mardi 30 juin 2015

Abeilles : Lutte naturelle contre le Varroa !

Abeilles : Comment lutter naturellement contre le Varroa Destructor ?


 
 varoose

Voici une méthode originale et peu coûteuse qui peut vous aider à lutter contre le Varroa Destructor.
Cette méthode limitera sa prolifération !
C'est simple et efficace, il vous suffit de mettre une feuille de rhubarbe sur le dessus des cadres de la ruche que vous voulez traiter.




http://sagedijon.s.a.pic.centerblog.net/36587986.JPG


Les abeilles vont dévorer cette feuille et ainsi ingurgiter de l’acide oxalique contenu naturellement dans la feuille de rhubarbe. 
Le varroa n’aimant pas cet acide, il tombera naturellement des abeilles et il vous suffira de le récupérer sur le plateau de fond de ruche, vous limiterez ainsi l’avancée du parasite, et ce en faveur du développement de vos colonies d’abeilles.
Je ne sais pas ce que vaut cette méthode, mais il paraît qu’elle est efficace.
 

A savoir que plus on avance dans la saison plus la feuille contient naturellement cet acide qui nous aide à lutter contre le varroa.
Cette méthode peut s'utiliser sur des nucléis comme sur des essaims enruchés .
C'est naturel  et ne coute presque rien !

P.S. : Les feuilles d'Oseille contiennent aussi de l'acide oxalique et sont moins coriaces, donc elles peuvent être utilisées aussi !

Un insecticide naturel avec les feuilles de Rhubarbe !

En agriculture biologique, on se sert des feuilles de rhubarbe pour confectionner un insecticide particulièrement efficace contre les pucerons. 
On prépare une infusion dans laquelle on dilue un peu de savon et on en arrose les plantes

http://l-abeille-et-le-bon-gout.over-blog.com/article-33408208.html

http://www.mathieua.fr/blog/wp-content/uploads/2013/07/mite2-550x348.jpg

Traitement à l'acide Formique !  


Par Mathieu, apiculteur en pleine installation dans le sud Manche. lesruchersdelan01@gmail.com

J’opte pour ma part pour l’acide formique (substance de défense émise par les fourmis). 

Réputé moins violent que les traitements chimiques agréés, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. 
On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. 
Voici ma méthode, qui m’a été enseignée par un apiculteur expérimenté. 
Ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.

Ce dont vous avez besoin pour traiter : 

 

De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir). Vous trouverez l’acide formique dans les magasins apicoles, pour environ 7€ le litre dosé à 80%, donc à diluer.
Une petite éponge type lavette plate
Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)
Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.
Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. 

Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée.
Ce traitement sera effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. 

Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. 
Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. 
Il vous suffira de verser sur l’éponge déjà présente les 30 ml d’acide formique. 
Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.

Quelques détails pratiques :
Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.
On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. 

Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit 29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).
Ne prenez pas de trop grandes éponges et de trop grands plastiques, cela complique la diffusion de l’acide.
Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. 

A défaut, une hausse vide fera l’affaire.
Ce traitement est à effectuer en septembre, après la récolte de miel.
Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles "neuves" qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique.
Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.
Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée. 




http://bdpalsace.fr/tiki-download_file.php?fileId=33&display


De nombreux apiculteurs repassent en janvier, durant la période sans couvain, un traitement flash à l’acide oxalique. Dans le soucis de traiter au minimum, je ne pratique pas ce traitement.
Pour l’instant, pas de soucis de varroa sur mes colonies. 


http://www.apimiel.fr/photos/00LI20.png

Par Mathieu, apiculteur en pleine installation dans le sud Manche.
lesruchersdelan01@gmail.com
http://www.mathieua.fr/blog/rucher-collectif/apiculture/traiter-a-lacide-formique/#sthash.y2vnIqAd.dpbs

J’opte pour ma part pour l’acide formique. Réputé moins violent, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. Voici ma méthode, qui m’a été enseignée par un apiculteur expérimenté. Ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.
Ce dont vous avez besoin pour traiter :
  • De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)
Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.
Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée.
Ce traitement sera effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. Il vous suffira de verser sur l’éponge déjà présente les 30 ml d’acide formique. Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.
Quelques détails pratiques :
-Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.
-On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit  29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).
-Ne prenez pas de trop grandes éponges et de trop grands plastiques, cela complique la diffusion de l’acide.
-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. A défaut, une hausse vide fera l’affaire.
-Ce traitement est à effectuer en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles « neuves » qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.
-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée.
-De nombreux apiculteurs repassent en janvier, durant la période sans couvain, un traitement flash à l’acide oxalique. Dans le soucis de traiter au minimum, je ne pratique pas ce traitement. Pour l’instant, pas de soucis de varroa sur mes colonies.
-Vous trouverez l’acide formique dans les magasins apicoles (Icko, Route d’or…etc), pour environ 7€ le litre.
- See more at: http://www.mathieua.fr/blog/rucher-collectif/apiculture/traiter-a-lacide-formique/#sthash.y2vnIqAd.dpuf
J’opte pour ma part pour l’acide formique. Réputé moins violent, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. Voici ma méthode, qui m’a été enseignée par un apiculteur expérimenté. Ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.
Ce dont vous avez besoin pour traiter :
  • De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)
Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.
Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée.
Ce traitement sera effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. Il vous suffira de verser sur l’éponge déjà présente les 30 ml d’acide formique. Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.
Quelques détails pratiques :
-Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.
-On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit  29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).
-Ne prenez pas de trop grandes éponges et de trop grands plastiques, cela complique la diffusion de l’acide.
-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. A défaut, une hausse vide fera l’affaire.
-Ce traitement est à effectuer en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles « neuves » qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.
-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée.
-De nombreux apiculteurs repassent en janvier, durant la période sans couvain, un traitement flash à l’acide oxalique. Dans le soucis de traiter au minimum, je ne pratique pas ce traitement. Pour l’instant, pas de soucis de varroa sur mes colonies.
-Vous trouverez l’acide formique dans les magasins apicoles (Icko, Route d’or…etc), pour environ 7€ le litre.
- See more at: http://www.mathieua.fr/blog/rucher-collectif/apiculture/traiter-a-lacide-formique/#sthash.y2vnIqAd.dpuf
J’opte pour ma part pour l’acide formique. Réputé moins violent, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. Voici ma méthode, qui m’a été enseignée par un apiculteur expérimenté. Ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.
Ce dont vous avez besoin pour traiter :
  • De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)
Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.
Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée.
Ce traitement sera effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. Il vous suffira de verser sur l’éponge déjà présente les 30 ml d’acide formique. Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.
Quelques détails pratiques :
-Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.
-On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit  29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).
-Ne prenez pas de trop grandes éponges et de trop grands plastiques, cela complique la diffusion de l’acide.
-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. A défaut, une hausse vide fera l’affaire.
-Ce traitement est à effectuer en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles « neuves » qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.
-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée.
-De nombreux apiculteurs repassent en janvier, durant la période sans couvain, un traitement flash à l’acide oxalique. Dans le soucis de traiter au minimum, je ne pratique pas ce traitement. Pour l’instant, pas de soucis de varroa sur mes colonies.
-Vous trouverez l’acide formique dans les magasins apicoles (Icko, Route d’or…etc), pour environ 7€ le litre.
- See more at: http://www.mathieua.fr/blog/rucher-collectif/apiculture/traiter-a-lacide-formique/#sthash.y2vnIqAd.dpuf
J’opte pour ma part pour l’acide formique. Réputé moins violent, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. Voici ma méthode, qui m’a été enseignée par un apiculteur expérimenté. Ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.
Ce dont vous avez besoin pour traiter :
  • De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)
Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.
Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée.
Ce traitement sera effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. Il vous suffira de verser sur l’éponge déjà présente les 30 ml d’acide formique. Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.
Quelques détails pratiques :
-Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.
-On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit  29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).
-Ne prenez pas de trop grandes éponges et de trop grands plastiques, cela complique la diffusion de l’acide.
-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. A défaut, une hausse vide fera l’affaire.
-Ce traitement est à effectuer en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles « neuves » qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.
-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée.
-De nombreux apiculteurs repassent en janvier, durant la période sans couvain, un traitement flash à l’acide oxalique. Dans le soucis de traiter au minimum, je ne pratique pas ce traitement. Pour l’instant, pas de soucis de varroa sur mes colonies.
-Vous trouverez l’acide formique dans les magasins apicoles (Icko, Route d’or…etc), pour environ 7€ le litre.
- See more at: http://www.mathieua.fr/blog/rucher-collectif/apiculture/traiter-a-lacide-formique/#sthash.y2vnIqAd.dpuf

J’opte pour ma part pour l’acide formique. Réputé moins violent, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. Voici ma méthode, qui m’a été enseignée par un apiculteur expérimenté. Ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.
Ce dont vous avez besoin pour traiter :
  • De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)
Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.
Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée.
Ce traitement sera effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. Il vous suffira de verser sur l’éponge déjà présente les 30 ml d’acide formique. Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.
Quelques détails pratiques :
-Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.
-On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit  29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).
-Ne prenez pas de trop grandes éponges et de trop grands plastiques, cela complique la diffusion de l’acide.
-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. A défaut, une hausse vide fera l’affaire.
-Ce traitement est à effectuer en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles « neuves » qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.
-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée.
-De nombreux apiculteurs repassent en janvier, durant la période sans couvain, un traitement flash à l’acide oxalique. Dans le soucis de traiter au minimum, je ne pratique pas ce traitement. Pour l’instant, pas de soucis de varroa sur mes colonies.
-Vous trouverez l’acide formique dans les magasins apicoles (Icko, Route d’or…etc), pour environ 7€ le litre.
- See more at: http://www.mathieua.fr/blog/rucher-collectif/apiculture/traiter-a-lacide-formique/#sthash.y2vnIqAd.dpuf

2 commentaires:

  1. Réfléchissez deux minsemaines svp
    L'acide oxalique est efficace hors couvain donc pas en ce moment
    Mais au moi de décembre
    De plus il faudrait 9 kg de feuilles pour obtenir assez de matière active pour ce ce soit efficace
    En plus les abeilles ont autre chose à faire que de bouffer 9 kg de feuilles

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !