour faire des recommandations pour que les enfants soient vaccinés contre le COVID-19. Les enfants et les adolescents ont tendance à présenter une maladie plus bénigne que les adultes." 
L'OMS avait précédemment déclaré que la vaccination des enfants contre le COVID n'était pas une priorité étant donné l'offre mondiale limitée de doses, a rapporté Fox News. 
Lors d'une session sur les médias sociaux le 3 juin, le Dr Kate O'Brien, pédiatre et directrice du département des vaccins de l'OMS, a déclaré que les enfants ne devraient pas être au centre des programmes de vaccination contre le COVID, même si un nombre croissant de pays riches autorisent les vaccins pour les adolescents et les enfants. 
"Les enfants ont un risque très, très faible de contracter la maladie COVID", a déclaré Mme O'Brien. Selon elle, la vaccination des enfants vise à stopper la transmission plutôt qu'à les protéger de la maladie ou de la mort. 
Mme O'Brien a ajouté qu'il n'était pas nécessaire de vacciner les enfants avant de les renvoyer à l'école en toute sécurité. 
"La vaccination des enfants en vue de les renvoyer à l'école n'est pas la principale condition pour qu'ils puissent y retourner en toute sécurité", a déclaré M. O'Brien. 
"Ils peuvent retourner à l'école en toute sécurité si ce que nous faisons, c'est vacciner ceux qui les entourent et qui sont à risque."

Les États-Unis, le Canada et l'Union européenne ont tous donné le feu vert à certains vaccins COVID pour les enfants âgés de 12 à 15 ans. 
Au Royaume-Uni, la décision de vacciner tous les jeunes de 12 à 17 ans ne sera probablement pas recommandée par les experts de sitôt, selon BBC NEWS. 
Un argument en faveur de la non-vaccination des enfants contre le COVID est qu'ils en tirent relativement peu de bénéfices. 
"Heureusement, l'un des rares points positifs de cette pandémie est que les enfants sont très rarement sérieusement affectés par cette infection", a déclaré Adam Finn, qui siège au Comité conjoint sur la vaccination et l'immunisation du Royaume-Uni. 
Les infections chez les enfants sont presque toujours bénignes ou asymptomatiques, ce qui contraste fortement avec les groupes d'âge plus âgés, auxquels les campagnes de vaccination ont accordé la priorité. 
Une étude menée dans sept pays, dont les États-Unis, et publiée dans la revue The Lancet, a révélé que moins de deux enfants sur un million sont décédés des suites du COVID pendant la pandémie.
Même les enfants atteints de pathologies qui augmenteraient les risques d'infection par le COVID chez les adultes ne sont pas vaccinés au Royaume-Uni. 
Seuls ceux qui présentent un "risque très élevé d'exposition et de conséquences graves" sont recommandés pour être vaccinés.

Pour les enfants, les avantages des vaccins COVID ne l'emportent pas sur les risques !  
Comme l'a rapporté The Defender, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a tenu le 10 juin une réunion pour discuter de l'octroi d'une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) pour les vaccins COVID destinés aux enfants de moins de 12 ans. 
De nombreux experts se sont prononcés contre ce projet, affirmant que les avantages ne l'emportent pas sur les risques pour les jeunes enfants. 
Peter Doshi, Ph.D., professeur associé à l'école de pharmacie de l'université du Maryland et rédacteur en chef du BMJ, a déclaré lors de la séance d'audition publique qu'il n'y a pas d'urgence qui justifierait l'utilisation de l'EUA pour autoriser les vaccins COVID pour les enfants. 
Faisant référence à l'essai de Pfizer sur des jeunes de 12 à 15 ans qui a soutenu la récente EUA, Doshi a déclaré que les inconvénients l'emportaient sur les avantages, et que les personnes ayant reçu le placebo étaient "mieux loties" que celles ayant reçu le vaccin. 
En ce qui concerne les avantages, Doshi a déclaré que "l'efficacité de 100% rapportée dans l'essai de Pfizer était basée sur 16 cas de COVID dans le groupe placebo contre aucun dans le groupe entièrement vacciné. 
Mais comme il y avait environ 1.000 personnes sous placebo, seuls 2 % d'entre elles ont contracté le COVID. 
En d'autres termes, 2 % des personnes entièrement vaccinées ont évité le COVID, alors que 98 % des personnes vaccinées n'auraient de toute façon pas contracté le COVID."
De l'autre côté de la médaille, dit Doshi, les effets secondaires étaient courants : 
"Trois enfants sur 4 ont eu de la fatigue et des maux de tête, environ la moitié ont eu des frissons et des douleurs musculaires, environ 1 sur 4 à 5 a eu de la fièvre et des douleurs articulaires. 
La liste est longue. 
En résumé, tous les jeunes de 12 à 15 ans entièrement vaccinés ont évité les symptômes du COVID, mais la plupart d'entre eux n'auraient pas contracté le COVID même sans le vaccin. 
Le bénéfice est donc faible, mais il a été obtenu au prix d'effets secondaires d'une gravité légère à modérée et qui ont duré quelques jours." 
M. Doshi a souligné que les données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) montrent que 23 % des enfants de 0 à 4 ans et 42 % des enfants de 5 à 17 ans ont déjà reçu le COVID et possèdent une solide immunité naturelle.  
Kim Witczak, représentante des consommateurs à la FDA, a exprimé de grandes inquiétudes quant à l'approbation prématurée des vaccins COVID pour les enfants. 
Witczak a déclaré que les données montrent que les enfants ne sont ni en danger ni dangereux, et que les preuves croissantes des dommages causés par les vaccins COVID ne doivent pas être ignorées.
Witczak et Doshi sont deux des 27 chercheurs et cliniciens du monde entier qui ont lancé une pétition citoyenne demandant à la FDA de ne pas approuver pleinement les vaccins COVID tant que les mesures d'efficacité et de sécurité ne sont pas respectées. 
Le Dr Sidney Wolf, fondateur et conseiller principal du Health Research Group, a également souligné, lors de la réunion de la FDA, que les données du CDC pour la période du 1er janvier au 31 mars ne faisaient état que de 204 hospitalisations et d'aucun décès dans la tranche d'âge des 12 à 17 ans dus au COVID. 
Comme l'a rapporté The Defender le 26 mai, deux articles récemment publiés dans le journal Hospital Pediatrics ont révélé que les hospitalisations pédiatriques dues au COVID étaient surestimées d'au moins 40 %, ce qui pourrait avoir des répercussions sur les chiffres nationaux utilisés pour justifier la vaccination des enfants.

Le vaccin COVID provoque une inflammation cardiaque chez les adolescents ! 
Le Dr Tom Shimabukuro, directeur adjoint du Bureau de la sécurité vaccinale des CDC, a déclaré lors de la réunion de la FDA du 10 juin qu'il y avait "très peu" de rapports de myocardite ou de péricardite chez les jeunes de 12 à 15 ans ayant reçu des vaccins à coronavirus. 
Cependant, les données du CDC présentées par Shimabukuro ont montré un nombre plus élevé que prévu de cas d'inflammation cardiaque chez les jeunes récemment vaccinés avec leur deuxième dose de vaccin à ARNm. 
L'agence a recensé 226 rapports susceptibles de répondre à sa "définition de cas de travail" de myocardite et de péricardite à la suite des injections. 
Parmi les jeunes de 16 à 17 ans, 79 cas de myocardite et de péricardite ont été signalés jusqu'au 31 mai. 
Le taux attendu chez les personnes de ce groupe d'âge se situe entre deux et 19 cas, a déclaré M. Shimabukuro lors de sa présentation. 
Les données du CDC ont également montré que chez les personnes âgées de 18 à 24 ans, 196 cas de myocardite et de péricardite ont été signalés. Le taux attendu se situe entre huit et 83 cas. 
Le Comité consultatif sur les pratiques de vaccination (ACIP) des CDC a prévu une réunion d'urgence pour le 18 juin afin de mettre à jour les données et de poursuivre l'évaluation de la myocardite après la vaccination avec les vaccins Pfizer et Moderna. 
Cependant, les CDC ont reporté la réunion à la réunion de l'ACIP du 23 au 25 juin, en raison du jour férié de l'Indépendance nationale, le Juneteenth. 
Selon les dernières données du VAERS, 1.117 cas de myocardite et de péricardite (inflammation cardiaque) dans tous les groupes d'âge ont été signalés aux États-Unis après la vaccination par COVID entre le 14 décembre 2020 et le 11 juin 2021. 
Parmi ceux-ci, 109 rapports sont survenus chez des enfants âgés de 12 à 17 ans, dont 108 ont été attribués à Pfizer. 
Actuellement, le vaccin COVID de Pfizer est autorisé pour une utilisation d'urgence chez les jeunes dès l'âge de 12 ans. 
Moderna est autorisé pour les personnes de 18 ans et plus, bien que la société ait demandé à la FDA d'autoriser son utilisation chez les enfants dès l'âge de 12 ans. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !