jeudi 8 avril 2021

Les "Passeports Vaccinaux" prévus il a 3 ans !

Plandémie : Les Plans pour les "Passeports Vaccinaux" étaient en place 20 mois avant les épidémies de COVID-19 ! 



Alors que l'on annonce au monde entier que des "Passeports Vaccinaux" seront exigés pour tous les voyages internationaux à l'avenir, et même, dans de nombreux pays, pour entrer dans les magasins, les restaurants, les bars, les salles de sport, les hôtels, les théâtres, les concerts et les événements sportifs, l'impression que l'on nous donne est que cette mesure est une conséquence directe de la pandémie de coronavirus. 
En Europe, cependant, où se trouvent 8 des 10 premiers pays exportateurs de produits pharmaceutiques, la planification des passeports vaccinaux a commencé au moins 20 mois avant le début de l'épidémie de COVID-19. 
Apparemment, la pandémie a fourni aux politiciens européens "l'excuse" dont ils avaient besoin pour introduire cette idée. 
La "Commission européenne" - l'organe exécutif de l'Europe - a publié pour la première fois une proposition de Passeports Vaccinaux le 26 avril 2018. 
Enterrée profondément dans un document traitant du "renforcement de la coopération contre les maladies évitables par la vaccination", la proposition a été essentiellement ignorée par les médias grand public. 
Un document de feuille de route publié début 2019 a ensuite défini des plans spécifiques pour la mise en œuvre de la proposition de la Commission européenne. 
La principale action énumérée dans la feuille de route consistait à "examiner la faisabilité de l'élaboration d'une carte/passeport de vaccination commune" pour les citoyens européens, qui soit "compatible avec les systèmes électroniques d'information sur la vaccination et reconnue pour une utilisation transfrontalière." 
Le plan visait à ce qu'une proposition législative soit publiée en Europe d'ici 2022. 
Il est intéressant de noter que la feuille de route utilise plusieurs termes qui, s'ils étaient relativement peu répandus dans la plupart des pays avant la pandémie, sont depuis devenus quotidiens dans les médias grand public. 
Le plus notable d'entre eux est sans doute "l'hésitation à se faire vacciner". 
L'aide aux pays européens pour "contrer l'hésitation vaccinale" figure dans le document comme l'un des points d'action clés. 
La possibilité que des pandémies et des "épidémies inattendues" se produisent est également évoquée dans la feuille de route. 
De manière révélatrice, il est fait spécifiquement référence au soutien à l'autorisation de "vaccins innovants, notamment pour les menaces sanitaires émergentes". 
Affirmant que "l'industrie de fabrication des vaccins" a un "rôle clé" à jouer dans la réalisation des objectifs décrits dans le document, la feuille de route énumère "l'amélioration de la capacité de fabrication de l'UE" et la constitution de stocks de vaccins comme autant d'actions à envisager. 
En vue de renforcer les "partenariats existants" et la "collaboration avec les acteurs et les initiatives internationaux", la feuille de route fait également référence à une réunion du sommet mondial sur la vaccination qui a eu lieu en septembre 2019. 
Un examen attentif des participants et du sujet de cette réunion est révélateur. 
La preuve ultime : Covid-19 a été planifié pour inaugurer le nouvel ordre mondial.


Le sommet mondial de la vaccination de 2019 !  
Non rapporté par la plupart des médias grand public, un "Sommet mondial de la vaccination" a été accueilli à Bruxelles, en Belgique, le 12 septembre 2019. 
Organisée par la Commission Européenne en coopération avec l'Organisation Mondiale de la Santé, la réunion a eu lieu seulement 3 mois avant le début de l'épidémie de coronavirus.
De manière significative, c'était également seulement 36 jours avant le désormais tristement célèbre exercice de simulation d'épidémie de coronavirus, soutenu par la Fondation Bill & Melinda Gates, le Forum économique mondial et la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, qui a eu lieu le 18 octobre 2019 (Event 201). 
Événement sur invitation uniquement, les participants au sommet sur la vaccination comprenaient des dirigeants politiques, des représentants de haut niveau des Nations unies et d'autres organisations internationales, des ministères de la santé, des universitaires de premier plan, des scientifiques et des professionnels de la santé, le secteur privé et des organisations non gouvernementales. 
Le sommet était structuré autour de trois tables rondes intitulées "In Vaccines We Trust", "The Magic Of Science" et "Vaccines Protecting Everyone, Everywhere". 
Parmi les membres notables du panel de ces tables rondes figuraient Nanette Cocero, présidente mondiale de Pfizer Vaccines, le Dr Seth Berkley, PDG de GAVI, l'Alliance mondiale pour les vaccins, une organisation qui a reçu d'importants financements de la Fondation Bill et Melinda Gates, et Joe Cerrell, directeur général de la politique mondiale et du plaidoyer de la Fondation Bill et Melinda Gates. 
La planification de la pandémie a été clairement mise en évidence lors de cette réunion au sommet. Les principaux documents distribués aux participants comprenaient des rapports sur la planification de la préparation à la grippe pandémique, un exercice de grippe pandémique pour l'Union européenne, la planification de la préparation à la grippe aviaire et à la grippe pandémique, la planification de la préparation et de la réponse à la grippe pandémique, la suffisance des vaccins contre la grippe pandémique dans l'UE et un partenariat public-privé sur les vaccins européens contre la grippe pandémique. 
Dans tous ces documents, l'objectif de renforcer la collaboration avec l'industrie pharmaceutique est souligné à plusieurs reprises, tout comme le message selon lequel une pandémie mondiale était désormais inévitable.

Une pandémie de coronavirus simulée 2 mois et demi avant le COVID-19
Une pandémie de coronavirus simulée 2 mois et demi avant le COVID-19


Passeport-vaccin : Qui en profite vraiment ?
Qui bénéficie réellement des passeports vaccinaux ? 
Certainement pas les gens ordinaires, pour qui le partage de leur dossier médical et d'autres données personnelles pourrait bientôt devenir obligatoire pour participer à la société. 
Le principal bénéficiaire sera plutôt l'industrie pharmaceutique multinationale. 
Les ventes mondiales de médicaments et de vaccins devant déjà atteindre 1.500 milliards de dollars cette année, les sociétés pharmaceutiques et leurs investisseurs salivent à l'idée que les passeports vaccinaux deviennent obligatoires dans le monde entier. 
Le marché total des vaccins COVID-19 devrait représenter 100 milliards de dollars en termes de ventes et 40 milliards de dollars en termes de bénéfices après impôts. 
Les vaccinations annuelles contre les mutations du coronavirus pourraient encore faire grimper ces chiffres. 
Si nous ne résistons pas aux passeports vaccinaux et si nous ne "votons pas pour la raison", les fabricants de médicaments et de vaccins pourraient contraindre le monde à une dépendance économique et politique à long terme. 
Notre objectif urgent doit donc être de remplacer le "business de la maladie" de l'industrie pharmaceutique, motivé par l'appât du gain, par un système de santé fondé sur des approches véritablement préventives. 
Accepter une alternative au plan proposé par l'industrie pharmaceutique est tout simplement impensable.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés : Merci de respecter le travail des ouvriers de la Lumière dont certains risquent leur vie pour le Changement du Monde ! Si vous pensez que cela ne bouge pas assez, allez les aider au lieu de les critiquer ! Illuminatis, gourous, vendeurs de remèdes miracles,…, passez votre chemin !