mardi 27 juin 2017

Fulford : Les Bougainvilliers contre les Rothschild !

Comment le Peuple de l'Île de Bougainville a lutté et a gagné contre les Rothschild !

 

  Benjamin Fulford le 26 juin 2017
 


http://www.axl.cefan.ulaval.ca/pacifique/images/papoung-map-lng.gif




L'île de Bougainville dans le Pacifique Sud a été le théâtre d'une longue bataille épique qui a entraîné des habitants, armés uniquement de machettes et d'arcs, à vaincre des troupes professionnelles avec les derniers armements sophistiqués
La bataille a entraîné les indigènes qui se battaient pour conserver leurs territoires ancestraux face à une multinationale des Rothschild s'accaparait les ressources d'un des plus grands gisements d'or du monde dans la mine de Panguna. 
À la suite de leur victoire, les Nasioi de l'Île de Bougainville sont devenus les premiers peuples indigènes au monde à avoir forcer une multinationale à renoncer à l'une de ses entreprises la plus prospère.
Ce n'est pas seulement une question locale car il y a tellement d'or sur cette île qu'elle pourrait affecter l'avenir du système financier mondial. 

Les banquiers internationaux disent qu'il n'y a que quelques dizaines de milliards de dollars d'or et de cuivre là-bas, mais si nous utilisons les méthodes de réserves fractionnées utilisées par le Conseil de la Réserve fédérale en 2008 pour évaluer l'or (700 tonnes d'or ont été transformées en 750.000 tonnes d'obligations dorées), alors elle vaudrait des centaines de milliards de dollars. 







De plus, les habitants disent que la mine couvrait une opération massive de blanchiment d'argent en affirmant que l'or était que du cuivre, ce qui signifie que la mine et six autres riches riches en or dans l'île, valent potentiellement des centaines de milliards de dollars, même si la magie des réserves fractionnées n'était pas limitée. 
"Ils sortiraient l'or la nuit et le cacheraient dans les grottes", selon les sources de l'armée révolutionnaire Bougainville.
La mine a été exploitée par Rio Tinto Zinc de 1972 à 1989 avant que les habitants ne le ferment après une décennie de guerre qui a entraîné la mort d'environ 30.000 personnes ou plus de 10% de la population, selon les sources de la BRA. 

Un général de la BRA, "Joël" décrit comment les rebelles non armés ont pu vaincre une armée de professionnels
"Lorsque nous les avons attaqués, nous n'avions que des machettes et des lances et nous savions que beaucoup d'entre nous mourraient", dit-il. 
"Nous avons utilisé la tactique de guérilla, nous avons attaqué un soldat et pris son arme, avec cette arme, nous pourrions tuer 3 ou 4 autres soldats et prendre de nouveau son arme et ainsi de suite ; C'est ainsi que nous nous armions !", dit-il.
Les fonctionnaires de la Croix-Rouge travaillant sur l'île disent aussi qu'à ce jour, il y a des meurtres extrajudiciaires et de nombreux "disparus", à la suite du conflit sur l'île.
En outre, l'armée de résistance a remporté la guerre aussi pour faire face à un blocus qui, dans une certaine mesure, continue à ce jour. 


Rio Tinto Zinc affirme avoir remis le contrôle de la mine à Bougainville Copper Limited (BCL) qui appartient principalement au gouvernement autonome de Bougainville (ABG). 
Rio Tinto déclare également qu'ils ne sont pas responsables des énormes dégâts environnementaux qu'ils ont causés par l'utilisation du mercure et d'autres produits toxiques envoyés dans une rivière parce qu'ils respectaient les lois locales à l'époque. 
Cependant, si vous regardez Bougainville Island sur Google Earth, vous pouvez toujours voir clairement, des décennies après la fermeture de la mine, les cicatrices sur le paysage causées par elle. 
Elle ne devrait plus être autorisée à rouvrir en continuant une destruction de l'environnement aussi importante qu'elle est bien visible sur les photos satellites. 
Le Royaume jumeau de Meekamui et Papala, le nom local de l'île, est dirigé par le roi David Peii II qui veut charger les propriétaires de Rio Tinto des crimes de guerre et les poursuivre pour destruction de l'environnement à la Cour Internationale de Justice à La Haye.
Les gens de BCL, pour leur part, essaient de rouvrir la mine et promettent d'être respectueux de l'environnement cette fois, mais les habitants sont tellement traumatisés et amers au sujet du massacre et de la destruction de l'environnement qu'ils ne veulent pas que BCL ou ABG aient un rôle quel qui soit dans la mine !

 







Voici comment le Roi David voit la situation :
ABG (Gouvernement Autonome de Bougainville) est simplement un agent du Gouvernement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Son siège est situé à Waigani, PNG.
Ceux qui contrôlent la PNG contrôlent également l'ABG. Comme vous le savez, l'Australie a accordé son indépendance à la PNG en 1975. 

Cependant, dans les faits, l'Australie contrôle encore la PNG.
Selon les statistiques de 2011, l'Australie a ratissé environ K19,8 milliards de PGK [Papouasie-Nouvelle-Guinée Kina, 1 kina = 0,31 dollars Américains] de ses entreprises dans la PNG, mais n'a donné que quelque K450 millions de PGK en retour sous la forme d'AusAid.
Cela représente environ 3% seulement ; 97% est retenu en Australie. 

L'emprunteur est esclave du prêteur. 
Les PNGeans sont heureux de recevoir des fonds de AusAid, pour leurs projets mais ne sont pas au courant de la véritable et réelle histoire.

L'ABG, a été créé parce que les dirigeants de Bougainville se sont divisés immédiatement après avoir remporté la guerre de 10 ans contre PNG et BCL / Rio Tinto. 

Le vice-président Joseph Kabui a décidé de négocier avec le gouvernement de la PNG, en raison du manque de fonds pour les services, etc., alors que le président Francis Ona ne pensait pas que c'était une bonne chose de négocier.
Bien que tous les deux soient maintenant décédés et partis, leurs successeurs sont encore vivants et actifs. Je suis le successeur de feu François Ona, dans le cadre de l'Accord Twin Kingdom.
L'ABG est à l'extrémité inférieure de la chaîne alimentaire internationale de ce vieux système de contrôle et, par conséquent, ne peut dire non à BCL, Rio Tinto, PNG, Australie ou à ses hiérarchies ou contrôleurs, parce que «c'est un esclave de ses prêteurs».
La BCL (B'ville Copper Ltd) est toujours détenue par des étrangers (ou non des Bougainvilleans). 

Les parts qu'ils prétendent avoir accordées à ABG, sont encore contrôlées par des étrangers, car ABG en soi, est un agent étranger à Bougainville de toute façon. 
L'ABG a été créé par ses financiers (PNG et Australie, etc.) pour servir leurs propres intérêts dans notre nation souveraine.
Ce que décrit le roi David est vrai, pour une grande partie du monde en développement, où des multinationales impitoyables pillent les terres avec l'aide de mercenaires et embauchent et soudoient "des leaders". 

On estime que le pillage, en Afrique seulement, par les multinationales atteint 60 milliards de dollars par année.
https://www.theguardian.com/global-development/2014/jul/15/aid-africa-west-looting-continent

 


http://img.ev.mu/images/reportages/95/520x342/04.jpg



En ce sens, la bataille pour l'or à Bougainville, pourrait marquer un tournant décisif mondial car, le Roi David promet d'utiliser les vastes fonds de la mine pour aider d'autres pays en développement. 
Les pays d'Afrique et d'autres parties en développement dans le monde, se porteraient beaucoup mieux s'ils étaient payés un prix équitable pour leurs ressources, plutôt que de recevoir une "aide étrangère" souvent nulle, de la part des pays qui les pillent.
En tout cas, il est clair que quelqu'un de puissant a utilisé beaucoup de stratagèmes, pour essayer d'empêcher cet écrivain de rendre visite au roi David. Tout d'abord, tous les vols entrant et sortant de Port Moresby en Papouasie-Nouvelle-Guinée ont été annulés le lendemain de notre arrivée, pour des raisons non précisées.
Ce qui a eu pour résultat de retarder l'arrivée du représentant du roi David, Mealagan Krishnan. De plus, bien qu'il y ait des vols quotidiens vers la ville d'Arawa, à deux heures et demie de route de la capitale du Royaume, ces vols ont été mystérieusement annulés, pendant la semaine de notre visite.
Nous avons été forcés de prendre un vol vers la ville de Boka, une épuisante route à une distance de 7 heures du Royaume et, lorsque nous sommes arrivés, nous avons constaté que la route principale était bloquée par "un grand accident", ce qui nous a obligé à prendre le bateau et de circuler sur des petites routes de l'arrière-pays.

Un dernier barrage routier a littéralement été occupé par des casseurs de la BCL, qui ont exigé un pot-de-vin de 1000 $ pour nous laisser passer. 

Quand j'ai dit à leur chef "vous ne pouvez pas extraire du sang d'une pierre", il a répondu "je peux extraire le sang d'une pierre". 
Après beaucoup de marchandage, nous leur avons finalement versé un pot-de-vin de 100 $, et avons été autorisés à continuer notre chemin. Dans l'ensemble, notre arrivée a été retardée de 4 jours.
Enfin, après avoir rencontré le Roi, on nous a offert une visite de la mine Panguna le lendemain. 

Cependant, au lieu de cela, nous avons été réveillés au milieu de la nuit avec un avertissement que 10 camions de mercenaires et de policiers corrompus, allaient tenter de forcer les propriétaires fonciers de la mine Panguna à signer les droits de la mine à BCL. 
On nous a dit également, qu'ils allaient essayer de nous tuer.
Les habitants ont abattu des arbres à travers la route, et mis en place des barrages routiers armés, pour empêcher les mercenaires de nous pourchasser après notre départ. 

Le conflit armé a été évité à la dernière minute, mais la BRA nous a dit que c'était notre arrivée qui a provoqué l'envoi de mercenaires.
 

En tout cas, à la suite de notre visite, nous allons faire appel à l'aide internationale pour permettre aux habitants de développer la mine de façon respectueuse envers l'environnement. 
Le Roi promet que les milliards ou les trillions de dollars, qui vont couler de la mine, seront utilisés pour aider les gens et de Bougainville et du monde entier.
Bien que beaucoup de Bougainvilliens que nous avons rencontrés, se promenaient pieds nus, ils avaient des téléphones intelligents et connaissaient davantage la véritable nature du système financier international que le journaliste moyen du Wall Street Journal, (Et j'en ai rencontré beaucoup au cours des années).
Je préférerais de beaucoup que le roi David soit en charge de l'or de Bougainville, plutôt que ces gangsters des banques centrales des Khazars, impitoyables et incompétents, qui ont fait tant de mal à cette planète et à ses habitants.
Rio Tinto Zinc et BCL ont tous les deux ignoré plusieurs tentatives de cet auteur pour les contacter.

Traduction Estelle P.
Relecture : Lucette

Publié par Kauilapele

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Merci. On comprend bien à présent les enjeux autour de cette île. Quelle bataille à l'arrière plan ! Et sur le terrain aussi, évidemment. Les habitants sont des héros ! Nul doute qu'ils vont gagner et que l'humanité va gagner.
    Light and Love.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer !