http://www.cnam-limousin.fr/~emalaurie/wp-content/uploads/2016/06/antarctique_2.jpg


 

Dans le monde entier, des millions de personnes ont suivi la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques à Rio de Janeiro. 
La cérémonie a commencé avec un feu d’artifice impressionnant et un show spectaculaire avec des lumières laser, en plus de nombreuses stars de la musique brésilienne et des milliers de danseurs de samba. 
Mais l’ouverture des Jeux a aussi été utilisée comme plateforme pour la protection du climat et on y a souligné que la terre se réchauffe.
Pourtant, des chercheurs et auteurs renommés déclarent faux ce réchauffement et la fonte des glaces polaires qui en est la conséquence.
En effet l’analyse d’images satellites montre qu’en 2015 la mer de glace arctique couvrait une surface de 4,41 millions de kilomètres carrés lors du minimum annuel du 11 septembre 2015. 

Cela représente 1,02 million de kilomètres carrés de plus par rapport au minimum annuel précédent du 17 septembre 2012, qui était de 3,39 millions de km², donc une augmentation de 30% de la surface glacée. 
La croissance saisonnière des glaces a même commencé quatre jours plus tôt en 2015 que dans la période de 1981 à 2010. 
Par ailleurs la couche de glace serait devenue non seulement plus étendue et plus épaisse, mais aussi plus dense. 


http://planete.gaia.free.fr/images/im.climat/glaciologie/banquisec.jpg
Surface des glaces à leur maximum !



Cela veut dire qu’elle est devenue plus résistante contre une fonte supplémentaire, comme le fait remarquer le professeur Andrew Shepherd, de l’Université de Leeds. 
Selon ses observations, la glace en Arctique s’est "rétablie de manière significative"
Et la spécialiste atmosphérique Judith Curry de l’Institut de Technologie de Géorgie à Atlanta lui donne raison : "La courbe vers le bas de l’épaisseur de la couche de glace en Arctique semble s’être inversée."
Avec une surface de la mer de glace de 4,41 millions de km² minimum, une croissance de la surface glacière de 30 % par rapport à 2012 et la croissance des glaces la plus précoce depuis 1997, l’Arctique dément en 2015 tous les pronostics du prix Nobel Al Gore, qui prédisait pour 2013 et au plus tard 2015 un continent Arctique sans glace pendant l’été. 

Et qu’en sera-t-il de l’année 2016 ?


http://wickedweatherwatch.org.uk/wp-content/uploads/2016/04/POC-logo-link.jpg