mardi 16 juillet 2019

L’Apocalypse Alimentaire est presque là !

Une crise alimentaire mondiale s'annonce car des phénomènes météorologiques extrêmes dévastent les cultures et les champs du monde entier !

 


 

Cela ne se produit pas uniquement aux États-Unis. 
Les phénomènes météorologiques extrêmes sont dévastateurs sur les cultures et touchent le secteur alimentaire dans le monde entier. 
Australie, Corée du Nord et Argentine, voici les derniers rapports faisant état de pénuries alimentaires dans le monde. 
Les économistes de l’Université de l’Illinois ont récemment déclaré l’état d’urgence. 
Les deux professeurs, Scott Irwin et Todd Hubbs, ont noté dans une publication du secteur : "La conclusion inévitable est que ce grand événement récent a une dimension véritablement historique et que ce qui s’est passé dans cette partie de l’Amérique peut être étiqueté de bonne foi un 'cygne noir'." (Ndlr : c'est un terme utilisé en bourse !) 
Je vais vous raconter tous les détails dans un instant.
Mais, d’abord, voyons pourquoi les cygnes noirs sont un gros problème.
Un cygne noir est un événement qui surprend et a un effet majeur. 

Les cygnes noirs sont difficiles à prédire et ils ont tendance à faire la une des journaux et à captiver le monde quand ils se dévoilent.
Pensez aux embargos sur le pétrole arabe dans les années 1970 et à l’effondrement de l’hypothèque des subprimes en 2008.
Nassim Taleb, célèbre auteur et analyste des risques, a montré à quel point les événements liés aux cygnes noirs peuvent être extrêmement rentables. 

Les marchés ne s’attendent pas à des cygnes noirs, ils ne les intègrent donc généralement pas dans les modèles économiques.
Taleb a noté que cela crée d’excellentes opportunités d’achat. 

En 2007, par exemple, personne ne s’attendait à ce que les hypothèques soient cratérisées. 
Parier sur la chute du marché (via des options ou d’autres instruments) était donc extrêmement bon marché.
Ces paris peuvent transformer $1.000 en un million ou plus. S’ils ne réussissent pas, la perte est faible. 

Mais s’ils fonctionnent, les avantages sont énormes.







Le dernier cygne noir !
Nous trouverons le dernier cygne noir sur un marché en déclin chronique depuis sept ans.
Et, c’est l’agriculture.
Les prix de presque tous les produits agricoles sont en baisse constante depuis 2012. 

Le café, le sucre, le blé, les bovins et les porcs ont tous plongé.
Le maïs a été particulièrement touché. 

Certains contrats à terme pour le maïs ont atteint leur plus bas niveau en 42 ans plus tôt cette année.
Mais, tout cela a changé au printemps, lorsque des chutes de neiges massives ont frappé le Midwest… suivies de pluies torrentielles.
Les inondations sont si graves que la navigation maritime a été fermée sur des fleuves importants comme le Mississippi.
Cela a également été horrible pour les agriculteurs.
C’est là que les recherches des professeurs Irwin et Hubbs de l’Université de l’Illinois interviennent.
Vous trouverez ci-dessous une analyse qu’ils ont récemment réalisée. 

Elle montre comment la superficie de maïs cultivée aux États-Unis est actuellement en retard.
Aux États-Unis, 50% de la superficie consacrée au maïs n’a toujours pas été plantée (à la mi-juin 2019) à un moment de l’année où les producteurs de maïs mettent généralement fin à leurs semis.

 

 

C’est tellement grave que les économistes de la zone sinistrée l’appellent un "cygne noir".
Le marché ne s’y attendait certainement pas. 

Il y a quelques mois, les prévisions déclaraient une récolte de maïs record.
Après avoir atteint un sommet de plus de $8 le boisseau au milieu de 2012, le maïs a régulièrement chuté pour s’établir à près de $3,50 pendant la plupart des cinq dernières années. Les prix ont été dans les décharges. 

N’oubliez pas que certains contrats à terme ont atteint leur plus bas niveau en 42 ans il y a quelques mois.
Le maïs a réagi à la mauvaise nouvelle récente, un peu. 

Au moment où j’écris ces lignes, le maïs est en hausse d’environ 20% par rapport au marasme plus tôt cette année, à $4,56 le boisseau.
Mais, c’est encore loin des 130% de gains enregistrés sur les semis retardés dans les années 90.
Et rappelez-vous, les retards de plantation sont plus mauvais cette année. 

 En fait, il est fort probable que ce soit la pire année pour le maïs non planté jamais vu en Amérique.
Ce mouvement n’est que le début !
Si ce cygne noir suit son cours, la hausse des prix de 20% jusqu’à présent n’est que le début…
En plus de cela, des problèmes surgissent avec l’approvisionnement en maïs ailleurs dans le monde. 

La France, l’un des cinq premiers exportateurs de maïs, vient d’être frappée par de violentes tempêtes. 
C’est tôt, mais, des rapports suggèrent que les agriculteurs français ont été dévastés par ce torrent.
Dans le même temps, la Chine a été frappée par une épidémie de peste porcine africaine… !

Après avoir tué des porcs locaux pour lutter contre la maladie, les acheteurs de porc chinois se tournent vers les États-Unis pour importer. 
Les livraisons de porcs américains en Chine ont augmenté de 1000% cette année.
Et, pour couronner le tout, les cochons mangent du maïs. 

En conséquence, la demande croissante de porcs américains en provenance de Chine entraîne une augmentation de la demande d’aliments pour le maïs, alors même que les récoltes de maïs locales sont dévastées par les inondations.
C’est vraiment un cygne noir. 

Cela pourrait être l’une des plus grandes explosions du marché que nous ayons vue de mémoire récente. 
Du genre qui fait des millionnaires presque du jour au lendemain, comme les rares investisseurs qui ont parié contre les prêts hypothécaires à risque.


Source : Case Research
Traduit par PleinsFeux.org

Publié par Brujitafr :
http://www.brujitafr.fr/2019/07/l-apocalypse-agricole-est-presque-la.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !